Les Russes rateront le début de la saison des Olympiques

Olympiques

Les Russes rateront le début de la saison des Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Les dommages collatéraux de la pandémie mondiale sont nombreux.

Parmi ceux-ci, il y a les Olympiques de Gatineau qui seront officiellement privés de leurs deux joueurs russes lorsque la saison de la LHJMQ prendra son envol le 1er octobre.

Le vétéran Evgeny Kashikov et la recrue Alexei Prokopenko sont toujours dans leurs pays en attendant que les différents paliers gouvernementaux autorisent leur entrée au Canada. Le dossier est complexe et dans l’éventualité d’un dénouement heureux, les deux hockeyeurs devront observer une quarantaine de 14 jours à leur arrivée à Gatineau.

Faites le calcul. Les joueurs européens des Olympiques ne pourront pas jouer avant la mi-octobre, au mieux. Bon an, mal an, les joueurs européens de la Ligue canadienne sont souvent parmi les plus talentueux. Ailleurs dans la LHJMQ, d’autres équipes sont plus chanceuses. Certains joueurs européens ne sont tout simplement jamais retournés dans leur pays au début de la pandémie et seront disponibles pour amorcer la saison. D’autres joueurs repêchés par des équipes de la LNH ont pu utiliser ce canal pour justifier leur retour au pays.

Olivier Boutin, 17 ans et déjà un pilier

Olympiques

Olivier Boutin, 17 ans et déjà un pilier

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Choix de première ronde des Olympiques en 2019, Olivier Boutin sera déjà appelé à devenir un pilier de la défensive gatinoise au cours de la prochaine saison.

Il a beau avoir seulement 17 ans, il reste que les Olympiques ont aussi sélectionné deux autres défenseurs au premier tour en 2020. Avec une année d’expérience dans la LHJMQ, Boutin deviendra forcément un mentor pour Tristan Luneau et Noah Warren, deux défenseurs de 16 ans. Il jouera le même rôle auprès de Justin Bergeron qui fera aussi ses débuts dans le circuit Courteau à l’âge de 17 ans.

Retour à l’aréna Baribeau pour le match d’ouverture des Olympiques

Hockey junior

Retour à l’aréna Baribeau pour le match d’ouverture des Olympiques

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Les Olympiques de Gatineau seront en mesure de regagner leur domicile temporaire, l’aréna Baribeau, à temps pour leur première partie de la saison régulière à domicile, le 9 octobre prochain.

La Ville de Gatineau a fait savoir, mercredi matin, que l’aréna rouvrira ses portes le 7 octobre après avoir été dans l’obligation d’évacuer les lieux, il y a deux semaines, en raison d’une fuite d’ammoniaque dans le système de réfrigération de la glace. 

Les équipes de la Ville ont procédé au rinçage des conduits. La saumure sera remplacée sous peu et les systèmes mécaniques seront remis en fonction. La glace pourra ensuite être réaménagée. La Ville assure qu’elle sera prête pour la partie d’ouverture du 9 octobre. 

Les Olympiques ont pu réintégrer leurs bureaux et leurs installations à l’aréna Baribeau mercredi midi même si la surface glacée n’est pas encore prête. L’équipe pourra notamment retrouver son gymnase temporaire à l’aréna Baribeau.

Poirier arrête tout, Landry s’occupe de l’attaque

Hockey junior

Poirier arrête tout, Landry s’occupe de l’attaque

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
À leur premier match en plus de deux semaines, les Olympiques de Gatineau ont mis du temps à se mettre en marche samedi après-midi à Drummondville.

Invincible depuis le début du camp d’entraînement, Rémi Poirier a permis aux Gatinois de traverser la tempête pendant les 30 premières minutes de jeu. Quand il a cédé sa place à Emerik Despatie, la marque était toujours de 0-0 même si les Voltigeurs avaient un avantage de 24-7 au chapitre des tirs.

En troisième période, Manix Landry a pris les choses en main en inscrivant les Olympiques au tableau pendant un avantage numérique. Il a ensuite préparé le but vainqueur de Métis Roelens tard dans la période en plus d’ajouter le but d’assurance dans un filet désert.

«Manix Landry a été exceptionnel dans ce match, a avancé l’entraîneur-chef Louis Robitaille. Il a mangé un coup de hockey au visage en deuxième période. Il a eu besoin de points de suture au front. Il est revenu au jeu. On ne l’a jamais senti affecté par la blessure. C’est un signe de leadership et de maturité. Ce n’était qu’un match hors-concours, mais c’est un vétéran et il a pris l’équipe à sa charge. Il sera un vrai leader pour nous.»

Robitaille a aussi loué le travail de Rémi Poirier devant le filet.

«Il a fait du gros travail dans la première moitié du match. Malgré les tirs au but à l’avantage des Voltigeurs, j’ai aimé notre façon de nous comporter sans la rondelle. Nous avons quand même limité les chances de marquer. Nous avions un peu trop de finesse et nous n’étions pas dangereux offensivement. En troisième période, nous avons joué de la façon que nous voulons le faire. Il y avait plus de hargne. Nous étions moins coquets et plus efficaces.»

Le coach a également eu de bons mots pour le vétéran Darick Louis-Jean. «Il a été très bon. Il a obtenu quatre tirs au but. Ses actions ont mené au but gagnant. Il a été calme. Il s’est imposé sur le plan physique. C’est un de ses bons matches en incluant ceux où j’ai coaché contre lui.» 

