Le président des Cataractes, Roger Lavergne, a hâte de voir comment se dérouleront les matchs tenus en environnement protégé, du 17 au 27 novembre à Québec. Il a d’ailleurs réitéré que son organisation serait intéressée à imiter les Remparts, plus tard cette saison, si la situation le commande.
Le président des Cataractes, Roger Lavergne, a hâte de voir comment se dérouleront les matchs tenus en environnement protégé, du 17 au 27 novembre à Québec. Il a d’ailleurs réitéré que son organisation serait intéressée à imiter les Remparts, plus tard cette saison, si la situation le commande.

Priorité aux joueurs, disent les Cataractes

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Shawinigan — Les Cataractes déplaceront leur bulle de Shawinigan vers Québec, d’ici quelques jours. Comme six autres équipes de la LHJMQ, c’est au Centre Vidéotron qu’ils disputeront leurs prochains matchs.

Cette annonce, publiée dimanche en matinée, confirme la reprise des activités pour les clubs situés en zone rouge. L’organisation shawiniganaise, inactive en saison régulière depuis le 11 octobre, avait aussi levé la main pour accueillir les six autres formations en congé forcé, toutes confinées dans leur région respective.

Le circuit Courteau a finalement opté pour le plus grand amphithéâtre... et la ville qui offrait le plus de commodités sur le plan de l’hôtellerie.

Le Centre Vidéotron sera le théâtre de 21 matchs entre le 17 et le 27 novembre. Les Cataractes devraient en jouer six.

Les protégés de Ron Choules, qui n’ont jamais cessé l’entraînement, revendiquent trois victoires en quatre sorties jusqu’ici cette saison. Seuls les Remparts de Québec et l’Armada de Blainville-Boisbriand, figés à deux matchs au compteur, ont vu moins d’action qu’eux. Les Tigres de Victoriaville, les Olympiques de Gatineau et les Voltigeurs de Drummondville ont également été limités à quatre parties.

«Je suis très heureux pour nos joueurs, ça va faire du bien à tout le monde», sourit le président des Cataractes, Roger Lavergne.

«Ils travaillent tellement fort! Les gars sont disciplinés, ils font des sacrifices et là, ils voient enfin un peu de lumière au bout du tunnel. Et ce n’est pas le train qui s’en vient!»

Partie remise pour Shawinigan?

Roger Lavergne a de nouveau confirmé l’intérêt de son équipe à présenter des matchs sous une formule similaire, au Centre Gervais Auto cette fois.

Pas plus tard que la semaine dernière, le maire de Shawinigan, Michel Angers, donnait publiquement son appui à la démarche, rappelant les succès des événements tenus à l’amphithéâtre municipal depuis quelques années. Sans oublier le premier gala de boxe qui s’est déroulé au pays en période de pandémie, il y a un mois.

Ceci dit, Lavergne aborde le tout avec prudence. «On verra comment le retour se passe à Québec. Comme plusieurs, on se préoccupe du nombre élevé de nouveaux cas de COVID-19. Il y a beaucoup d’impondérables avant de confirmer que la formule peut être répétée. Pour l’instant, nous sommes soulagés et privilégiés d’avoir eu l’écoute de la Santé publique. Ça me rend fier d’être associé à la LHJMQ.»

Sans pouvoir chiffrer les coûts associés au retour au jeu pour les matchs au Centre Vidéotron, Lavergne concède qu’il sera difficile d’engranger des profits avec ce concept.

«De toute façon, ce n’est pas la priorité au moment où l’on se parle. L’important, c’est que les joueurs aient des matchs. Là-dessus, les sept équipes sont unanimes. Non, les coûts ne sont pas secondaires, car on encaisse pas mal ces temps-ci, mais il faut voir plus loin que ça.»

Il n’est pas impossible que des rencontres tenues au Centre Vidéotron en «environnement protégé» soient télédiffusées à TVA Sports.