La campagne électorale est à peine lancée que les affiches ont poussé un peu partout dans la circonscription de Gatineau.

Des visions différentes sur le transport dans la circonscription de Gatineau

Au réveil, elles étaient déjà là. Avant même la dissolution du Parlement, de nombreuses affiches électorales étaient bien visibles sur le réseau routier de l’Outaouais, mercredi matin. C’est d’ailleurs l’enjeu du transport qui ressort lorsque les candidats dans la circonscription de Gatineau sont interpellés sur leurs priorités.

Devant son local du boulevard Gréber, le député libéral sortant de Gatineau, Steven MacKinnon, a confié que la pose d’affiches s’est terminée «tard dans la nuit» de mardi à mercredi. À côté des siennes, celles de la conservatrice Sylvie Goneau et de la bloquiste Geneviève Nadeau étaient déjà installées un peu partout dans la circonscription. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) indique que ses affiches seront aussi installées prochainement.

En tant que député sortant, Steven MacKinnon se dit «fier» des engagements libéraux en matière de transport. «On a été très clairs qu’en principe, nous appuyons un projet structurant sur rails dans l’ouest de Gatineau ainsi qu’évidemment, poursuivre vers la réalisation d’un sixième lien vers Ottawa», a-t-il mentionné.

À LIRE AUSSI : Gatineau pas encore prête à dévoiler sa «liste d'épicerie» électorale

Les candidats de Glengarry-Prescott-Russell se préparent

Lauzon tentera de garder son siège dans Argenteuil-La Petite-Nation

Tout en affirmant qu’il s’agit d’un «exploit» d’avoir pu inclure la mise à jour des études sur un nouveau lien interprovincial dans le dernier budget, le candidat libéral admet que dans le dossier du prolongement du Rapibus vers le boulevard Lorrain, «le fait que le tronçon n’est pas encore construit est une grande frustration» pour lui.

Au Bloc québécois (BQ), Geneviève Nadeau convoite le siège qu’a occupé son père – Richard Nadeau – à la Chambre des communes de 2006 à 2011. Tout en reconnaissant que le BQ «a connu de meilleurs jours», Mme Nadeau souligne que c’est le nouveau chef, Yves-François Blanchet, qui a ravivé sa confiance envers le parti.

La question du transport fait aussi parti des enjeux sur lesquels elle voudra mettre l’accent. «J’aime beaucoup mieux le transport en commun, donc de m’assurer que le train léger soit le prochain projet, pas un pont de plus», a indiqué Mme Nadeau. Cette dernière veut proposer «une vision écologique de l’avenir», en misant entre autres sur le prolongement du Rapibus vers l’est. «On va s’assurer que les projets de transport en commun soient structurants et non tout simplement construire des autoroutes de plus», a-t-elle mentionné.

Au NPD, le candidat dans Gatineau, Eric Chaurette, souligne que les plus récentes inondations printanières lui ont fait réaliser l’importance de revoir la gestion du transport dans la région. Les fermetures de routes lors de la crue lui ont fait réaliser que le réseau est «vulnérable», de sorte qu’il estime qu’il faut «vraiment investir dans le transport collectif». «Il faut aussi rendre ça beaucoup plus efficace et agréable, parce ce n’est pas évident pour les gens d’aller en ville et de faire une heure et demie d’autobus debout», a-t-il ajouté. En ce qui concerne un éventuel sixième lien interprovincial, le candidat néo-démocrate ne dit ni oui ni non. M. Chaurette estime qu’il «faut laisser toutes les options sur la table», entre autres celle d’un pont qui ne serait pas «juste pour les voitures».

AbonnezvousBarometre

La candidate conservatrice dans Gatineau, Sylvie Goneau, préfère pour sa part dévoiler ses engagements lors de son lancement de campagne, dimanche. Elle n’hésite toutefois pas à attaquer M. MacKinnon sur le dossier d’un nouveau lien interprovincial.

«Il n’a rien fait, lance l’ex-conseillère municipale. Il donne l’impression comme quoi ça va de l’avant, comme s’il avait accompli un travail extraordinaire dans le dossier, mais en fait, son caucus a voté contre le pont et là, à la dernière minute, il demande de faire le renouvellement d’études qui étaient tout à fait correctes. C’est juste une autre façon de dépenser de l’argent et de donner l’impression aux gens que le dossier avance.»

Le candidat du Parti populaire du Canada, Mario-Roberto Lam, appuie l’idée d’un sixième pont entre Gatineau et Ottawa, mais il ne pense pas que ce soit au fédéral de faire tout le travail à partir de zéro.

«Il faut attendre que la Ville de Gatineau se mette d’accord avec la Ville d’Ottawa pour un projet qui a du sens, a-t-il recommandé. Après ça, les provinces peuvent embarquer. À ce moment, j’attendrai que le projet vienne au fédéral pour savoir quels sont les besoins, ce qui sera couvert par les villes, ce qui sera assumé par les provinces, et l’aide qui sera demandée au fédéral.»

Par ailleurs, M. Lam se dit contre le projet de train léger dans l’ouest de Gatineau, quelque chose de trop compliqué, signale-t-il. Ce dernier privilégie le prolongement du Rapibus, tout en prenant toutefois soin de maintenir plusieurs trajets à l’extérieur du corridor afin que la population soit bien desservie.