Isiah Cambell a été le seul buteur des Voltigeurs. Il a profité de la rentrée à froid d’Emerik Despatie pour le battre pendant un avantage numérique à la mi-match. Despatie a repoussé les six autres tirs des Voltigeurs pour signer la victoire.

Les Gatinois ont dominé la troisième période 13-5 au chapitre des tirs. Ils disputeront un dernier match préparatoire contre ces mêmes Voltigeurs samedi prochain à Gatineau. L’endroit reste à déterminer.

Le centre Slush Puppie remplacera Robert-Guertin

Hockey junior

Le centre Slush Puppie remplacera Robert-Guertin

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Le nouveau Guertin a enfin un nom.

Quand le nouvel amphithéâtre sera prêt, les Olympiques de Gatineau patineront au centre Slush Puppie. Cette entreprise familiale a pris racine en Outaouais en 1975 avant de rayonner partout au Canada. Elle versera 1 362 500 $ pendant les 10 prochaines années pour avoir son nom associé au tout nouvel amphithéâtre de la LHJMQ à l’angle des boulevards de la Cité et Maloney. Son président-directeur général Jean-Rock Beaudoin a ajouté qu’il avait l’option d’étirer son entente sur 15 ans pour la somme totale de 2,062 millions $.

« Ce n’est pas tous les jours qu’il se construit un édifice comme celui-là à Gatineau, a signalé Jean-Rock Beaudoin pendant une conférence de presse près du nouvel édifice en construction. Cette bâtisse-là sera l’une des plus belles de Gatineau pendant plusieurs années. C’est un investissement important, mais j’ai confiance en l’avenir, en nos partenaires d’affaires et nos clients. Pendant les 10 ou 15 prochaines années, le nom de Slush Puppie sera prononcé plus souvent que jamais à la radio, à la télévision et dans les journaux. Quand ton nom circule, c’est bon pour l’entreprise. »

Dans ses souvenirs les plus lointains, Jean-Rock Beaudoin signale que l’entreprise fondée par son père André a toujours été un partenaire communautaire, particulièrement dans le sport.

« L’implication communautaire fait partie de nos valeurs profondes. Les Olympiques de Gatineau sont une institution dans la LHJMQ. Nous étions déjà partenaires. Le hockey et Slush Puppie, ça va bien ensemble. Il y avait une occasion à saisir avec la construction d’un nouveau centre et ça nous fait plaisir de nous engager avec les Olympiques », a ajouté Jean-Rock Beaudoin, qui est convaincu que la qualité de la glace sera bonne dans le nouveau centre afin de ne pas ouvrir la porte à des jeux de mots douteux associés à son produit.

Rémi Poirier confiant comme jamais

Olympiques

Rémi Poirier confiant comme jamais

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Rémi Poirier attaque son quatrième camp d’entraînement chez les Olympiques de Gatineau.

À l’aube de sa troisième saison avec le club, le gardien de 18 ans est décontracté comme jamais. Personne n’a encore réussi à le déjouer pendant les matches intra-équipe ou hors-concours des Olympiques.

Les Olympiques remercient deux vétérans

Olympiques

Les Olympiques remercient deux vétérans

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
On peut dire que le mouvement jeunesse a pris de l’ampleur, chez les Olympiques de Gatineau. Au moment d’effectuer ses dernières coupes, ce week-end, Louis Robitaille a remercié quelques vétérans.

Le défenseur Alexandre Hogue et l’ailier Jérémie Rainville font partie des joueurs qui ont écopé.

Les Olympiques expulsés de Baribeau par une fuite d'ammoniac

Olympiques

Les Olympiques expulsés de Baribeau par une fuite d'ammoniac

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Quand le téléphone de Norm McMillan a sonné jeudi matin vers 11 h et qu’il a vu qu’un directeur du Service des Loisirs de Gatineau l’appelait, il a pensé un instant que ses Olympiques de Gatineau allaient pouvoir retourner au Centre Robert-Guertin plus tôt que prévu.

Le président de la formation itinérante de la LHJMQ a rapidement déchanté en apprenant qu’un taux trop élevé d’ammoniac dans les conduits sous la glace de l’aréna Baribeau forçait plutôt la Ville de Gatineau à fermer temporairement son domicile... temporaire.

L’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille était sur la glace à diriger l’entraînement quotidien de l’équipe quand un employé est venu lui dire vers les 10 h 20 qu’il fallait évacuer le vétuste amphithéâtre.

À LIRE AUSSI: Les Olympiques s'installent à Baribeau

Aréna Baribeau: de vétuste à domicile des Olympiques

«C’est une situation qui est déplorable, personne ne s’attendait à ça. On était sur la glace... et l’employé est venu nous dire qu’il y avait une fuite. Pas une fuite dans l’air, mais dans les canaux en-dessous de la glace. C’était plus de manière préventive, donc les joueurs et le personnel n’ont pas été exposés à des fuites, mais pour la sécurité de tout le monde, il fallait (sortir)», a commenté Robitaille lors d’un point de presse tenu jeudi après-midi dans le stationnement à l’arrière du Centre Robert-Guertin.

Ce dernier, faut-il le rappeler, ne peut être utilisé comme domicile par ses principaux locataires étant donné que le CISSSO l’a réquisitionné comme refuge pour itinérants pendant la pandémie de la COVID-19. Les Olympiques espèrent y retourner vers le 1er décembre, mais rien n’est officiel à ce sujet encore.