Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Kasper Simontaival (29) a été un des meilleurs attaquants du Championnat mondial junior, mais au lieu de rester au Canada pour s’amener chez les 67’s d’Ottawa, il devra retourner chez lui pour poursuivre son développement, faute d’un calendrier établi dans la Ligue de l’Ontario.
Kasper Simontaival (29) a été un des meilleurs attaquants du Championnat mondial junior, mais au lieu de rester au Canada pour s’amener chez les 67’s d’Ottawa, il devra retourner chez lui pour poursuivre son développement, faute d’un calendrier établi dans la Ligue de l’Ontario.

Les 67’s doivent laisser partir leur Finlandais

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Si la Finlande est venue à 76 secondes près d’amener l’équipe américaine en prolongation dans la demi-finale du Championnat mondial junior à Edmonton lundi soir, c’est en grande partie grâce aux deux buts Kasper Simontaival.

Et puis si la Ligue de l’Ontario (OHL) avait publié son calendrier de la prochaine saison, l’attaquant de 18 ans serait resté au Canada pour s’amener avec les 67’s d’Ottawa afin d’y terminer sa saison. La OHL tarde toujours à dévoiler ce fameux calendrier. Choix de troisième ronde des Kings de Los Angeles en octobre dernier, Simontaival ne profitera donc pas de son passage au Canada pour rester au pays.

Comme il doit jouer pour poursuivre son développement, il retournera chez lui où il a partagé sa première moitié de saison entre son club junior de Tuto et son club professionnel de Tappera.

«Il n’a pas fermé la porte à venir nous rejoindre. Il veut attendre de voir ce qui va se passer avec notre saison, mais il n’a pas eu le choix de retourner chez lui en attendant», a expliqué le directeur général des 67’s, James Boyd.

Simontaival a été fidèle à lui-même à Edmonton. Il a récolté quatre buts et sept points en sept matches pour terminer au troisième rang des compteurs de la Finlande, médaillée de bronze après sa victoire de 4-1 contre les Russes mardi soir. Avant la présentation du match de la médaille d’or entre le Canada et les États-Unis, il faisait partie des 10 meilleurs compteurs du tournoi. James Boyd aurait bien aimé pouvoir le ramener à la Place TD dans les circonstances normales.

«Il a été exactement le même joueur que nous avions vu dans d’autres tournois internationaux. Il aurait été un favori de la foule ici. Pour les partisans des 67’s, il ressemble beaucoup à Kyle Maksimovich, mais avec encore plus de fougue. Il a toujours été solide près du filet adverse. Sa vision du jeu est exceptionnelle et il a un excellent tir. Quand un match est sur la ligne, il s’élève toujours au-dessus de la mêlée», a-t-il raconté au sujet de l’attaquant de 5’9’’ et 175 livres qui aura 19 ans lundi prochain.

Jusqu’au début du Championnat mondial junior, Boyd avait bon espoir d’amener Simontaival à Ottawa, mais il est forcé d’admettre qu’il est en train de lui glisser entre les mains maintenant.

«Il faudra attendre d’avoir des nouvelles sur notre saison avant d’entamer d’autres discussions avec son agent. Nous aurons au moins un point de départ. Je ne sais pas s’il va vouloir revenir l’année prochaine. Il voudra peut-être rester en Finlande pour jouer chez les professionnels à 19 ans.»


« Il a été exactement le même joueur que nous avions vu dans d’autres tournois internationaux. Il aurait été un favori de la foule ici. »
James Boyd

Et Gaidamak?

Rappelons que le premier choix européen des 67’s, Vsevolod Gaidamak, a été prêté à son équipe junior du Yastreby d’Omsk au moins jusqu’au 15 mars. Âgé de 17 ans, il est admissible au prochain repêchage de la LNH. Il a récolté trois points à ses 11 premiers matches.

«Il a commencé à jouer plus tard que les autres après six mois d’inactivité. Il avait du rattrapage à faire. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne débloque offensivement, mais il joue très bien.»