Députée libérale sortante, Mona Fortier avait été élue avec 51 % des voix lors des élections partielles de 2017, à la suite du décès de Mauril Bélanger.

Le PLC et le NPD donnent le coup d’envoi dans Ottawa-Vanier

La députée sortante d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, a officiellement lancé sa campagne électorale, samedi matin, devant près de 200 personnes.

« On travaille là-dessus depuis plusieurs mois, mais là, c’est officiellement parti, lance-t-elle. Il reste 37 jours et on a vraiment mobilisé les troupes ce matin. »

Élue à la Chambre des communes en avril 2017, la députée libérale souhaite notamment « poursuivre le travail qu’on fait depuis quatre ans avec le gouvernement Trudeau ».

« On veut faire progresser nos familles canadiennes et nos familles dans Ottawa-Vanier, mais aussi, toutes les personnes qui font partie de la diversité dans la circonscription, indique-t-elle. Depuis les quatre dernières années, on a aussi mis beaucoup d’effort et fait des investissements significatifs au niveau du plan d’action sur les langues officielles. Pour moi, en tant que Franco-Ontarienne, c’est un enjeu très important et il faut continuer de faire la promotion des langues officielles et de la dualité linguistique au Canada. »

Mona Fortier avait été élue avec 51 % des voix lors des élections partielles de 2017, à la suite du décès de Mauril Bélanger.

Le NPD organise un BBQ

Burgers végétariens et hot-dogs sur le barbecue étaient au menu samedi soir au bureau de campagne de Stéphanie Mercier, la candidate néo-démocrate dans Ottawa-Vanier.

La Franco-Ontarienne originaire de Smooth Rock Falls, dans le nord de la province, a officiellement lancé sa campagne devant une vingtaine de personnes venues pour l’appuyer et également pour prendre une petite bouchée.

Depuis trois ans, Mme Mercier occupe le poste d’infirmière à l’Hôpital Montfort. Elle compte ainsi sur son bagage dans le domaine pour faire changer les choses en politique.

« En étant infirmière, je comprends bien la complexité et les problèmes qui existent lorsqu’on parle de soins de santé, dit-elle. Ce qu’on veut, c’est un système de soin universel qui couvre non seulement les médicaments et les prescriptions, mais aussi les soins en santé mentale, les soins oraux et les soins de vision. »

La candidate du Nouveau Parti démocratique souhaite également pousser en faveur du logement abordable dans sa circonscription.

« C’est un enjeu qui me touche personnellement », confie celle qui étudie le droit à l’Université d’Ottawa.