« Pendant deux ans, le premier ministre Justin Trudeau a laissé l'essentiel des dossiers francophones dans les mains de la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly », rappelle le chroniqueur Sébastien Pierroz.

Le moment d'agir

CHRONIQUE / Une semaine après Queen's Park, les députés fédéraux sont de retour en chambre aujourd'hui. Et le gouvernement Trudeau, qui arrivera à mi-mandat début novembre, est attendu sur de nombreux dossiers par les francophones en contexte minoritaire.
Pendant deux ans, le premier ministre Justin Trudeau a laissé l'essentiel des dossiers francophones dans les mains de la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. Un sentiment de détachement matérialisé par son refus de rencontrer la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA).
Les bonnes notes du début de mandat - Rétablissement du programme de mobilité francophone, et de celui de contestation judiciaire - ne suffisent plus aujourd'hui pour parler d'un bilan favorable envers les Franco-Ontariens, Acadiens et autres Franco-Canadiens.
Le Plan d'action sur les langues officielles, que l'on connaissait avant sous le nom de Feuille de route, devrait être dévoilé au courant de l'automne. L'occasion de mieux connaître la part accordée sur le terrain aux organismes linguistiques. Une urgence tant la plupart sont étranglés financièrement sur le terrain. La raison ? Le montant reste toujours gelé depuis des années à 1,1 milliard $.
Le premier ministre a ici l'occasion de s'ériger un peu plus en protecteur des minorités linguistiques, et d'effacer quelques bourdes comme lorsqu'il a répondu en anglais à une question posée en français à Peterborough, ou sa maladresse sur le dossier d'Ottawa bilingue en sous-entendant la possibilité de Gatineau d'être aussi bilingue.
La saga à la suite de la nomination de Madeleine Meilleur au printemps dernier est un autre exemple. Le gouvernement avait mal anticipé les réactions hostiles d'une partie des francophones, donnant une situation où il n'eut finalement que des divisions et des perdants.
Relancé en juillet, le nouveau processus « ouvert, transparent et basé sur le mérite » dixit le gouvernement devrait aboutir à la nomination du successeur officiel de Graham Fraser cet automne. D'autant que le mandat de la commissaire par intérim expire en décembre.
Personnalité la plus puissante du Canada, Justin Trudeau est aussi au centre de toutes les attentions sur la question de l'immigration francophone...