La cheffe du Parti vert, Elizabeth May

Le Parti vert propose à son tour une déclaration de revenus unique pour le Québec

MONTRÉAL — À son tour, le Parti vert se prononce en faveur d'une déclaration de revenus unique pour le Québec, en l'occurrence celle du gouvernement provincial.

Fidèle à sa philosophie, le Parti vert fait valoir que le dédoublement de la déclaration de revenus est «non écologique», en plus d'être «une pratique coûteuse et dépassée».

Selon la formation, un regroupement des deux exercices fiscaux pour les Québécois permettrait des économies de 425 millions $ dans le traitement de ces déclarations. Le parti ne prévoit pas pour autant éliminer les emplois dédoublés de l'agence fédérale; au contraire, il soutient que les «quelque 1500 à 2000 emplois de l'Agence de revenus Canada (ARC) devront être conservés au Québec par la création d'une unité spéciale de l'ARC sur l'évasion fiscale internationale et les paradis fiscaux».

Les verts promettent de consacrer cette nouvelle unité à la recherche et au recensement des «milliards d'impôt non payés accumulés dans des comptes bancaires étrangers».

Le parti y prévoit ainsi le transfert des emplois des centres fiscaux fédéraux de Shawinigan et Jonquière qui n'auront pas été transférés à Revenu Québec.

Le Parti vert «reconnaît qu'il y aurait des pertes d'emplois fédéraux si la déclaration unique était mise en place», mais estime qu'avec la création récente d'un centre de vérification par l'ARC, la création d'une nouvelle unité de lutte contre l'évasion fiscale et l'attrition normale prévisible à l'Agence fédérale, il n'y aurait pas de mises à pied en bout de piste.

Fait à noter, cette idée de création d'une nouvelle unité de lutte contre l'évasion fiscale pour maintenir les emplois fédéraux au Québec se retrouve également dans la plateforme conservatrice.

Joint par La Presse canadienne vendredi, le chef adjoint du Parti vert, Daniel Green, a fait valoir que sa chef, Elizabeth May, avait déjà voté contre une motion conservatrice en faveur de la déclaration de revenus unique en raison des pertes d'emplois potentielles et avait ajouté l'idée d'un centre de lutte contre l'évasion fiscale dans sa propre plateforme.

«Il arrive que des bonnes idées soient prises de façon indépendante et arrivent au même point et oui, à mon grand étonnement, il y a quelques semaines, j'ai vu que les conservateurs avaient adopté la même position que nous», a-t-il dit.

Lorsque M. Scheer a présenté cette hypothèse au mois d'août dernier, toutefois, le président du Syndicat des employé-e-s de l'impôt, Marc Brière, avait confié à La Presse canadienne son inquiétude face à une telle proposition.

M. Brière avait qualifié la proposition de «complètement ridicule», soulignant qu'il faut détenir un baccalauréat universitaire et réussir plusieurs cours en fiscalité pour travailler à l'ARC comme vérificateur spécialisé dans la lutte à l'évasion fiscale.

Des milliards d'arbres

La chef des verts a par ailleurs déclaré vendredi que le Canada devait planter des milliards d'arbres pour lutter contre les changements climatiques.

Mme May a affirmé que son parti promet, s'il est élu, de planter 10 milliards d'arbres au cours des 30 prochaines années afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de récupérer de vastes étendues de terres dévastées par des incendies de forêt au Canada.

Le plan du Parti vert implique également de recruter des travailleurs forestiers sans emploi pour planter des arbres.

Mme May n'avait pas de prévisions budgétaires immédiates pour cette initiative, mais a dit que l'argent proposé pour le projet d'oléoduc Trans Mountain et d'autres fonds fédéraux actuels aideraient à payer la facture.

AbonnezvousBarometre