Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent

Prêts pour les années folles?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / On serait portés à croire que les gens qui oeuvrent dans l’industrie du divertissement ont le moral à plat. Après l’année qu’on vient de vivre...

Il faudrait passer le mot à Mark Goudie.

J’ai parlé au président et chef de la direction de l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), vendredi.

Il m’a surpris. Pas juste un peu.

M. Goudie se prépare en prévision du retour de la Ligue canadienne de football, en 2021. Avec spectateurs.

Il prédit que ça marquera le début d’une période faste, pour son entreprise.

Les prochaines années seront décadentes.

«Il suffit d’étudier un peu l’Histoire, a-t-il commencé. Vers la fin des années 1910, l’humanité a vécu la Première Guerre mondiale et l’épidémie de grippe espagnole. Que s’est-il passé, ensuite? Nous avons eu droit aux folles années 1920!»

«Après une période difficile, les gens ont eu cette irrésistible envie de se rassembler.»

C’est vrai.

Les manuels d’Histoire nous parlent d’une décennie de «libération totale».

Et comme l’histoire a tendance à se répéter...

M. Goudie enchaîne.

«J’ai lu quelque part qu’en 2020, les familles canadiennes ont économisé entre 10 et 20 fois plus d’argent que d’ordinaire.»

À ce moment-là, je lui coupe la parole, pour lui dire qu’en 2020, ma famille a surtout découvert le magasinage en ligne sur Amazon.

M. Goudie rit, mais il n’en démord pas. Selon ses informations, les gens auront de l’argent en masse à dépenser, lors du «véritable» déconfinement.

Mark Goudie

«Nous ne sommes pas devenus économes du jour au lendemain. C’est juste que les opportunités de s’amuser se faisaient rares, l’an dernier. Tout ça fera en sorte qu’en 2021, les gens auront les moyens.»

«Les humains n’ont pas changé. Nous sommes, à la base, des créatures sociales. Nous aimons nous rassembler. C’est pourquoi je vous dis que les prochaines années seront spéciales.»

«La Place TD est un des principaux pôles du divertissement, dans la communauté, depuis notre arrivée. Nous avons pris notre rôle très au sérieux dans le passé. Nous allons le prendre encore plus au sérieux dans l’avenir», promet-il.

*****

La conversation se déroulait au téléphone. Je ne pouvais pas voir mon interlocuteur, mais je le soupçonnais de porter une paire de lunettes roses.

Il essaie peut-être de livrer le discours le plus positif possible, pour stimuler le moral de son équipe.

L’OSEG a été durement frappé durant la pandémie. Très rapidement, il a été obligée de limoger plusieurs employés.

Le partenariat liant le groupe d’hommes d’affaires à la Ville d’Ottawa, pour l’entretien et la gestion du parc Lansdowne, a été renégocié.

M. Goudie reconnaît qu’il n’est pas toujours facile garder une attitude positive.


« «Le moral des gens dépend beaucoup du dernier bulletin de nouvelles qu’ils ont regardé. Ou du dernier meeting Zoom déprimant auquel ils ont participé.» »
Mark Goudie

Il demeure néanmoins convaincu que de meilleurs jours s’en viennent. Comme s’il voulait me convaincre, il me dit que le téléphone sonne souvent, ces temps-ci, à la Place TD.

Des promoteurs issus du monde des spectacles ont aussi l’impression qu’on est en train de s’en sortir. Leurs artistes n’en peuvent plus de livrer des spectacles virtuels. Ils ont hâte de retrouvere leurs publics. Ils sont bien conscients que les premiers contacts risquent de se faire à l’extérieur, où la transmission du coronavirus est plus faible.

En ce moment, il n’y a pas de concerts, sur le calendrier de la Place TD.

«Personne ne veut s’engager, sans savoir. Mais tout le monde veut connaître nos disponibilités.»

Pour le sport, ce sera la même chose.

L’OSEG est réaliste, quand il est question de son club de hockey junior. Si les 67’s d’Ottawa jouent, en 2021, ça se fera à huis clos.

Mark Goudie est pas mal plus optimiste quand il se met à parler du Rouge et Noir.

Selon lui, la saison 2021 de la Ligue canadienne de football pourrait se mettre en branle, comme prévu, à l’été. Avec un certain nombre de spectateurs dans les gradins.

C’est pareil pour l’Atlético, soit dit en passant. Les grands stades de football pourraient devenir les meilleurs alliés des formations de la Première Ligue Canadienne de soccer.

Si le gouvernement fédéral parvient à respecter son calendrier de vaccination, les foules pourraient grossir au fil des mois.

M. Goudie se permet d’aller jusqu’au bout de sa fantaisie.

«Ce serait absolument génial de présenter un match éliminatoire, à domicile, et de faire salle comble...»

Je lui coupe à nouveau la parole. Pour que cela se produise, le Rouge et Noir devra d’abord terminer parmi les deux meilleures équipes de sa division.

«Il y aura de la pression, c’est clair. Nous avons conservé une fiche de 3-15 à notre dernière saison. Personne ne l’a oublié!»