Les libéraux Greg Fergus, Catherine McKenna et Will Amos se sont rendus à une conférence de presse en vélo.

Les libéraux veulent réparer le pont Prince-de-Galles

Le pont Prince-de-Galles sera réparé et rouvert aux piétons et cyclistes, promet la députée sortante d’Ottawa-Centre, Catherine McKenna.

La candidate libérale s’engage à ouvrir les discussions avec le gouvernement ontarien et la Ville d’Ottawa pour financer les réparations nécessaires pour en faire une infrastructure de transport actif.

«Je veux voir ce pont ouvert et reconstruit, affirme Mme McKenna. Le pont Prince-de-Galles pourrait servir aux piétons, mais il tombe en morceaux, il n’est pas sécuritaire.»

Catherine McKenna souligne que la Ville d’Ottawa paie «des milliers de dollars» chaque année pour clôturer les accès au pont puisque les résidents des alentours les font tomber régulièrement pour traverser de l’autre côté de la rivière des Outaouais.

Le député sortant d’Hull-Aylmer, Greg Fergus, appuie l’engagement de sa collègue d’Ottawa-Centre.

Il souligne que faire de ce pont une infrastructure de transport actif entre Ottawa-Gatineau est un besoin criant, justement puisque des piétons et des cyclistes brisent systématiquement les clôtures qui bloquent son accès, avouant au passage que ses enfants l’ont déjà fait.

Train léger

La députée sortante d’Ottawa-Centre estime à 10 millions $ le coût des travaux pour sécuriser cette infrastructure pour le transport actif, une facture qu’elle souhaite partager avec deux autres paliers de gouvernement.

Mme McKenna croit que cet investissement est justifié, même si le pont Prince-de-Galles pourrait un jour servir pour le transport en commun.

Elle rappelle que la transformation de la structure en lien interprovincial pour un train léger ou des autobus est prévue «à plus long terme».

M. Fergus ajoute que le trajet proposé par la Société de transport de l’Outaouais pour son projet de train léger emprunte le pont du Portage.

Selon lui, l’utilisation du pont Prince-de-Galles pour le transport en commun viendrait seulement après 2028, lorsque la Ville d’Ottawa réalisera l’électrification de la ligne Trillium.