Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Le plateau des <em>Enfants de la télé</em>
Le plateau des <em>Enfants de la télé</em>

Les enfants de la téléréalité

CHRONIQUE / Cris stridents, rapprochements, français massacré, spa et gros bras... une mine d’or de malaises pour Les enfants de la télé. Les moments pas toujours glorieux d’Occupation double, de Loft Story et compagnie feront l’objet d’une spéciale téléréalité, enregistrée hier au studio 42 de Radio-Canada et diffusée cet automne sur ICI Télé. «Ça va être du bonheur!» prévient André Robitaille, qui entreprend sa septième saison avec sa complice Édith Cochrane.

On y verra deux gagnants de Loft Story, Mathieu Baron et Kim Rusk, capables d’autodérision et dont les carrières ont beaucoup mieux tourné que d’autres. Jay Du Temple, qui animera cet automne OD chez nous, et Marie-Eve Janvier, qui vient de quitter L’amour est dans le pré, seront là aussi. Mais quand on dit téléréalité, on ne parle pas que des émissions de rencontres: Danièle Henkel (Dans l’oeil du dragon), Marie-Mai (Star Académie) et Élyse Marquis (Les chefs!) y participent également.

À la 10e saison de l’émission, l’équipe de Fairplay a réussi à revitaliser le concept avec plusieurs émissions spéciales, notamment autour de personnalités. On ne s’est pas ennuyés. La 11e s’annonce tout aussi surprenante, avec deux spéciales tête d’affiche consacrées à Guy A. Lepage et Guylaine Tremblay. C’est toutefois avec une spéciale pandémie qu’on lancera cette 11e saison des Enfants de la télé, le mercredi 16 septembre à 20h. L’émission réunira des personnalités très présentes sur toutes les plateformes durant le confinement, comme Stéphane Rousseau, Marie-Soleil Dion, Arnaud Soly, France Beaudoin et Florence K.

C’est sans public en studio qu’André Robitaille et Édith Cochrane ont entrepris les enregistrements en début de semaine, avec deux mois de retard. «J’appréhendais ça quand même pas mal. On reste des bibittes à public, ça nous allume. Mais ça s’est bien passé», m’a confié André Robitaille. Bien sûr, l’absence de rires et d’applaudissements risque de couper un peu le rythme de l’émission. «Mais le montage va nous sauver», croit l’animateur.

S’il y a une table à Radio-Canada qui permet la distanciation, c’est bien celle des Enfants de la télé. «J’étais déjà à plus de deux mètres de tout le monde. Édith est évidemment plus loin des invités. Où sont habituellement les gradins, on a ajouté des bancs pour les invités après leur passage à la grande table. Dans l’émission sur la pandémie, Sébastien Bovet et Jean-René Dufort ont pu continuer d’intervenir», m’explique l’animateur.

Pour combler le vide et mettre un peu d’ambiance, on a pensé inviter en studio un orchestre maison avec Florence K pour la première. Les gradins sont vides, mais les extraits ne seront pas moins surprenants, promet André Robitaille. De quoi étonner Dan Bigras, Danielle Proulx et Marc-André Grondin, réunis dans une même émission, les deux derniers soulignant le 15e anniversaire du film C.R.A.Z.Y., où ils formaient un mémorable duo mère-fils. «Dan Bigras avait la bouche ouverte devant une vidéo de son frère qui jouait du ukulélé, et Danielle Proulx s’est vue à la cafétéria du cégep alors qu’elle ne savait pas qu’elle était filmée.»

Contrairement à d’autres émissions enregistrées en salles ou dans des studios privés, toutes celles tournées dans la grande tour n’auront pas de public; l’endroit ne contient pas que des studios, mais est aussi un lieu de travail pour des dizaines de personnes. «La nouvelle politique émise par le gouvernement aura un effet positif sur les galas, et notamment sur celui des prix Gémeaux, permettant la présence au Studio 42 de plus de personnel et de personnalités sur les lieux. Elle n’aura, pour le moment, aucun impact sur les autres émissions enregistrées dans nos studios, compte tenu des mesures de sécurité très strictes qui restent en vigueur dans l’ancienne et la nouvelle MRC pour la protection de notre personnel», m’indique-t-on aux communications.

Sans vouloir se plaindre, André Robitaille admet que les choses sont différentes. «Habituellement, c’est très familial dans cette équipe. Là, nous sommes chacun de notre côté, nous avons un local pour manger avec nos noms sur des tables. Édith et moi, on est à chaque bout d’une longue table, qui ressemble à une table de bingo! C’est un peu particulier.» Oubliez également le petit verre tous ensemble après l’enregistrement. «Ça a l’air d’un détail, mais c’est le genre de choses qui crée l’atmosphère du travail et de l’émission.»

Après tout ça, l’animateur ne peut s’empêcher de laisser tomber ceci: «Y’en a qui souffrent plus que nous, fermons nos boîtes, on a encore notre travail.» Et nous, on aura nos émissions. Y’a pire en effet.

++ 

TOUT LE MONDE EN PARLE RESTERA EN DIRECT

Nous avons été nombreux à apprécier la formule en direct et sans public de Tout le monde en parle, durant la période de confinement; on sentait les invités plus détendus et plus enclins à se confier. Bonne nouvelle: le rendez-vous dominical d’ICI Télé restera en direct à son retour, dès le 27 septembre prochain à 20h. Devant public? Sans public? Trop tôt pour le dire. Il aurait été risqué de revenir au montage de la formule originale, avec une éventuelle deuxième vague et une situation qui évolue de jour en jour.

++ 

TALK-SHOWS EN HAUSSE

Bonsoir bonsoir! a pris du mieux depuis l’été dernier: jusqu’à maintenant, le talk-show de 21h attire en moyenne 567 000 habitués sur ICI Télé, alors qu’il n’en retenait que 362 000 à la même période l’an dernier. Et ce n’est pas parce le beau temps n’est pas au rendez-vous. Le changement forcé de formule a bonifié l’émission, Jean-Philippe Wauthier y fait de meilleures entrevues, et les segments quotidiens sont accrocheurs, dont mon préféré, «Un café avec nos aînés». Les interventions un brin anxieuses d’Élise Guilbault, qui a toujours peur de manquer de temps, me font rire chaque fois. Et je reprendrai volontiers les envolées du chialeur en chef, Serge Denoncourt. Bonsoir bonsoir! reviendra à un rythme hebdomadaire cet automne, le mardi à 20h, à partir du 15 septembre. À TVA, légère hausse pour Patrice Bélanger à Sucré salé, qui rallie 700 000 fidèles à 18h30, comparativement à 675 000 l’été dernier. À Télé-Québec, Y’a du monde à messe réunit en moyenne 247 000 téléspectateurs, alors qu’il en retenait 216 000 à l’été 2019. Samedi, le match remporté par les Canadiens contre les Penguins a attiré 709 000 amateurs à TVA Sports, avec une pointe à 945 000 en prolongation, des chiffres plus qu’honorables en plein été.