Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent
L’ancien défenseur et capitaine des Bruins de Boston, Zdeno Chara, se cherche toujours une équipe, lui qui fêtera ses 44 ans cet hiver.
L’ancien défenseur et capitaine des Bruins de Boston, Zdeno Chara, se cherche toujours une équipe, lui qui fêtera ses 44 ans cet hiver.

Un géant dans l’incertitude

RUBRIQUE — ESPACE LNH / Le hockey est plus rapide que jamais. Ça favorise évidemment les jeunes et fringants patineurs.

Les équipes de la Ligue nationale de hockey vivent dans l’incertitude. La prochaine saison pourrait être disputée à huis clos. Les revenus seront à la baisse. Le plafond salarial pourrait baisser, aussi.

Naturellement, les directeurs généraux auront plus que jamais envie de faire jouer les jeunes espoirs, qui ne coûtent pas – encore – très cher.

Tout ça semble jouer contre Zdeno Chara.

Le géant slovaque n’est plus un jeune poulet. Il va fêter ses 44 ans l’hiver prochain.

L’argent, c’est relatif. Peu de gens connaissent ses demandes salariales. L’an dernier, il a disputé une saison complète pour deux millions $ US. On est quand même assez loin du salaire minimum de la Ligue nationale.

Chara pourrait être poussé vers la sortie, cet automne. Comme plusieurs, avant lui, il pourrait être obligé d’accrocher ses patins.

Mais Chara n’est pas un homme ordinaire. Il est encore plus têtu qu’il est talentueux.

S’il décide de jouer une saison de plus, il va probablement y parvenir.

Une équipe, quelque part, va finir par comprendre que les leaders de son genre ne poussent pas dans les arbres. Malgré son âge avancé, Chara peut facilement prendre le contrôle d’un vestiaire. Il impose le respect, partout où il va, dans la LNH.

À une certaine époque, il pouvait prendre le contrôle de n’importe quel match. Personne n’était aussi en forme que lui. Il pouvait facilement passer 30 minutes par match sur la patinoire. Il se choquait s’il n’était pas le défenseur le plus utilisé de son club.

Cette époque est révolue.

Il a quand même conservé une moyenne de 21 minutes passées sur la glace, par rencontre, la saison dernière. Il a donc été le deuxième défenseur le plus utilisé par son entraîneur, Bruce Cassidy.

Les Bruins étaient au premier rang du classement général quand la saison régulière a pris fin de façon abrupte, à la mi-mars.

Il doit bien lui rester un peu de carburant, dans le réservoir.

Il reste à régler la délicate question. Ces jours-ci, à Boston, tout le monde semble marcher sur des œufs.

L’agent de longue date de Chara, Matt Keator, se contente de dire que « tous les scénarios sont sur la table ».

Le directeur général des Bruins, Don Sweeney, reconnaît que Chara est « une icône chez les Bruins. Il est une des grandes personnalités de notre organisation. Il est un leader ».

D’où l’importance de « gérer ce dossier avec doigté et respect ».

Cette déclaration, si on l’isole, nous laisse croire qu’un divorce à l’amiable se prépare.

Si Chara obtient son autonomie, les prochaines semaines seront intéressantes.

Le premier capitaine européen à soulever la coupe Stanley sera à la recherche d’un endroit où conclure sa brillante carrière.

À qui la chance ?

***

Hoffman pour un an ?

On ne peut pas vraiment comparer Zdeno Chara et Mike Hoffman. Ils ont un seul point en commun, en réalité. Ils ont tous les deux pris leur envol à Ottawa, dans l’organisation des Sénateurs.

Hoffman et Chara sont aussi à la recherche d’un nouveau contrat, pour la saison prochaine.

Mike Hoffman

Hoffman aurait atteint le plateau des 30 buts pour une deuxième année consécutive, si la saison régulière n’avait pas pris fin de manière abrupte.

Il vient d’avoir 30 ans. Il devrait capitaliser sur sa production pour signer le plus gros contrat de sa carrière.

Le marché actuel joue contre lui.

Robert Hooper, son agent, dit que Hoffman « est prêt à accepter un contrat d’un an » si c’est nécessaire.

À une certaine époque, à Ottawa, Hoffman acceptait des contrats d’un an à répétition. Ça ne l’a jamais dérangé. Il a toujours été capable de bien s’en tirer.

***

Les autres

Deux semaines plus tard, un grand nombre de joueurs autonomes sans compensation sont toujours à la recherche de boulot. Ils sont victimes des circonstances, tout simplement.

Erik Haula est un joueur de très grande qualité. Il ne marquera probablement plus jamais 29 buts dans une saison, mais il peut jouer au centre comme à l’aile. Il est mobile. Il peut jouer un rôle important dans les unités spéciales.

Carl Soderberg est un autre centre de qualité, capable de diriger un troisième trio. On l’a un peu oublié parce qu’il a passé la saison dernière en Arizona. Il est facile d’oublier les joueurs qui aboutissent en Arizona...

Les défenseurs droitiers qui sont capables de bien alimenter les attaquants ont de la valeur. Pourtant, Sami Vatanen est encore libre comme l’air...

Anthony Duclair

Anthony Duclair semblait en voie de sauver sa carrière, l’an dernier. Il a participé au Match des étoiles. Il est toujours libre.