Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent
Filip Gustavsson a obtenu lundi soir son cinquième départ de la saison, dans la Ligue nationale.
Filip Gustavsson a obtenu lundi soir son cinquième départ de la saison, dans la Ligue nationale.

Gus veut saisir l’opportunité

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / À pareille date, l’an dernier, la COVID-19 mettait en échec tous les joueurs de l’organisation des Sénateurs.

La Ligue américaine renonçait officiellement à organiser les séries éliminatoires de la coupe Calder. C’était le début des vacances pour les jeunots de Belleville.

La Ligue nationale préparait un retour estival, dans des bulles, mais on disait que ce projet n’impliquerait pas les clubs de fond de classement.

Les dirigeants des Sénateurs se sont donc tournés vers la plate-forme Zoom pour organiser les traditionnelles rencontres de fin de saison. Pour dresser le bilan des derniers mois et pour jeter un regard vers l’avenir.

Les gardiens, comme les patineurs, y ont passé.

Vous savez ce qu’on leur a dit, aux gardiens?

Vous avez tous un certain potentiel. Notre organisation est sur le point de laisser partir Craig Anderson. Nous aurons besoin de relève.

On a ensuite posé la même question à tout le monde.

Qui voudra saisir cette opportunité?

En ce moment, la réponse à cette question est assez facile à trouver.

Filip Gustavsson a obtenu lundi soir son cinquième départ de la saison, dans la Ligue nationale. Dans ces cinq départs, s’il a prouvé une seule chose, c’est qu’il ne veut pas rater sa chance.

Durant la conférence de presse d’après-match, les collègues cherchaient plein de façons d’expliquer la victoire.

Dites donc, Connor Brown? Les spécialistes des infériorités numériques ont été solides, n’est-ce pas?

«Notre meilleur joueur, en désavantage numérique, c’était Gus. Il a fait de gros arrêts. Les Jets ont obtenu des chances de qualité chaque fois qu’on se retrouvait à court d’un homme. Gus s’est chargé de les arrêter, chaque fois.»

***

On parle de plus en plus du repêchage d’expansion.

On continuera d’en parler. Le Kraken de Seattle s’est officiellement joint à la LNH, la semaine dernière, quand le bureau du commissaire a officiellement encaissé le dernier chèque couvrant les droits d’expansion.

Ses dirigeants devront bientôt sélectionner leurs 31 premiers joueurs.

Je lis vos messages. Vous avez l’air d’espérer que le Kraken vienne chercher, à Ottawa, un joueur qui a un certain nombre de kilomètres au compteur. Vous m’avez parlé de Chris Tierney à quelques occasions.

Ce ne serait pas un scénario farfelu. À défaut d’être spectaculaire, Tierney est un joueur fiable. On peut l’utiliser dans plusieurs situations. Il ne commande pas un salaire astronomique.

Ça pourrait se produire.

Un petit conseil d’ami. Quand on espère le meilleur, il faut toujours se préparer au pire.

Les architectes qui sont en train de construire le Kraken ne sont pas nés de la dernière pluie. Les Sénateurs pourraient facilement laisser sans protection un futur gardien de but numéro un.

Qui serait assez fou pour laisser passer un futur gardien de but numéro un?

Il reste une question fondamentale, en suspens.

Parmi les trois gardiens suivants, qui sera le meilleur, dans trois ans? Est-ce que ce sera Matt Murray? Est-ce que ce sera Gustavsson? Est-ce que ce sera Joey Daccord?

Filip Gustavsson

C’est correct de ne pas connaître la réponse.

Si un dirigeant des Sénateurs me disait, aujourd’hui, qu’il n’en a pas encore le coeur net, je ne tomberais pas en bas de ma chaise.

***

C’est peut-être le plus grand mystère du hockey.

Les gardiens sont peut-être les joueurs les plus importants, sur la glace. On étudie leurs moindres mouvements. Des entraîneurs spécialisés ont réussi à créer une véritable science. Aujourd’hui, chaque arrêt est planifié, calculé.

Pourtant, il est extrêmement difficile de prédire le potentiel des gens qui évoluent à cette position.

Les dépisteurs se méfient tellement qu’ils ne repêchent pratiquement jamais de gardiens en première ronde.

À Ottawa, comme dans plusieurs autres villes, on préfère miser sur le volume. Les Sénateurs ont repêché huit au cours des neuf dernières années.

Tandis qu’on hésite entre Gustavsson et Daccord, Mads Søgaard vient de faire ses débuts professionnels. Le Danois de six pieds et sept pouces – est-ce que cela fait de lui un grand danois? – a remporté ses deux premiers matches dans la Ligue américaine.

Alors? Qui sera le meilleur, dans trois ans? Murray? Gustavsson? Daccord? Søgaard?

Un ami qui s’y connaît me dit qu’un bon gardien de but numéro un doit «comprendre la game».

Il doit comprendre ce qui se passe, devant lui sur la patinoire. Il doit connaître le rôle de ses cinq coéquipiers et le rôle de ses six adversaires. Il doit assimiler cette information et mieux l’interpréter que les patineurs.

Il s’agit d’un des facteurs de réussite les plus importants.

Il paraît que ça s’enseigne. Un type intelligent, qui est prêt à apprendre, peut faire des pas de géant dans les premières années de sa carrière.