Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent
Steve Yzerman s’est dit déçu de ne pas avoir complété plus de transactions, lundi.
Steve Yzerman s’est dit déçu de ne pas avoir complété plus de transactions, lundi.

Les deuxièmes chances

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE — ESPACE LNH / La date limite des transactions du printemps 2021 ne passera pas à l’histoire. Ce n’est pas une surprise. Avec la pandémie, les acheteurs potentiels ont joué de prudence.

Quelques directeurs généraux ont quand même profité du contexte pour compléter des marchés intéressants. On va prendre quelques minutes, ce week-end, pour partager quelques détails qui vous ont peut-être échappé.

Un grand rôle pour Vrana à Détroit

Nous avons surtout accordé de l’importance à Anthony Mantha. On le connaît depuis plus longtemps. Il a connu deux saisons de 50 buts dans la LHJMQ.

En échangeant son gros ailier québécois, le directeur général des Red Wings de Détroit, Steve Yzerman, a quand même mis la main sur un joueur intéressant. Ancien choix de première ronde, Jakub Vrana a connu des saisons de 24 et 25 buts à Washington.

« Ce n’est pas un secret pour personne. Les deux principaux joueurs impliqués dans cette transaction ne connaissent pas une saison à tout casser », a commenté Yzerman dans sa visioconférence médiatique.

Yzerman a formulé le souhait de prolonger bientôt le contrat de Vrana. « Il faisait partie d’une très bonne équipe, depuis le début de sa carrière. Nous devrions être en mesure de lui offrir un rôle plus important. Ça pourrait l’aider. »

Dans cette transaction, Yzerman a également obtenu deux choix de repêchage, dont le choix de premier tour des Caps en 2021.

Yzerman s’est dit déçu de ne pas avoir complété plus de transactions, lundi. Il pensait que les futurs joueurs autonomes sans compensation qu’il pouvait offrir intéresseraient davantage les autres équipes.

On peut s’attendre à ce qu’il soit très actif à l’approche du repêchage amateur. D’ailleurs, on croit comprendre que son ménage ne se fera pas uniquement dans le vestiaire.

Il a l’intention de s’asseoir avec son entraîneur Jeff Blashill « très rapidement, à la fin de la saison » pour discuter de son avenir...

En pensant (un peu) à Seattle...

Un peu comme Vrana, le défenseur Haydn Fleury obtiendra lui aussi une chance de relancer sa carrière au sein d’une formation en reconstruction.

L’ancien choix de première ronde n’a jamais été capable de trouver sa place avec les Hurricanes de la Caroline. Cette saison, Rod Brind’Amour l’utilisait rarement plus de 13 minutes par match.

Les Ducks d’Anaheim, bons derniers dans la Division Ouest, seront sans doute disposés à tenter des expériences, dans un dernier droit rempli de matches qui ne veulent rien dire.

Le directeur général des Hurricanes, Don Waddell, reconnaît qu’il a pensé au repêchage d’expansion du Kraken de Seattle en complétant cette transaction. « Ce n’était pas le facteur le plus important dans notre prise de décision, mais je dois reconnaître que nous y avons réfléchi. »

Waddell se félicite d’avoir mis la main sur Jani Hakanpää. « Ça faisait un bout de temps qu’on voulait mettre la main sur un défenseur droitier capable de s’impliquer physiquement... »

Avec son salaire de 750 000 $ US, Hakanpää permet aussi aux Canes de demeurer compétitifs avec une des plus petites enveloppes salariales de toute la ligue.

Plus de glace en séries

On complète ce chapitre sur les jeunes joueurs qui obtiendront une belle opportunité en Floride.

Quatrième choix au total, lors du repêchage de 2014, Sam Bennett n’est jamais devenu un centre de deuxième trio avec les Flames de Calgary.

Les Panthers surfent présentement sur le succès du duo Barkov/Huberdeau. La profondeur à l’attaque du club dirigé par Joel Quenneville a toujours un peu fait défaut.

« Ma carrière, à Calgary, c’est un peu les montagnes russes. J’ai eu des hauts et des bas. Dans l’ensemble, ça ne s’est pas vraiment passé comme j’aurais voulu », de dire celui qui n’a jamais récolté plus de 36 points en saison régulière.

Dans ses 15 derniers matches éliminatoires, toutefois, Bennett a inscrit 13 points.

« On m’offrait peut-être de meilleures opportunités dans les séries. »

Les revenants

Joe Sakic était tout souriant, quand il s’est présenté devant la presse.

Il était heureux d’avoir profité de la dernière journée pour rapatrier deux anciens joueurs, Patrik Nemeth et – surtout – Carl Sodeberg.

« Je crois beaucoup au concept de chimie d’équipe », a indiqué celui qui a connu les heures de gloire de l’Avalanche du Colorado, en tant que joueur, à la fin des années 1990.

En plus, Soderberg et Nemeth ne coûtent pas très cher. Le premier a signé un contrat d’un an d’une valeur d’un million $ US. Le défenseur gagne 1,5 million $ US.

Joe Sakic

Sakic est convaincu que l’Avalanche a tous les outils pour gagner une troisième coupe Stanley.

Il veut tout miser sur les séries de 2021. Déjà, il entrevoit des jours plus difficiles.

« Il y aura beaucoup de contrats à négocier à la fin de la saison. Il faudra trouver des solutions moins coûteuses à plusieurs positions. »

Gabriel Landeskog, Brandon Saad, Philipp Grubauer et – surtout – Cale Makar auront besoin de nouvelles ententes.

Amis, ennemis, amis

Sidney Crosby et Jeff Carter se connaissent depuis très longtemps. Adolescents, ils ont été coéquipiers avec l’équipe nationale junior.

Ils sont ensuite devenus ennemis. Carter a entrepris sa carrière chez les pros avec les Flyers de Philadelphie. Crosby s’est retrouvé à Pittsburgh. Pendant quelques années, les deux centres ont été impliqués dans une des plus vicieuses rivalités de toute la LNH.

« Nous en avons parlé, Sid et moi, dès mon arrivée. Nous avons de bonnes histoires à se raconter. Vous savez, j’ai toujours eu beaucoup de respect pour les vétérans des Penguins. Je respecte Sid, mais je respecte aussi Evgenii Malkin et Kristopher Letang. Je suis content de pouvoir continuer à jouer avec eux, maintenant. »

Carter retrouve un autre vieil allié à Pittsburgh.

Ron Hextall était le directeur du personnel des joueurs, à Philadelphie, quand il a été repêché.

Les deux hommes se sont côtoyés, pendant quelques années, dans l’organisation des Kings de Los Angeles.

En février, Hextall est devenu le 13e directeur général de l’histoire des Penguins.