Les maires de Gatineau et d'Ottawa, Maxime Pedneaud-Jobin et Jim Watson, ont tenu un point de presse conjoint à l'entrée du pont Prince-de-Galles.

Élections fédérales: les maires Watson et Pedneaud-Jobin étalent leurs priorités

Le transport en commun, l’environnement et le logement sont au cœur des priorités partagées par les maires d’Ottawa et de Gatineau dans le cadre des élections fédérales en cours.

Du côté d’Ottawa, on demande notamment que les différentes formations politiques s’engagent à maintenir le financement de la phase 2 du train léger, en plus de confirmer les fonds pour la phase 3 qui amènera le train jusqu’à Barrhaven, Kanata et Stittsville.

De l’autre côté de la rivière des Outaouais, on souhaite un engagement pour le de train léger dans l’ouest de Gatineau, un projet que le gouvernement du Québec a promis de financer à 60 %.

Les maires Jim Watson et Maxime Pedneaud-Jobin insistent pour dire que l’ajout d’un sixième pont interprovincial, contrairement à certains candidats sur la scène fédérale, ne fait pas partie de leurs priorités.

« Nous ne soutenons pas le gaspillage d’argent pour des études sur un autre pont pour des besoins spécifiques à l’ouest ou à l’est nos villes », affirme le maire d’Ottawa, Jim Watson.

« Ce que nous avons mis en place, c’est un comité des deux villes où nous allons planifier les déplacements dans la région, ajoute son homologue gatinois, Maxime Pedneaud-Jobin. Je crois que ce processus offrira de meilleurs résultats que ce que nous avons vu dans le passé où nous nous sommes dépêchés de construire des ponts dans certains secteurs où les deux côtés de la rivière ne s’entendaient pas. »

Les élus municipaux souhaitent également une hausse de l’enveloppe fédérale pour les villes qui souhaitent s’adapter aux changements climatiques et protéger les quartiers vulnérables d’inondations, notamment.

« Cet été, je suis sorti de mes vacances pour annoncer un projet pour le ruisseau Wabassee. C’est 56 millions $ et ça concerne 12 500 personnes. Donc, dans la grande région avec 1,3 million d’habitants, les montants nécessaires sont énormes », souligne M. Pedneaud-Jobin.

« Nous avons dépensé une somme importante pour le barrage qui protège le village Britannia. Il a sauvé beaucoup de maisons, mais il a aussi subi des dommages évalués à 500 000 $ que nous devrons recouvrir à travers les taxes municipales », signale de son côté Jim Watson.

Avec des taux d’inoccupation de logements « historiquement bas » — 1,6 % à Ottawa et moins de 1 % à Gatineau —, les deux maires espèrent une hausse du financement fédéral dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement du Canada.

https://www.barometreelections.ca/?utm_source=webSite&utm_medium=bannerArticle&utm_campaign=barometre2019">AbonnezvousBarometre

Les chefs à l’écoute ?

Un questionnaire a été envoyé par les deux maires aux chefs des différents partis mardi. Ils publieront les réponses sur le site web de leur ville respective dans la semaine du 7 octobre.

Les deux maires sont confiants d’avoir une écoute attentive de la part des politiciens de la scène fédérale.

« C’est dans le meilleur intérêt des chefs de partis de regarder attentivement ces demandes », clame le maire d’Ottawa.

« On gère les déchets, on s’assure que l’eau est de qualité, on s’assure que le transport est intelligent, on aménage nos villes pour qu’elles soient de plus en plus respectueuses de l’environnement. Sans les villes, le gouvernement fédéral ne peut pas atteindre ses objectifs [en matière d’environnement] », conclut Maxime Pedneaud-Jobin.