La Gatinoise Sabryna Mongeon est soignée à l’unité des grands brûlés du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) à la suite d’un grave accident survenu dans la nuit du 25 décembre.

Unis pour Sabryna (partie 2)

CHRONIQUE / La triste histoire de Sabryna Mongeon l’a touché droit au cœur. Et comme j’écrivais dans ma chronique de lundi dernier (Unis pour Sabryna ), le directeur général d’Ottawa 2017, Guy Laflamme, veut aider la famille de cette jeune Gatinoise de 18 ans, tout en donnant au suivant.

M. Laflamme a d’abord offert un don de 10 000 $ aux proches de Sabryna. Mais sa générosité ne s’arrête pas là...

Reculons à juillet dernier. À un événement qui a marqué l’imaginaire des gens et qui s’est tenu dans le cadre des célébrations du 150e de la Confédération.

Je vous parle évidemment de La Machine. De ces deux mastodontes qui ont déambulé dans les rues du centre-ville d’Ottawa pendant trois jours et qui ont attiré dans leur sillage plus de 750 000 spectateurs. L’araignée Kumo et le dragon Longma ont été le hit de l’année dans la capitale nationale. Un théâtre urbain ambulant inoubliable.

Vous y étiez ? Vous avez aimé ? Eh bien voici votre chance de revoir ces Machines, mais dans leur pays « natal » cette fois-ci. À Nantes, en France.

En guise de remerciement pour votre appui aux célébrations d’Ottawa 2017, et pour venir en aide à Sabryna Mongeon, Guy Laflamme offre personnellement deux prix qui seront remis à la suite d’un tirage parmi les participants qui auront offert un don.

Pour chaque tranche de 25 $ en don, vous obtenez un droit de participation. Ou un nom dans le chapeau, comme on dit. Exemple : un don de 100 $ vous donne quatre chances de gagner l’un des deux prix.

Le premier prix : un voyage à Nantes, incluant l’avion et l’hébergement pour deux personnes.

En compagnie de Guy Laflamme, vous rencontrerez l’équipe de La Machine, en plus de faire une sortie à bord de l’une des Machines. Vous obtiendrez de plus deux billets pour assister aux activités des Folles journées de Nantes. Valeur approximative de ce prix : 5 000 $. 

Il y a cependant des conditions. Vous devez être âgé de 18 ans ou plus, avoir un passeport valide, et être disponible aux dates prévues pour ce voyage, soit du 30 janvier au 5 février 2018. (Dans un peu moins de trois semaines.)

À souligner que les frais de déplacement à Nantes et les repas ne sont pas inclus.

Le deuxième prix offert par Guy Laflamme : son manteau de marque Roots d’Ottawa 2017, édition limitée, d’une valeur de 650 $.

Toutes les sommes recueillies dans le cadre de ce concours seront remises à la famille de Sabryna Mongeon.

Pour participer, rendez-vous sur gofundme.com (mots-clés : Sabryna Mongeon). Attention, il y a plus d’une campagne sur ce site sous ces mots-clés. Assurez-vous de choisir celle de Guy Laflamme.

Le tirage se tiendra le vendredi 19 janvier à 16 h. Bonne chance et... merci.

Des nouvelles de Sabryna

La Gatinoise Sabryna Mongeon, faut-il le rappeler, est soignée à l’unité des grands brûlés du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) à la suite d’un grave accident survenu dans la nuit du 25 décembre. La jeune femme de 18 ans a été électrocutée, mais elle a miraculeusement survécu après voir passé 4 h seule dans le froid avant d’être secourue. Elle a été amputée de ses deux jambes et de ses deux bras.

« Sabryna est réveillée et consciente, a dit sa sœur, Samantha Mongeon, lorsque jointe à Montréal mardi. Sabryna est cependant «intubée» et ne peut pas nous parler. Mais elle communique avec nous par des hochements de tête et des clins d’œil. Les médecins craignaient que ses reins aient été affectés dans cet accident. Mais bonne nouvelle, ça regarde bien de ce côté. Les médecins se disent optimistes.

«Je n’ai pas encore parlé à Sabryna de la campagne de sociofinancement, de la générosité incroyable des gens et de l’attention médiatique qu’elle reçoit, ajoute Samantha. Il faut qu’elle se repose et je ne veux pas la bouleverser. Je vais peut-être essayer de lui en parler en fin de semaine. Mais si je sens qu’elle n’est pas prête, je vais attendre un peu.»

À midi mardi, la somme amassée dans le cadre de la campagne de sociofinancement de Samantha Mongeon s’élevait à plus de 134 000 $.