Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Canada a facilement défait la Russie 5-0 pour atteindre la finale du Championnat mondial de hockey junior.
Le Canada a facilement défait la Russie 5-0 pour atteindre la finale du Championnat mondial de hockey junior.

Le Canada accède à la finale du Mondial junior

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le Canada a facilement défait la Russie 5-0 pour atteindre la finale du Championnat mondial de hockey junior, lundi, dans la bulle d’Edmonton.

Alex Newhook, Connor McMichael, Cole Perfetti, Braden Schneider et Dylan Cozens - dans un filet désert - ont marqué les buts du Canada.

Cozens a aussi ajouté deux aides. Schneider a terminé la rencontre avec deux points, tout comme le Québécois Jakob Pelletier.

Le gardien Devon Levi a inscrit un deuxième jeu blanc consécutif - son troisième du tournoi - bloquant 28 tirs.

Yaroslav Arkamov a été chancelant en première moitié de rencontre, se ressaisissant par la suite pour terminer le match avec 34 arrêts.

«Vous savez comment nous sommes, les entraîneurs : nous allons trouver des points à améliorer, a lancé André Tourigny au début de son point de presse. Je ne veux pas mettre l’accent là-dessus, mais nous avons été moins bons sur certains aspects, dont les mises en jeu.»

Il devra rapidement trouver une solution à ce problème qui n’en a pas vraiment été un : le Canada affrontera mardi en finale les Américains, tombeurs de la Finlande, 4-3.

Records

Les trois jeux blancs de Levi ont permis à Levi d’égaler le record du tournoi pour le Canada établi par Justin Pogge en 2006.

«Je ne joue pas pour les records, je joue pour la médaille d’or», a dit le gardien qui semble avoir de la glace dans les veines tellement tout lui semble aisé sur la patinoire.

«Il a été phénoménal jusqu’ici, l’a louangé Tourigny. Je me répète chaque jour. Je ne sais pas quoi dire (à son sujet). Il a été excellent, concentré. Il a su nous donner confiance.»

Avec ses trois points, Cozens a quant à lui momentanément devancé l’Américain Trevor Zegras en tête des marqueurs du tournoi avec 16 points.

Départ canon

Le Canada a amorcé le match sur les chapeaux de roue. Dès la première minute de jeu, il a bourdonné autour du filet défendu par Askarov. Newhook, bien posté à la gauche du gardien, l’a déjoué d’un tir précis dans la partie supérieure. Mais personne ne l’a vu.

Le disque a ressorti prestement du filet sur la droite du gardien et le jeu s’est poursuivi pendant quelques secondes, jusqu’à ce que les officiels mineurs n’interrompent le match afin que l’arbitre Olivier Gouin puisse voir la reprise vidéo.

Après une brève interruption, on a confirmé que la rondelle avait frappé la barre transversale dans le fond du filet et, par le fait même, le troisième but du tournoi de Newhook.

«C’est toujours bon de marquer sur la toute première séquence de la partie, a analysé Newhook. Ça énergise vos coéquipiers pour un bon moment. (...) Je ne croyais pas avoir marqué. Je croyais avoir frappé la barre transversale.»

«Cette révision leur a donné du rythme, même s’ils semblaient les plus frais et les plus déterminés en début de rencontre», a pour sa part indiqué l’entraîneur-chef Igor Larionov.

À mi-chemin de la période, le Canada a doublé son avance grâce au quatrième de la compétition de McMichael, qui a complété une séquence intense en couronnant le jeu orchestré par Cozens et Pelletier.

Le Canada s’est donné une priorité de trois buts avant la fin de la première période. Profitant d’une double mineure au capitaine russe, Vasili Podkolzin, qui avait porté son bâton trop élevé à l’endroit de Bowen Byram, Perfetti a fait 3-0.

Largesses d’Askarov

Askarov a déjà mieux paru, la rondelle le battant sous son bras droit. Cozens a récolté son deuxième point du match sur ce but.

Après que le Canada eut fait 4-0 en début de deuxième sur une autre largesse d’Askarov, les Russes croyaient bien s’être inscrits à la marque pendant un avantage numérique. Le but de Mikhail Abramov a toutefois été refusé après que le Canada eut contesté l’entrée des zones des Russes, survenue 40 secondes plus tôt. Les Russes étaient toutefois dans le tort de quelques millimètres et le but leur a été refusé.

«Je ne suis pas un arbitre, alors je ne peux dire si c’était un bon but ou non, a philosophé Abramov. S’ils disent qu’il y avait hors-jeu, il y avait hors-jeu.»

Larionov n’était pas d’accord avec lui.

«C’était un bon but, sans l’ombre d’un doute. S’ils accordent ce but, ça aurait pu nous donner un second souffle.»

Cozens a eu l’occasion de prendre momentanément la tête des marqueurs du tournoi avec 30 secondes à faire dans la période médiane, quand on lui a accordé un tir de pénalité à la suite de l’accrochage d’Artemi Knyazev.

L’attaquant canadien a toutefois perdu la maîtrise du disque en effectuant une dernière feinte et la marque est demeurée 4-0.

Cozens n’a pas raté la deuxième occasion qu’on lui a offerte en fin de rencontre, quand sur un deux contre un, Pelletier lui a refilé le disque au lieu de lancer. Cozens a scellé l’issue de la rencontre avec son huitième but de la compétition.

+

LES AMÉRICAINS ONT EU CHAUD!

Arthur Kaliyev (28) est félicité après avoir brisé l’impasse avec 1:16 au cadran en troisième période.

Les rivaux du Canada en finale du championnat mondial de hockey junior seront les États-Unis, victorieux 4-3 devant les Finlandais, lundi.

Arthur Kaliyev a brisé l’impasse avec 1:16 au cadran en troisième période, d’un tir frappé de l’enclave.

Alex Turcotte, John Farinacci et Matthew Boldy ont aussi fait mouche pour les Américains, champions du tournoi quatre fois, le plus récemment en 2017.

La riposte a été le doublé de Kasper Simontaival et le filet de Roni Hirvonen.

La Finlande sera opposée à la Russie dans le match pour le bronze.

Spencer Knight a fait 33 arrêts, 12 de plus que Kari Piiroinen.