Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Malgré la pandémie, les Olympiques de Gatineau a eu la chance de disputer 35 matches de saison régulière et des séries pour préparer son ascension au classement de la LHJMQ dès la saison 2021-22.
Malgré la pandémie, les Olympiques de Gatineau a eu la chance de disputer 35 matches de saison régulière et des séries pour préparer son ascension au classement de la LHJMQ dès la saison 2021-22.

Bilan de saison des Olympiques: le début d’une ère gagnante

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Pour la première fois depuis 2017-18, les Olympiques de Gatineau viennent de connaître une saison gagnante.

À l’époque, Métis Roelens était encore une recrue. Son chapitre dans la LHJMQ s’est bien terminé au début du mois d’avril. Le valeureux guerrier de 20 ans a compté le but vainqueur en prolongation dans le dernier match de la saison régulière des Olympiques contre l’Armada de Blainville-Boisbriand. Le lendemain, un cas positif de COVID-19 touchait l’équipe. Quelques jours plus tard, 24 membres de l’organisation étaient aussi frappés par le virus...

L’équipe a eu trois semaines pour se soigner, récupérer et refaire ses forces. Elle a gagné son premier match éliminatoire, mais perdu les trois duels suivants pour s’incliner au premier tour des séries dans une quatrième saison consécutive.

Malgré la pandémie, les Olympiques ont quand même pu jouer 31 matches de saison régulière et quatre autres en séries éliminatoires. Tout ça pendant une pandémie qui a paralysé la majorité des activités dans le monde du sport.

À sa première année à la barre des Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille a eu à faire face à des embûches dès son embauche. Son club a d’abord été expulsé de son domicile pour faire place à des personnes en situation d’itinérance. Il a été déménagé dans un aréna de quartier. De nombreux matches ont été annulés, d’autres ont été déplacés et le virus a balayé son club au pire moment de l’année, juste avant les séries.

Malgré tout, Robitaille dit avoir apprécié au plus haut point les efforts de la LHJMQ pour tenir une saison. D’abord, même si les partisans n’ont pas été présents aux matches locaux, ils ont pu apprendre à connaître les vedettes de demain. Tristan Luneau, Antonin Verreault, Samuel Savoie et Noah Warren, quatre des huit premiers choix du repêchage 2020 de la LHJMQ, ont tous eu un impact à 16 ans.

«Nous ne nous sommes pas trompés avec nos choix de première ronde. Tristan Luneau a joué comme un défenseur numéro un. Il a été notre défenseur le plus utilisé. Il a été bon offensivement autant que défensivement. Verreault a été le meilleur compteur du club avec Métis Roelens. Savoie était un peu dans l’ombre parce qu’il n’a pas produit autant offensivement, mais il avait un impact physique dans chaque match. Tout le monde se rallie autour de lui dans la chambre. Noah Warren a connu une progression fulgurante jusque dans la dernière période des séries où il a été sur la glace pour nos trois derniers buts.»

Le brio de jeunes joueurs de 16 ans a relégué d’autres excellents jeunes joueurs dans l’ombre. Zach Dean représente un choix potentiel de première ronde dans la LNH. Olivier Boutin a été un des meilleurs défenseurs de l’équipe dans les séries éliminatoires. Ils n’ont que 17 ans.

«Les attentes offensives étaient énormes envers Zach, mais il a grandi comme joueur en jouant de la bonne façon au détriment de ses points. Même quand il ne marquait pas, il avait un impact parce qu’il était très solide défensivement. Olivier Boutin a connu une grosse saison à 16 ans. Ses attentes étaient élevées, mais notre défensive a beaucoup changé cette année avec l’arrivée de Luneau et Warren. Nous avons aussi obtenu Kyle Havlena, Gabriel Jackson et Isaac Belliveau dans des transactions. Sa saison n’a sûrement pas débuté comme il l’aurait espéré, mais il a été un de nos défenseurs les plus constants en fin de saison.»

Manix Landry et Pier-Olivier Roy ont aussi connu des moments forts à 18 ans. Ils seront appelés à contribuer davantage la saison prochaine.

Louis Robitaille assure que les 35 matches de la saison 2020-21 auront été utiles alors que son équipe se prépare à percer le premier tiers du classement.

«Les joueurs ont appris à me connaître. Ils savent comment je veux qu’on joue. Ils connaissent notre ligue. Nous avons vécu les séries éliminatoires. Les joueurs ont pu visiter le Centre Slush Puppie. Tout le monde est excité par rapport à ça.»