Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’entraîneur-chef et directeur général de Rimouski, Serge Beausoleil
L’entraîneur-chef et directeur général de Rimouski, Serge Beausoleil

Après deux autres transactions, l’Océanic poursuit sa restructuration

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Longuement réfléchie et peaufinée pendant de longues heures, voire de longues journées, la transaction signée avec les Cataractes s’inscrit dans la restructuration à court, moyen et long termes dans laquelle s’est engagé l’Océanic. Il importe, pour l’organisation, d’aller chercher des joueurs de talent et de les élever. C’est du moins la lecture qu’en fait l’entraîneur-chef et directeur général de Rimouski, Serge Beausoleil.

Dans les tractations entourant cet échange, le plus «épouvantable» a été de laisser partir Zachary Massicotte. «C’est un gars qu’on avait en haute estime, un gars qu’on a élevé, souligne Beausoleil. Il avait le coeur gros. Mais, en même temps, il s’en va jouer chez lui; il est de Shawinigan.»

Si le défenseur était triste de quitter Rimouski, le patron hockey l’était tout autant de le voir partir. «Non seulement Zachary Massicotte est un gars extrêmement attachant, mais il est aussi un gars parmi les plus prisés dans le vestiaire. C’est un gars qu’on adorait et qu’on planifiait de garder à plus long terme. Mais, je pense qu’il avait un peu le désir d’essayer de gagner la Coupe, cette année. J’ai été sensible à ça. Ça s’est fait évidemment avec beaucoup de respect pour Zachary. D’aucune façon, il ne voulait quitter.» Avec Massicotte, Beausoleil a cédé les droits de Justin Bergeron. «Les deux étaient liés. Le marché est assez particulier, cette année; il n’est pas trop aux vendeurs, avec les incertitudes.»

Tyson Hinds et Xavier Cormier

En retour, le pilote de Rimouski est fort heureux d’obtenir les services de Tyson Hinds, un grand défenseur de 6 pieds 3 pouces, «qui joue d’une très bonne façon». «Cette année, il jouait contre des premiers trios dans plusieurs matchs qu’on a étudiés. C’est un joueur qui est vraiment intéressant, qui a de bons pieds et qui est plus mobile que certains défenseurs. Il a un bon bâton. Je n’ai pas de doute qu’avec l’entraînement de [Donald] Dufresne, il va prospérer.» 

Avec Simon Maltais, Frédéric Brunet et Mathis Gauthier, Hinds viendra compléter le quatuor de 17 ans. «C’est autour de ces gars-là qu’on va bâtir notre unité défensive, envisage l’entraîneur-chef. On veut laisser beaucoup de place à nos jeunes de 17 ans pour grandir au sein de l’organisation et de jouer de bonnes minutes.» Contrairement à Maltais, Brunet et Gauthier, Hinds n’est pas une verte recrue. 

Serge Beausoleil est aussi fort enthousiaste d’acquérir les droits de Xavier Cormier. «C’est un gars que j’ai en haute estime depuis plusieurs années et qui, à Shawinigan, jouait derrière plusieurs joueurs de talent, des premiers choix. Je pense qu’il a beaucoup d’offensive en lui. Il est capable de jouer sur 200 pieds et en désavantage numérique. Il va venir combler une portion importante ici. Puis, c’est un centre qui est capable de manger de bonnes minutes, comme on dit dans le langage du hockey. Xavier Cormier se retrouve à être le joueur le plus prolifique de 19 ans. C’est lui qui a eu la meilleure saison à 18 ans de tous nos joueurs.» 

À ces deux nouveaux troupiers s’ajoutent des choix de premier tour à la séance de sélection de 2023 et de troisième ronde à celle de 2021. «On va se retrouver au prochain encan avec trois choix de première ronde, deux choix de deuxième ronde et deux choix de troisième ronde, précise le dg de l’Océanic. On vient de se positionner d’une façon extrêmement avantageuse pour ce qui s’en vient!»

Si Beausoleil mise beaucoup sur son quatuor de 17 ans, il faudra tout de même s’attendre à une ou deux autres acquisitions à la défensive de l’Océanic. «On a les pièces pour le faire, mais on va le faire intelligemment, prévient Beausoleil. Tyson Hinds s’inscrit là-dedans. Ça va nous prendre un peu plus de barbe au menton sur le plan de l’unité défensive. On travaille activement là-dessus. Je suis parfaitement conscient que ça va prendre un peu de renfort.»

Transaction avec les Sea Dogs

Lors d’une autre transaction conclue mardi avec les Sea Dogs de St-John, le club bas-laurentien a obtenu les services d’Alex Drover. En retour, l’organisation cède un choix de deuxième ronde et un autre de dixième lors de la séance de sélection de 2022 ainsi qu’un choix de quatrième ronde en 2023. 

Le directeur général adjoint de l’Océanic, Dany Dupont, convoitait les droits de l’attaquant de 18 ans depuis deux ans et demi. «Il jouait derrière une pléiade de joueurs à St-John, a observé Serge Beausoleil. Il n’avait pas un temps de glace qui était intéressant. Mais, il réussissait quand même! On pense que c’est un joueur qui pourrait éclore de façon vraiment substantielle chez nous. Donc, c’est une belle acquisition pour des choix dans le futur.»

Natif de Port-aux-Basques, à Terre-Neuve-et-Labrador, Drover ne voulait évoluer qu’au sein d’une seule équipe : les Sea Dogs de St-John. C’est parce que l’Océanic lui a promis de jouer un rôle de premier plan qu’il a accepté de prendre la route vers Rimouski, de l’avis de Beausoleil. Avec les acquisitions de Drover et de Cormier, en plus des retours du tchèque Adam Raska et de Zachary Bolduc, l’Océanic est maintenant fort mieux nanti à l’attaque que lors de la première moitié de saison.