Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Darick Louis-Jean a été imposant sur le plan physique dans le seul match où il a joué dans la bulle de Québec et contre les Saguenéens de Chicoutimi cette saison.
Darick Louis-Jean a été imposant sur le plan physique dans le seul match où il a joué dans la bulle de Québec et contre les Saguenéens de Chicoutimi cette saison.

Louis-Jean échangé à l’Océanic

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Darick Louis-Jean a été patient. Depuis le mois d’août, il s’est entraîné comme un membre à part entière des Olympiques de Gatineau, mais comme l’équipe disposait d’un joueur de 20 ans en surplus, il n’avait participé qu’à un seul match.

Le travail acharné du vétéran défenseur a été récompensé jeudi. Il a été échangé à l’Océanic de Rimouski où il pourra terminer sa carrière dans la LHJMQ en jouant sur une base régulière.

«Je suis très excité par cette occasion de jouer à nouveau, mais un peu déçu de perdre mes boys ici», a-t-il dit au Droit à quelques minutes de son départ pour Rimouski jeudi après-midi.

Les Olympiques ont reçu un choix de 10e ronde en 2021 dans cette transaction, mais le prix importait peu aux yeux du directeur général Louis Robitaille. Pour lui, c’était une question de respect de permettre au vétéran de deux saisons et demi de poursuivre sa carrière dans le circuit Courteau.

«Darick est un jeune homme passionné et persévérant, un travailleur infatigable, qui a rendu de fiers services à cette organisation. Je lui souhaite du succès avec sa nouvelle organisation. Nous avions trois autres joueurs de 20 ans ici, mais Darick mérite amplement de jouer dans cette ligue», a-t-il expliqué.

L'entraîneur-chef et directeur général des Olympiques de Gatineau, Louis Robitaille

En 129 matches avec les Olympiques, Louis-Jean a marqué trois buts et totalisé 21 points. Le colosse de 6’1’’ et 200 livres est surtout reconnu pour ses qualités défensives. Sa mission était souvent de surveiller les meilleurs trios adverses la saison dernière. Il avait justement connu quelques-uns de ses meilleurs matches contre Alexis Lafrenière et l’Océanic de Rimouski.

«Je me souviens encore des deux matches en deux jours à Guertin en février dernier. Il y avait beaucoup de monde à l’aréna pour voir jouer Lafrenière. Je devais surveiller le premier trio. Lafrenière avait été moins productif qu’à l’habitude. J’avais trouvé ça excitant», a ajouté celui qui avait limité Lafrenière à deux points dans ces deux matches au «Vieux Bob».

Rimouski a beau être loin de Gatineau ou de sa résidence familiale de la région montréalaise, la distance lui importe peu.

«Ça ne me dérange aucunement. Je cherchais juste une place pour recommencer à jouer. L’Océanic, c’est une bonne organisation. De bons joueurs sont passés par là, tout comme à Gatineau d’ailleurs. J’ai parlé à Serge Beausoleil. Il m’a dit qu’il allait me confier un rôle important. J’ai hâte de lui démontrer qu’il a pris une bonne décision.»

Louis-Jean ne s’en cache pas. Les derniers mois n’ont pas été les plus faciles. Il n’a pris part qu’à un seul des 10 matches des Olympiques tout en sachant qu’il avait sa place dans la LHJMQ.

«La première moitié de saison a été dure, mais je n’ai jamais lâché. Le travail acharné finit toujours par rapporter. J’ai tâché de m’améliorer durant les entraînements. Je suis dans la meilleure forme de ma vie.»

À Rimouski, il rejoindra Evan MacKinnon et le gardien Gabriel Boissonneault, deux autres membres des Olympiques qui ont été échangés à l’Océanic dans la transaction qui a fait passer Isaac Belliveau, Andrew Coxhead et Matthew Dunsmoor à Gatineau le 30 décembre dernier.