Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après avoir été échangé en septembre aux Sea Dogs, le gardien de but Creed Jones fait un retour au sein de l’Océanic.
Après avoir été échangé en septembre aux Sea Dogs, le gardien de but Creed Jones fait un retour au sein de l’Océanic.

Creed Jones de retour avec l’Océanic

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Fait plutôt inusité chez l’Océanic. Après avoir été échangé en septembre aux Sea Dogs, le gardien de but Creed Jones fait un retour au sein de la formation rimouskoise. La situation est d’autant plus atypique qu’un peu plus tôt, le joueur bas-laurentien Brandon Casey a été soumis au ballottage et c’est l’équipe de St-John qui l’a réclamé. Pour Serge Beausoleil, c’est une première. Jamais le directeur général de Rimouski n’avait déjà été impliqué dans une situation semblable.

«On a scruté attentivement les possibilités d’améliorer l’équipe, raconte le pilote rimouskois. Sur le plan du ballottage et des réclamations obligatoires qui étaient prévues, Creed Jones a été ignoré; il a passé le ballottage. À la suite de ça, il n’a pas été réinséré sur la liste de St-John. Il s’est retrouvé libre comme l’air. On a décidé de lui donner une chance. Comme il avait connu énormément de succès ici, on trouvait que c’était une fenêtre d’opportunités qui s’ouvrait et qui était énormément intéressante. […] Il y a eu carrément un alignement de planètes pour nous!»

Après avoir pris part à 12 matchs l’an dernier dans l’uniforme de l’Océanic, le portier natif de Peterborough, en Ontario, avait maintenu une moyenne de 1,42 but alloué et un pourcentage d’arrêts de .934. «C’est un gars qui a été excellent chez nous, qui apporte beaucoup de calme, se souvient l’entraîneur-chef, Serge Beausoleil. Je ne cacherai pas qu’en ce moment, on donne énormément de buts. Je pense qu’on est capables d’en couper devant les poteaux. Ça va permettre à Raphaël Audet et à Jonathan Labrie de continuer à progresser.»

Les règlements de la LHJMQ stipulent qu’un joueur qui a été échangé ne peut pas retourner à son ancienne équipe avant deux ans, sauf s’il est soumis au ballottage de toutes les équipes et qu’aucune d’entre elles ne le réclame. Le cas échéant, il peut retourner vers son équipe initiale. «C’est l’exception à la règle à laquelle on s’est prévalu», fait savoir Beausoleil.

Le patron de la troupe rimouskoise ignore pourquoi l’intégration du vétéran-gardien au sein de l’organisation des Sea Dogs n’a pas fonctionné. «Bien honnêtement, ce n’est pas de mes affaires! Ce qui fait notre affaire, c’est qu’on a transigé un gardien qu’on aimait beaucoup. On a fait des choix difficiles parce que, dans le plan A, Creed Jones était entre nos poteaux au début de l’année. Mais, il a fallu s’ajuster. Puis, il redevient disponible comme ça, gratuitement. On a sauté sur l’occasion!»

Selon Beausoleil, le principal intéressé était très heureux de ce dénouement. «Je pense qu’il serait venu à pied s’il avait fallu! […] Sa priorité numéro un était de terminer en force dans le Circuit Courteau. Donc, de revenir à Rimouski, c’était quelque chose d’inespéré pour lui!»

Serge Beausoleil a sauté sur l’occasion qui s’offrait à lui pour réintégrer Creed Jones au sein de l’Océanic.

Concernant Casey, le patron hockey rappelle que le timing est important au hockey. «Il faut saisir ses chances quand elles passent. On a fait plusieurs changements à notre défensive et il se retrouvait encore dans un rôle de septième ou huitième. Avec l’arrivée de Darick Louis-Jean, il tombait neuvième. Alors, on voulait lui donner une opportunité. Lui, ce qu’il voulait, c’est de jouer. Son plan A était de rester avec nous, mais s’il n’y avait pas de place, il voulait vraiment jouer dans le circuit. Je suis bien content qu’il puisse continuer à évoluer dans le Circuit Courteau.»

Gardiens et vétérans de 20 ans

Comme l’Océanic composait déjà avec un ménage à trois devant le filet, le jeune Alexandre Boissonneault sera réassigné vers son équipe collégiale, lorsque la présente «bulle» sera terminée. Le cerbère de 17 ans aura alors un statut de joueur affilié. «Quatre gardiens, ce serait un peu trop», lance sans grande surprise le directeur général.

Par ailleurs, avec Jones, le club du Bas-Saint-Laurent se retrouve avec quatre vétérans de 20 ans. «On retourne à une situation qu’on a vécue avant, indique Beausoleil. On a plus d’un mois pour voir qui va être essentiel à l’équipe. On vient de créer une compétition à l’interne sur le plan des défenseurs parce qu’on a d’excellents défenseurs qui étaient dans les estrades, de jeunes espoirs qui sont importants pour nous. Je pense qu’on fait la même chose avec nos 20 ans et nos gardiens. On veut que les plus compétitifs sortent du lot et nous montrent de quel bois ils se chauffent! […] Ça permet de très belles performances.»

Comme Jones arrive des Maritimes, il doit se soumettre à un isolement de 14 jours avant de pouvoir sauter sur la patinoire de Rimouski. Par conséquent, l’alignement demeurera le même que celui des derniers matchs lors des rencontres de la fin de semaine prochaine contre les Cataractes de Shawinigan, présentés dans un environnement protégé au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Le statut de Xavier Ducharme ayant été confirmé jeudi, l’équipe aligne donc 24 joueurs, dont 14 attaquants, 8 défenseurs et 2 gardiens de but. Une place est conservée dans l’espoir que le Russe Alexander Lazarev puisse se pointer à Rimouski.