Le nouveau chef du Parti libéral de l’Ontario, Steven Del Duca, célèbre sa victoire à la course à la chefferie.

Steven Del Duca, pour le meilleur ou pour le pire

CHRONIQUE / Il aura fallu plus d’un an et demi pour que les libéraux ontariens trouvent un successeur à Kathleen Wynne. Et sans surprise, le favori de la course à la chefferie, Steven Del Duca, a obtenu le plus de voix de la part des délégués du parti réunis ce samedi à Mississauga.

Malgré les candidatures à priori rafraîchissantes de Brenda Hollingsworth, Kate Graham, et Alvin Tajdo, trois néophytes en politique provinciale, ainsi que celles des deux anciens ministres, Mitizie Hunter et Michael Coteau, les délégués ont fait le choix de la stabilité et de l’expérience. Deux qualités que possèdent à leurs yeux M. Del Duca pour reconstruire une formation politique en lambeaux.

Huit députés et un statut de parti non officiel, les choses vont mal depuis les élections provinciales de juin 2018. Quelques signaux encourageants pour le parti toutefois  : les difficultés du gouvernement Ford à convaincre l’opinion, et les larges succès électoraux à Ottawa-Vanier et Orléans il y a dix jours.

Pour remonter la pente, le nouveau chef doit convaincre maintenant non plus les délégués, mais les électeurs possibles. Peu charismatique et dégageant une rigidité, Steven Del Duca n’est pas celui dont les discours font lever les foules.

Face à un Doug Ford, au ton volontiers anti-élites et rugueux, et à une Andréa Horwath misant sur l’empathie et l’expérience, M. Del Duca devra dans un premier temps se trouver un style et une image publique qui le démarquent de ses adversaires.

Autre obstacle pour lui : le fait qu’il incarne la vieille garde libérale de Kathleen Wynne rejetée par les électeurs en juin 2018. Lui-même avait alors subi alors une cuisante défaite, dans sa circonscription de Vaughan-Woodbrige, face au conservateur Michael Tibollo.

Auparavant, M. Del Duca avait occupé le poste de ministre des Transports puis pendant quelques mois celui du Développement économique et de la Croissance.

Pour lire l'article dans son intégralité, rendez-vous sur le site de #ONfr.