Après sept jours d’absence, Ludovic Soucy a marqué le deuxième but de l’Océanic.
Après sept jours d’absence, Ludovic Soucy a marqué le deuxième but de l’Océanic.

L'Océanic perd sur «un vulgaire face off» [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – Malgré un échange serré qui s’est soldé par la marque de 3-2 pendant lequel les deux camps se sont accordé bien peu d’espace de manœuvre, les Huskies ont remporté un deuxième match successif contre l’Océanic lors du dernier duel d’un programme triple en quatre jours, dimanche, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski.

L’absence d’Andrew Coxhead, qui s’ajoute à la liste des blessés, a représenté une lourde perte pour Rimouski, surtout lors des désavantages numériques et des mises au jeu. «On n’a même pas 30% [de succès des mises au jeu], a confirmé l’entraîneur-chef local, Serge Beausoleil. Honnêtement, c’est trop peu. Mais, il faut dire qu’il y a certaines mises au jeu qui sont mises sur la glace alors que le bâton adverse est au trois quarts du cercle. C’est à nous autres à mieux jouer là-dessus et de faire la même chose qu’eux! Mais, quand il y a seulement deux centres naturels qui jouent, c’est très difficile!» Rappelons que lors du match de jeudi contre les mêmes adversaires, Coxhead avait inscrit deux buts. Selon son entraîneur, le vétéran sera absent pendant au moins une semaine.

Puis, victime d’une violente mise en échec de Jordan Côté dans l’angle mort en début de deuxième période, dimanche, Bolduc s’est effondré sur la patinoire et n’est pas revenu dans le match. S’il s’est abstenu, comme c’est l’habitude, de préciser la nature de la blessure, Beausoleil a reconnu qu’il s’agissait d’une perte qui fait très mal. «Ce n’est pas à la tête et ce n’est pas une commotion, a-t-il quand même fait savoir. C’est une mise en échec dangereuse qu’on veut éviter dans notre sport. C’est un clip qui va aller à la ligue. C’est un coup sournois. Pour moi, c’est condamnable. Il y en a un autre par le même joueur en troisième période qui n’a même pas été appelé.» 

En revanche, les locaux ont pu se réjouir du retour d’Anthony D’Amours, qui est un élément important dans l’alignement bas-laurentien. Le retranchement d’Alexander Gaudio a aussi permis le retour de Ludovic Soucy.

Un alignement dégarni

«C’est un match difficile où on a peiné, a convenu Beausoleil. Je ne peux pas demander beaucoup plus aux gars, en ce moment. On commence à manquer de joueurs pour jouer du hockey! Il nous reste deux centres. On a six attaquants manquants. On avait quatre défenseurs sur la patinoire. On n’a pas le droit de faire de rappel avec le midget AAA. Il va falloir trouver une autre solution, on s’en va en Abitibi!» 

Le patron hockey a tout de même souligné le travail acharné de ses soldats. «On ramène ça 2 à 2 et on perd sur un vulgaire «face off»! Les gars ne sont pas habitués de jouer à ces endroits-là. Mais, il faut quand même savoir quoi faire là-dessus! La justice est une utopie! Mais, les gars ont, dans l’ensemble, bien bataillé quand même.»

Description du match

À 6:12 du début du match, Nathan Ouellet, oublié dans l’enclave, a battu Samuel Richard dans la partie supérieure du filet sur une superbe passe de Zachary Bolduc. Avec ce premier but de la saison, le capitaine a permis à l’Océanic d’ouvrir la marque et de prendre les devants. Ce but a donné le ton aux locaux qui ont offert un jeu plus cadencé et plus vif tout au long de la première période.

Mais, grâce aux unités spéciales de Rouyn-Noranda, la priorité d’un but de l’Océanic n’aura survécu qu’un peu plus de deux minutes au deuxième vingt. À 2:35, Alex Beaucage a égalisé la marque d’un sublime lancer qui s’est faufilé entre le bras et la jambière de Matthew Dunsmoor, avec l’aide de Carter Murchison. S’il s’agissait du premier but de Beaucage en trois matchs contre les Bas-Laurentiens, c’était son 14e depuis le début de la campagne. Puis à 6:24, Donovan Arsenault s’est amené vers Mathieu Gagnon (3e) qui, placé devant la cage, a complété le travail en avantage numérique. La pression exercée par les hommes de Serge Beausoleil en fin d’engagement médian et l’efficacité de leur échec avant n’ont pas porté fruit; Richard a fermé la porte.

Bien positionné devant le filet, Ludovic Soucy (3e) a profité d’un jeu de puissance pour ramener l’égalité à 7:17 du dernier tiers. «Je suis content pour le but, mais j’aurais pu être plus intense dans la partie, a regretté le vétéran. Je cherchais un peu mes jambes, parfois. J’aurais aimé mieux faire pour aider l’équipe. Mais, c’est normal, après une semaine d’absence, où j’ai moins patiné sur la glace. C’est décevant d’avoir perdu. On va se reprendre la semaine prochaine en Abitibi!» Son entraîneur estimait que le vétéran avait donné ce qu’il pouvait. «Il nous a donné un gros but, a souligné Beausoleil. Ça a moins bien été au cercle des mises au jeu. On lui en a demandé beaucoup, pour un gars qui revenait de sept jours d’inactivité!»

Dans un jeu à quatre contre quatre à 6:34 à écouler à la rencontre, Xavier Bouchard (2e) a scellé l’issue du match lorsque la rondelle a dévié devant lui. «On aurait dû contrer ce but-là», croyait Soucy. 

Après que le signal de fin de match eut retenti, certains joueurs de Rouyn-Noranda se sont approchés du banc adverse et ont mis Serge Beausoleil hors de lui. «C’est du hockey qui a été joué vraiment serré et c’est correct, a expliqué l’entraîneur-chef, furieux. Mais, quand c’est fini et qu’on vient nous provoquer du côté du banc, j’ai trouvé ça très ordinaire, d’autant plus qu’on a accepté d’ajuster l’horaire, de faire tout ce qui était en notre pouvoir pour les accommoder. Quand c’est terminé, ne viens pas barber le banc! C’est comme ça qu’il y a des échauffourées et que le contrôle se perd dans un match.»