Serge Beausoleil considère que la tenue de séries éliminatoires au printemps est primordiale.
Serge Beausoleil considère que la tenue de séries éliminatoires au printemps est primordiale.

Océanic: les séries éliminatoires seront prioritaires, selon Beausoleil

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – S’il ignore si ses troupiers disputeront une trentaine de matchs au retour du congé des Fêtes ou s’ils en joueront une trentaine au total pour toute la saison, Serge Beausoleil considère que, quoi qu’il en soit, la tenue de séries éliminatoires au printemps est primordiale. Selon l’entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski, plusieurs de ses homologues partagent le même point de vue.

«On va s’adapter aux situations. Il va y avoir probablement des bulles. Mais pour moi, ce qui est prioritaire, c’est qu’on s’assure de jouer des séries éliminatoires et qu’il y ait une Coupe du Président. Combien on jouera de matchs avant? J’espère en jouer le plus possible. Si c’est sous forme de bulle, ce sera sous forme de bulle. Pour moi, c’est incontournable.»

Ces séries devront, à son avis, inclure les 18 clubs. Mais, comment les classements seront-ils établis? «Ça pourrait être au pourcentage. Mais, il va falloir un minimum de matchs de joués pour comparer des pommes avec des pommes.»

Repousser la période des transactions?

Concernant la période des transactions, Beausoleil croit qu’il serait judicieux de la part de la LHJMQ «de s’arrimer avec ce qui se passe en Ontario et dans l’Ouest, où on veut repousser la fin de la période des transactions jusqu’en février». «Soyons sérieux. Des clubs comme Sherbrooke et même Blainville ne sont pas prêts, en ce moment, à prendre des décisions là-dessus. Même nous, qui en avons joué 16, ce n’est pas beaucoup. Je pense qu’on a du temps, en plus. Puis, avec l’incertitude, il serait très, très sage de donner un peu plus de temps pour bien faire les choses.»

Selon le directeur général de la formation rimouskoise, il faudrait que la fin de la période de transaction soit après la conclusion d’une bulle, si tel est le cas. «Ce ne sera pas pendant qu’on est en confinement qu’on va faire la fin des transactions!» S’il ne s’attend pas à beaucoup de mouvements, il croit qu’il y en aura encore moins entre les Maritimes et le Québec.»

Recommandations auprès de la ligue

Serge Beausoleil a participé à une rencontre avec ses vis-à-vis d’une durée de deux heures et demie, lundi. Ils ont parlé des séries, des périodes de transactions, des dates butoirs pour faire des changements à l’alignement, des joueurs européens et d’école. Concernant la venue des Européens, les dg des clubs entrevoient de leur ouvrir la porte jusqu’en avril et qu’ils puissent joindre l’équipe, même dans le cas d’un alignement de 25 joueurs.


« On va s’adapter aux situations. Il va y avoir probablement des bulles. Mais pour moi, ce qui est prioritaire, c’est qu’on s’assure de jouer des séries éliminatoires. »
Serge Beausoleil, entraîneur-chef de l'Océanic

«Tout est en mouvance. On a émis des recommandations très, très claires pour l’ensemble des propriétaires. Après ça, c’est pas mal eux qui décident des orientations qu’on va prendre avec le comité exécutif de la ligue. On a amené des solutions et on espère que quelques-unes vont être retenues.»

Bilan de mi-saison

Avec seulement 16 matchs derrière la cravate depuis le début de la campagne, Serge Beausoleil trouvait plutôt rigolo de parler de bilan de mi-saison. «Ça a été, disons-le, une aventure totalement atypique! On est sortis des sentiers battus, on a refait le calendrier nombre de fois, on a joué presque toujours contre Baie-Comeau, un moment donné, et après ça, seulement contre l’Abitibi. On devait jouer 12 matchs contre les Remparts et des clubs comme Victo, Shawinigan et Chicoutimi. Ça n’a pas eu lieu. Donc, ça a été beaucoup d’adaptation et de défis en même temps.»

Au chapitre des performances, l’Océanic arrive au 17e rang sur 18 au classement général du Circuit Courteau, avec un total de 10 points. Sur 16 matchs, Rimouski a signé 4 victoires et a encaissé 12 défaites. «Ça semble peu, mais je pense qu’on s’est inclinés 8 ou 9 fois par la marge d’un but, nuance l’entraîneur-chef. Sans chercher d’excuses, je dirais qu’on n’a pas la profondeur, l’étoffe et l’expérience, cette année, pour se passer de nos deux Européens à l’attaque, de Zachary Bolduc et d’Andrew Coxhead. Je pense que ça explique pas mal de choses.»

Le patron hockey ne peut non plus s’empêcher de rappeler la situation particulière de sa troupe. «On a été frappés de plein fouet par les blessures à Nathan Ouellet, à Coxhead, à Bolduc, à [Ludovic] Soucy, à [Frédéryck] Janvier. Ce ne sont que des attaquants qui sont tombés au combat. Je ne me rappelle pas d’un défenseur qui a raté un match et on en a neuf. Ça a rendu les choses compliquées!»

Quoi qu’il en soit, Beausoleil est satisfait de la façon dont ses jeunes progressent. «J’aime beaucoup ce qu’ils ont fait. C’est très intéressant pour la suite des choses. Mais, on a un passage obligé, en ce moment.»

D’ici à ce que ses troupiers partent bientôt dans leur famille, ils travaillent sur leur développement. «On fait beaucoup d’enseignement individuel avec les joueurs sur le plan du maniement de la rondelle et du patin. C’est le temps de travailler là-dessus, d’améliorer le niveau des gars. On va avoir très peu d’entraînement collectif. Ils ont des gyms aussi. Je ne veux pas que les gars soient arrêtés un mois parce que quand on va recommencer, au mois de janvier, il y a un plan sur la table et il faudra être prêt à être meilleur.»

L’Océanic a dévoilé, jeudi, une toile commémorative pour la clôture du 25e anniversaire de l’équipe. Réalisée par Éric Sévigny, elle sera reproduite en quantité limitée à 125 copies numérotées et signées par l’artiste-peintre.

Toile commémorative du 25e

L’Océanic a dévoilé, jeudi, une toile commémorative pour la clôture du 25e anniversaire de l’équipe. Réalisée par Éric Sévigny, elle sera reproduite en quantité limitée à 125 copies numérotées et signées par l’artiste-peintre. D’une dimension de 24 pouces (61 cm) sur 32 pouces (81 cm), ces reproductions de haute qualité seront mises en vente dans la boutique virtuelle de la formation à compter de vendredi. «L’original sera dans les bureaux de l’Océanic», précise le directeur des ventes de l’organisation, Jean-Philippe Bérubé.

Quatre joueurs marquants de l’Océanic apparaissent au premier plan de l’oeuvre, sur une patinoire extérieure: Brad Richards, Sidney Crosby, Vincent Lecavalier et Alexis Lafrenière. «Les personnages foncent vers nous avec un coucher de soleil en arrière parce que Rimouski a les plus beaux couchers de soleil au monde, décrit l’artiste. Ça donne du mouvement.» On y retrouve aussi les différents logos et les coupes remportées au cours de l’histoire du club.