Lena Samray ne pourra pas aller aux Jeux du Québec cette année.

Née une semaine trop tard

CHRONIQUE / C’est la semaine des Jeux du Québec ! Comme toujours, ça devrait être une magnifique semaine. Aux quatre coins de la province, des centaines d’ados qui ne se doutent de rien s’apprêtent à vivre une des plus belles expériences de leurs vies.

J’écris ça, encore, avec toute la sincérité du monde. Pour un paquet de raisons, tous les jeunes athlètes québécois devraient avoir la chance de goûter à la Finale provinciale des Jeux au moins une fois.

C’est pourquoi l’histoire de Lena Samray m’a interpellé.

Lena vit à Hull. Elle est âgée de 11 ans, 11 mois et 22 jours.

Après avoir essayé une quantité impressionnante d’activités sportives dans les premières années de sa vie, elle a tenté sa chance au soccer à l’été 2017. Elle a eu le coup de foudre pour ce sport. Le soccer a l’air de bien l’aimer, aussi.

Malgré son manque d’expérience, elle a réussi à faire sa place au sein de la sélection régionale de l’Outaouais. Le soccer, aux Jeux, est réservé aux jeunes de la catégorie U13. C’est donc dire qu’elle a passé les derniers mois à s’entraîner, à jouer et à se préparer avec des filles qui sont plus âgées qu’elle.

Elle devrait vivre le point culminant de son été dans quelques jours, à Thetford Mines. Mais on la privera de ce plaisir. Selon un nouveau règlement qui entre en vigueur cette année, seuls les athlètes âgés de 12 ans lors de la première journée de compétition seront éligibles.

Lorsque le mémo a été envoyé aux responsables du soccer compétitif en Outaouais, les joueuses avaient déjà été sélectionnées.

La ligne a été tracée, bien clairement, dans le sable. Lena se trouve du mauvais côté.

La cérémonie d’ouverture est prévue pour vendredi soir. Elle sera alors âgée de 11 ans, 11 mois et 25 jours.

Le tournoi de soccer féminin est prévu au deuxième bloc de compétition. Les filles de l’Outaouais disputeront leur premier match le mercredi 1er août, à 14 h 15.

Léna sera alors âgée de 11 ans, 11 mois et 30 jours.

Elle pourrait littéralement affronter l’équipe des Laurentides, retirer ses chaussures à crampons et se rendre à la cafétéria des athlètes pour manger son cupcake d’anniversaire.

L’Unité régionale de loisir et de sport a tenté de plaider en sa faveur. Pour une question de jours, il y avait certainement moyen de s’entendre ! Les responsables du programme des Jeux, à Sports Québec, ont pris quelques semaines pour y réfléchir, au printemps. On a été surpris, après quelques semaines, de recevoir une réponse négative. Les nouvelles règles d’admissibilité ont été adoptées après des mois de discussions avec de nombreux partenaires. Plus moyen d’y déroger, maintenant.

Plate de même.

***

Lena a la chance de compter sur une maman dévouée. Pour sa rigueur et pour sa ténacité, Laetitia Habimana devrait recevoir la première médaille des Jeux. Elle a entrepris des démarches politiques auprès de sa députée provinciale, Maryse Gaudreault. Elle a cogné à la porte de l’Adjoint parlementaire du ministre du Sport, le député de Chapleau Marc Carrière. Elle s’est adressé à la Commission des droits de la personne et au Protecteur du Citoyen.

Elle s’est adressée aux médias parce qu’elle garde (un peu) espoir.

« Plus on avance dans le dossier, plus je me dis que ce n’est pas juste », me dit-elle, avec beaucoup de calme.

J’ai passé une demi-heure dans sa salle à manger, lundi. C’est à peine si j’ai détecté quelques pointes de frustration dans sa voix.

En faisant ses calculs, elle s’est aperçue que Lena sera trop vieille pour participer aux prochains Jeux du Québec d’été, en 2020.

Si rien ne change, il risque d’y avoir d’autres exclus. Tous les garçons et filles nés entre les mois d’août et décembre, dans les années paires, seront automatiquement écartés.

« Nous sommes conscients de cette problématique », a reconnu un porte-parole de Sports Québec, Frédéric Lemieux, quand je lui ai parlé.

« À la suite de la finale, nous allons réviser l’application des règlements... Pour faire en sorte que tout le monde ait la chance de participer. Nous avons déjà eu des conversations, notamment pour le soccer. »

Tant mieux pour les plus jeunes. Pour Lena, il sera trop tard.

Malgré sa déception, elle a demandé à ses parents de l’accompagner à Thetford pour encourager ses coéquipières. Toute sa famille se rendra donc dans la région de L’Amiante. Dans le pire des scénarios, elle goûtera quand même, un peu, aux Jeux. Mieux que rien.