L’hôpital de Hull fait dur. Par une journée étouffante comme mercredi, les patients souffrent de la chaleur sur les étages non climatisés.

Une promesse libérale trop floue

Avec la Coalition avenir Québec qui caracole en tête dans les sondages et François Legault qui promet de construire un nouvel hôpital en Outaouais, les libéraux ne pouvaient demeurer les bras croisés. Il leur fallait présenter eux aussi, et vite, des solutions régionales en santé.

Au lieu d’un nouvel hôpital, les libéraux de Philippe Couillard proposent plutôt de moderniser le vieil hôpital de Hull. Ils commenceraient par rénover le pavillon central où sont notamment situés les blocs opératoires. Ils s’engagent aussi à moderniser le CHSLD Foyer du Bonheur, situé juste en face.

Il reste que c’est un engagement flou à souhait que les 5 candidats libéraux de l’Outaouais ont pris tous ensemble sous une chaleur torride, mercredi, lors d’un point de presse convoqué devant l’hôpital de Hull.

Les libéraux n’avancent ni coûts ni échéancier à l’appui de leur projet de modernisation. Le PLQ se contente de dire que rénover l’hôpital de Hull ira plus vite que de construire un hôpital neuf comme le propose la CAQ.

Ce que j’en dis ?

Que c’est bien beau d’investir dans le béton. Ça ne fera pas de tort.

L’hôpital de Hull fait dur. Par une journée étouffante comme mercredi, les patients souffrent de la chaleur sur les étages non climatisés.

La saga de la tristement célèbre chambre 608, dont la peinture décollait des murs, a fait honte à notre système de santé régional.

Oui, il faut moderniser l’hôpital de Hull un jour ou l’autre. Il reste que l’annonce des libéraux, en plus d’être vague à souhait, ne fait rien pour résoudre la pénurie de lits de courte durée en Outaouais. Elle ne rameutera pas non plus les médecins, spécialistes et infirmières qui manquent cruellement à l’appel dans la région.

À long terme, c’est sûr que l’hôpital de Hull, une fois retapé, aurait de meilleures chances d’attirer et de retenir du personnel médical. Un environnement de travail moderne est plus intéressant que les installations actuelles qui accusent le poids de l’âge.

Il reste que cette « grosse annonce libérale » en santé sent l’électoralisme à plein nez. Les lacunes de l’hôpital de Hull ne datent pas d’hier. Il aura fallu que la CAQ chauffe les fesses des libéraux dans leur château fort de l’Outaouais, pour que ceux-ci se décident à proposer un remède.

J’aurais aimé voir les libéraux se compromettre davantage sur l’échéancier et les coûts de leur proposition. Les gens de l’Outaouais, qui prennent leur mal en patience depuis des années et dont l’espoir de voir la situation dans les urgences s’améliorer a été déçu à maintes reprises, méritent mieux que de vagues promesses.

En même temps, je comprends les libéraux de se montrer prudents. Parce que rénover un pavillon complet de l’hôpital, où transitent patients et personnel médical à longueur de journée, ne sera pas une mince affaire à planifier.

Et puis, il faut faire attention avant de se mettre à construire de nouveaux hôpitaux partout.

Avec le vieillissement de la population et des malades de plus en plus malades, investir dans le soutien à domicile pourrait s’avérer plus rentable que la vieille approche hopitalo-centriste.

Il reste que comparé à la proposition de la CAQ, le projet libéral de modernisation me semble plus réaliste.

Au lieu de promettre mer et monde pour s’attirer des votes, les libéraux ont préféré y aller d’un engagement trop flou, sans aucun doute, mais qui a le mérite d’être réalisable. Pour quand et à quel prix ?

Toute la question est là.