Le chiffre du budget du gouvernement Doug Ford est contestable.

Le défi de Doug Ford

CHRONIQUE / Un déficit ramené de 15 milliards à 13,5 milliards de dollars. Le gouvernement progressiste-conservateur vient d’annoncer a priori de bonnes nouvelles, à quelques jours de la rentrée politique à Queen’s Park prévue ce mardi.

Une réussite affichée que l’équipe du premier ministre Doug Ford explique simplement : les hausses des revenus en provenance de la taxe de vente harmonisée et l’impôt des entreprises. « En déployant des efforts pour rétablir la confiance du public dans les finances de l’Ontario, en réduisant les formalités administratives et en étant ouverts aux affaires et aux emplois, nous faisons en sorte que la population des quatre coins de l’Ontario ait davantage confiance en notre avenir, et cette confiance se répercute sur les résultats. »

L’explication est-elle recevable ? En vérité, il est encore beaucoup trop tôt pour dire que le gouvernement a rétabli un climat de confiance. Il faudra des analyses et des projections sur le long terme pour confirmer ou infirmer cette hypothèse.

Ce que l’on sait en revanche, c’est que le gouvernement Ford a commencé à passer la hache dans certains services. Quelque 3,2 milliards « d’efficacités » avaient ainsi été trouvés à l’automne. Une somme qui incluait aussi l’Université de l’Ontario français. Mais cette diminution ne s’était pas répercutée directement dans le budget. Et pour cause, les baisses d’impôts et les recettes fiscales perdues à cause du retrait de l’Ontario du marché du carbone avaient coûté au total 2,7 milliards $.

Dans ces conditions, Doug Ford et son fidèle ministre des Finances, Vic Fedeli, pourront-ils équilibrer le budget avant la fin du mandat en 2022 ? Le pari est ici très grand. Car le chiffre du budget annoncé par le gouvernement est contestable.

Pour lire l'analyse de Sébastien Pierroz dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr.