La patinoire des 67's d'Ottawa à la Place TD
La patinoire des 67's d'Ottawa à la Place TD

Des billets vendus malgré l’incertitude chez les 67's

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Alors que les Olympiques de Gatineau et la LHJMQ vont amorcer la prochaine saison dès le début d’octobre devant des gradins vides, les 67’s d’Ottawa devront attendre jusqu’au 1er décembre, si tout va bien, avant de lancer leurs activités.

Les voisins de l’autre côté de la rivière des Outaouais ont cependant espoir que la Ligue de hockey de l’Ontario obtiendra la permission des autorités de la santé publique ontarienne de leur permettre de présenter des matches à la Place TD devant un certain nombre de spectateurs en ces temps de pandémie.

À cette fin, le club dirigé par André Tourigny a invité les amateurs cette semaine à effectuer un dépôt de 25 $ pouvant être utilisé sur un abonnement saisonnier, ou encore des billets individuels ou de forfaits.

«C’est certain que c’est un défi de vendre des billets dans l’environnement actuel. On ne peut pas dire aux gens s’ils vont pouvoir assister aux matches, ni où ils pourront s’asseoir dans les gradins. Mais l’idée était d’offrir quelque chose de facilement accessible, et remboursable à 100 %, afin de savoir d’où vont venir nos partisans. Quand les choses vont devenir plus claires, nous serons capables de contacter ces gens qui nous ont déjà fait savoir qu’ils veulent participer au retour du hockey des 67’s», a expliqué le président et chef de la direction du Ottawa Sports and Entertainment Group, Mark Goudie, en entrevue avec Le Droit jeudi.


« Dans la LHOntario, on ne pourrait pas jouer longtemps sans amateurs dans les gradins. On pourrait voir une progression du nombre de personnes admises au cours d’une période de temps, peut-être. »
Mark Goudie

Celui-ci a indiqué qu’environ 250 personnes ont profité de cette promotion, qui leur a donné accès à une session virtuelle de questions et réponses avec l’entraîneur-chef André Tourigny et le d.g. James Boyd jeudi.

«Ça s’est bien passé et on va maintenant voir ce qui va se passer. Ça vient s’ajouter à notre base d’environ 1000 abonnements saisonniers, qui est pas mal fidèle», a ajouté Goudie. 

Comme leur amphithéâtre compte 10 000 places, les 67’s pourraient être en mesure d’espacer les partisans dans les estrades afin de respecter les mesures de distanciation sociale.

«Ça reste encore à être déterminé. Dans la LHOntario, on ne pourrait pas jouer longtemps sans amateurs dans les gradins. On pourrait voir une progression du nombre de personnes admises au cours d’une période de temps, peut-être. On voit que la LHJMQ va commencer avec des capacités différentes à travers le Québec et les Maritimes. Ça fait probablement du sens pour nous aussi, en se basant sur ce qui se passe avec la COVID dans les différents marchés. Mais en bout de ligne, le hockey junior a besoin d’amateurs pour survivre, ça ne fait pas de sens (financièrement) sans revenu de billets», dit Goudie.

Côté hockey, les 67’s s’affairent à trouver des heures de glace pour leurs joueurs éparpillés à travers la province afin qu’ils puissent poursuivre leurs préparatifs en vue d’un camp d’entraînement qui devrait débuter la première semaine de novembre. Pour ce qui est de la rentrée scolaire, elle s’effectuera de façon virtuelle pour tous leurs hockeyeurs, qui vont à Blyth Academy, une école privée d’Ottawa.