Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent
La star des Golden Knights de Vegas a joué récolté 21 points à ses 12 dernières rencontres. Il a marqué huit buts -- dont quatre buts gagnants.
La star des Golden Knights de Vegas a joué récolté 21 points à ses 12 dernières rencontres. Il a marqué huit buts -- dont quatre buts gagnants.

Et si...

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Connor McDavid va remporter le trophée Art-Ross, à coup sûr. Et le trophée Hart, sans doute. Il va probablement obtenir le troisième joyau de la triple couronne, en mettant la main sur le prestigieux trophée Ted-Lindsay.

Il a quand même récolté 20 points depuis le début du mois de mars!

Mais, vite-vite... Pouvez-vous identifier, sans fouiller sur le site de la LNH, un joueur qui a produit encore davantage, ce mois-ci?

Pas besoin de chercher. Je vais vous le dire, tout de suite. Ce joueur, c’est Mark Stone.

La star des Golden Knights de Vegas a joué récolté 21 points à ses 12 dernières rencontres. Il a marqué huit buts -- dont quatre buts gagnants.

Mark Stone. Le meilleur joueur de l’histoire des Sénateurs d’Ottawa.

Ça y est, c’est écrit.

Erik Karlsson aura été le joueur le plus naturellement doué à gagner sa vie à Kanata dans les 30 dernières années. Pas le meilleur.

Daniel Alfredsson était un plus grand leader. Il était parfaitement conscient de son importance au sein de sa communauté.

Stone a 28 ans.

Au printemps 2000, quand Alfredsson avait le même âge, il n’était pas aussi bon que lui.

On ne se lancera pas, ici, dans le jeu des comparaisons.

Pierre Dorion dit qu’Erik Brännström marche dans les traces de Drake Batherson. Il n’a plus à rien à prouver dans les ligues mineures, mais il n’a pas encore complètement gagné la confiance des entraîneurs du club des ligues majeures. S’il travaille fort, dans les prochains mois, il pourrait acquérir les compétences qui lui permettront d’enfin faire le grand saut. Il n’est pas trop tard. Il n’a que 21 ans.

On ne s’attardera pas non plus sur les choses un peu maladroites qui ont été dites, dans les heures qui ont suivi la transaction.

Je soupçonne Dorion d’avoir un peu «étiré» la vérité quand il a déclaré qu’il n’avait jamais été aussi fier de son travail accompli en tant que directeur général.

Dorion, comme tout le monde, aimait beaucoup Stone. Il a d’ailleurs fait de gros efforts pour le convaincre de signer un pacte à long terme.

En bout de ligne, le joueur n’a pas cru au plan de relance de la haute direction. Il a déterminé que ses chances de remporter la coupe Stanley étaient meilleures à Vegas, au sein d’une jeune franchise menée par des investisseurs qui n’ont pas peur d’investir.

On ne peut pas dire qu’il s’est trompé.

Au début de l’hiver, des tas de spécialistes - dont l’auteur de ces lignes - ont décrété que 2021 serait l’année de l’Avalanche du Colorado.

Pour que cette prophétie se réalise, l’Avalanche devra d’abord sortir de la division Ouest. Pour cela, elle devra battre les Knights et leurs deux gardiens d’élite. En plus de Stone, leur capitaine en mission.

Ce ne sera pas de la tarte.

Sans tomber dans le jeu des comparaisons, on a quand même le droit de se poser des questions.

À quoi ressembleraient les Sénateurs, aujourd’hui, s’ils avaient réussi à lui faire signer un contrat à long terme?

D’abord, l’équipe aurait un capitaine.

Brady Tkachuk pourrait continuer à développer ses belles capacités de leadership, en travaillant sous un vétéran qu’il aime et qu’il respecte.

Stone aurait peut-être continué de jouer avec Colin White. Parce que Stone a le don de faire bien paraître ses partenaires de jeu, White n’aurait pas connu une aussi forte baisse de régime.

Si Stone avait choisi de rester, les Sénateurs auraient eu un attaquant capable d’évoluer dans un trio offensif de plus, en réserve, l’automne dernier. Cette réalité aurait possiblement changé les perspectives de Dorion. Il n’aurait peut-être pas ressenti le besoin d’offrir 15 millions $US, sur trois ans, à Evgenii Dadonov.

Dorion aurait pu investir une somme équivalente dans sa brigade défensive. Il aurait pu se lancer aux trousses de Chris Tanev, par exemple.

Les Sénateurs seraient une équipe différente, avec un défenseur d’expérience, de la trempe de Tanev, dans leur alignement.

Ils ne seraient pas obligés d’autant s’appuyer sur Thomas Chabot, lors des matches serrés.

Ce serait bon pour les entraîneurs. Ce serait bon pour l’équipe. Ce serait bon Chabot. Tout le monde sortirait gagnant.

••••

Eric Francis est un chroniqueur sportif bien connu, à Calgary.

Début mars, il était déçu par la performance des Flames, au Centre Canadian Tire. Il a donc parlé d’une «opportunité ratée» face à «l’équipe qui occupe la case centrale, sur la carte de Bingo de la division canadienne».

C’est un peu surprenant, après deux mois, de voir que cette idée colle.

Les Sénateurs ont empoché six points - sur une possibilité de huit - dans leurs quatre derniers matches. Ils présentent une fiche de 7-6-2 dans le dernier mois.

Ils ont subi seulement six revers en temps réglementaire, en 16 matches à domicile, jusqu’ici, en 2021.

Tant et aussi longtemps qu’on les prendra à la légère, ils continueront de gagner des matches qu’ils devraient perdre.