Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent
Daniel Alfredsson a récolté 1157 points en 1246 rencontres dans la LNH au cours de sa carrière.
Daniel Alfredsson a récolté 1157 points en 1246 rencontres dans la LNH au cours de sa carrière.

Prédiction: 2021 sera l’année d’Alfie

CHRONIQUE / Lanny McDonald a offert une réponse intéressante durant la conférence de presse téléphonique du Temple de la renommée du hockey, mercredi soir.

On aurait juré qu’il s’adressait à Daniel Alfredsson.

En réalité, Lanny parlait de tous les joueurs qui attendent patiemment l’appel depuis quelques années.

«Il n’est pas toujours évident d’obtenir le vote de 14 des 18 membres du comité de sélection», a-t-il commencé.

«Parfois, c’est une simple question de timing. Tout dépend de la compétition. Tout dépend des joueurs qui sont en lice, au même moment que vous.»

Cette année, Alfie n’a pas fait le poids face aux deux nouveaux-venus. 

Jarome Iginla, héros olympique du Canada, personnage aimé de tout le monde - sans exception - dans la Ligue nationale, était dans une classe à part.

Marian Hossa, membre du club des 500 buts et propriétaire de trois bagues de la coupe Stanley, possédait aussi un longueur d’avance. En plus, il est originaire d’un petit pays de hockey qui ne se retrouve pas souvent sous les projecteurs. Il deviendra le troisième Slovaque à entrer au Temple.

Jarome Iginla
Marian Hossa

Le timing, comme on dit, n’est pas idéal.

Ça pourrait être mieux, l’an prochain.

En fait, on regarde la liste des joueurs qui seront éligibles pour la toute première fois et on se dit que le contexte sera favorable au plus grand joueur de l’histoire des Sénateurs.

Plus on y pense, et plus on a le goût d’y aller d’une prédiction.

La cinquième fois sera la bonne pour Alfie.

Le Temple de la renommée l’accueillera, enfin, en 2021.

***

On va prendre Lanny au mot. On va évaluer la compétition.

Il paraît que les jumeaux Daniel et Henrik Sedin seront les principales têtes d’affiche, parmi les joueurs qui seront éligibles pour la toute première fois.

Ils auront du pushing. Leur père spirituel, Brian Burke, est un membre influent du comité de sélection.

Les jumeaux Henrik et Daniel Sedin

Il y a quand même des limites à ce que le pushing peut faire.

Les jumeaux, tout comme Alfredsson, ont été les porte-parole d’une franchise canadienne pendant une longue période.

Tout comme les Sénateurs, les Canucks ont connu beaucoup de succès. Ils ont atteint la grande finale, mais ils n’ont pas remporté la coupe.

Les jumeaux, tout comme Alfredsson, ont contribué aux succès olympiques de la Suède. Les trois joueurs détiennent des médailles d’or de Turin et des médailles d’argent de Sotchi.

Les Sedin ont récolté moins de points qu’Alfie, en saison régulière, dans la LNH. Même s’ils ont joué plus de matches.

Sur papier, le numéro 11 des Sénateurs a l’avantage.

Un autre attaquant suédois, Henrik Zetterberg, sera éligible pour la toute première fois en 2021.

Sa candidature sera solide. Il possède les mêmes médailles olympiques que les trois autres. Il a gagné la coupe en 2008. Et le trophée Conn-Smythe. Il a cependant pris sa retraite avant d’atteindre le plateau des 1000 points.

C’est pas mal ça.

Henrik Zetterberg

Sinon, Alfie sera entouré de joueurs qui, comme lui, doivent se montrer patients. Alexander Mogilny. Theoren Fleury. Rod Brind’Amour. Sergeï Gonchar. Curtis Joseph.

La compétition, pour reprendre l’expression de Lanny, ne sera pas trop forte.

Les conditions gagnantes seront réunies. On le répète, alors: 2021 sera l’année d’Alfie.

***

On parlait un peu plus haut de l’effet bénéfique que peut avoir le pushing.

On ne peut pas dire que l’organisation des Sénateurs s’est montrée très bruyante, au cours des dernières années, dans les campagnes visant à soutenir la candidature de Daniel Alfredsson.

Daniel Alfredsson

Si des membres de l’organisation ont cherché à influencer les membres du comité de sélection, ils l’ont fait de façon discrète, sans que rien n’y paraisse.

Mercredi matin, par exemple, Anthony LeBlanc a effectué quelques apparitions dans les médias.

Le nouveau président des opérations commerciales des Sénateurs a discuté avec les animateurs des émissions matinales de CTV et de CFRA 580.

M. LeBlanc a passé à travers ces deux entrevues sans parler, une seule fois, de la sélection imminente des nouveaux membres du Temple de la renommée.

On comprend que la situation actuelle est délicate. On sait que personne n’invitera Alfredsson et son ancien patron, Eugene Melnyk, au même barbecue, cet été.

Alfredsson demeure, malgré ce différend, le joueur le plus important de l’histoire de cette franchise. Sans lui, les Sénateurs n’auraient peut-être jamais quitté la cave du classement.

M. LeBlanc se donne le mandat de «rebâtir les liens entre les Sénateurs et la communauté».

Ce serait un bel endroit où commencer.