Le député sortant d’Argenteuil-La Petite-Nation, Stéphane Lauzon, tentera de maintenir les libéraux au pouvoir dans cette région.

Lauzon tentera de garder son siège dans Argenteuil-La Petite-Nation

Après avoir remporté une victoire facile en 2015, le député libéral sortant Stéphane Lauzon tentera de conserver son siège dans la circonscription d’Argenteuil-La Petite-Nation. Ce comté regroupe les secteurs de Buckingham et de Masson-Angers de la Ville de Gatineau, de même qu’une quarantaine de municipalités situées dans les MRC de Papineau et des Collines-de-l’Outaouais ainsi que dans les MRC d’Argenteuil et des Pays-d’en-haut, dans les Laurentides.

En date de mercredi, journée officielle du déclenchement de la 43e élection générale fédérale, seul le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada n’avait pas révélé l’identité de son porte-couleurs dans Argenteuil-La Petite-Nation. Les autres principales formations politiques canadiennes ont toutes nommé un candidat.

D’abord, sans surprise, l’ancien conseiller municipal à la Ville de Gatineau, le candidat du Parti libéral du Canada (PLC), Stéphane Lauzon, briguera un second mandat à la Chambre des communes. Ce dernier avait fait mordre la poussière à sa plus proche rivale, la néo-démocrate Chantal Crête, avec plus de 9000 voix d’écart, lors du scrutin d’octobre 2015. Il avait récolté 43 % des bulletins de vote. Sous le règne du gouvernement de Justin Trudeau, M. Lauzon a notamment occupé les fonctions de Secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale.

À LIRE AUSSI : Des visions différentes sur le transport dans la circonscription de Gatineau

Les candidats de Glengarry-Prescott-Russell se préparent

Gatineau pas encore prête à dévoiler sa «liste d'épicerie» électorale

C’est Yves Destroismaisons, un travailleur social bien connu dans le milieu communautaire de l’Outaouais et qui s’était présenté comme candidat du Parti québécois dans Papineau lors de la campagne provinciale de 2018, qui représente le Bloc québécois dans Argenteuil-La Petite-Nation. Il y a quatre ans, les bloquistes, représentés par Jonathan Beauchamp, avaient recueilli 18,9 % des voix, ce qui leur avait valu la troisième place dans le comté.

AbonnezvousBarometre

Dans le camp du Parti conservateur du Canada, on fera cette fois confiance à Marie Louis-Seize, une ancienne gestionnaire de projet d’ingénierie qui a travaillé durant 35 ans pour Bell Canada. Elle succède à Maxime Hupé-Labelle qui avait terminé quatrième, sous la bannière conservatrice, aux précédentes élections générales.

Marjorie Valiquette, une résidente de Sainte-Adèle, dans les Laurentides, détentrice d’un baccalauréat en design de l’environnement, est la candidate du Parti vert du Canada.

Finalement, Sherwin Edwards, candidat défait du Parti conservateur du Québec au scrutin provincial de 2018 dans Argenteuil, est celui qui défendra le programme du Parti populaire du Canada dirigé par Maxime Bernier. M. Edwards est un homme d’affaires de Brownsburg-Chatham, dans les Laurentides, qui a fondé son entreprise, VapSelect et Laboratoires, en 2011. Cette dernière, qui est basée à Mirabel, vend notamment des produits de vapotage.

Côté démographique et géographique, la circonscription d’Argenteuil-La Petite-Nation regroupe une population de 95 781 personnes. Selon Élections Canada, 78 836 électeurs sont enregistrés en vue du scrutin du 21 octobre prochain. La carte électorale s’étend de Bowman et Val-des-Bois, dans la MRC de Papineau, jusqu’à Lachute, dans les Laurentides. L’est de Gatineau, l’ensemble des 24 municipalités de la MRC de Papineau et L’Ange-Gardien et Notre-Dame-de-la-Salette, dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais, constituent la frange outaouaise de cette vaste circonscription.