Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du jeudi 14 novembre 2019

BLOGUE / L'indélogeable «District 31» a attiré jeudi soir 1 459 000 fidèles sur ICI Télé, toujours à la première position du top 10, très loin devant la concurrence. À la même heure, «Les gags» de TVA ont retenu 604 000 adeptes alors qu'à V, 169 000 curieux ont regardé «À table avec mon ex».

À 19h30, La poule aux oeufs d'or a conservé 834 000 téléspectateurs contre 611 000 pour Infoman sur ICI Télé.

À 20h, Le bon docteur de TVA conserve la tête avec 799 000 fidèles, devant 100 génies, qui attire 347 000 irréductibles sur ICI Télé.

À 21h, l'excellent reportage sur la DPJ à Enquête a intéressé 401 000 téléspectateurs sur ICI Télé, deuxième derrière J.E. (571 000) et Face à la rue (474 000) à TVA.

1- District 31 (ICI Télé): 1 459 000

2- Le tricheur (TVA): 910 000

3- La poule aux oeufs d'or (TVA): 834 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 824 000

5- Le bon docteur (TVA): 799 000

6- Occupation double Afrique du Sud (V): 670 000

7- Infoman (ICI Télé): 611 000

8- TVA Nouvelles 17h (TVA): 604 000

8- Les gags (TVA): 604 000

10- J.E. (TVA): 571 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Laurence à l’urgence

CHRONIQUE / Quand on compare, on ne se console pas toujours. Tenez, par exemple, en début de semaine, j’ai mis le pied sur le plateau de tournage de la série médicale anglophone Transplant, à Ville LaSalle. Et ce que j’y ai vu m’a donné l’impression que je venais de passer à la douane pour me retrouver aux États-Unis. C’est clair ici qu’on joue dans d’autres ligues.

Dans ce bâtiment où il se tourne des séries depuis des décennies, on a recréé l’étage complet d’un hôpital. En me promenant dans les couloirs, je me serais cru dans une véritable salle d’urgence, à la fine pointe de la technologie. C’est gigantesque : 28 000 pieds carrés. Outre les caméras, rien n’indique qu’on est ailleurs : des ascenseurs, des lits, des appareils comme on en voit dans De garde 24/7. Même le hall d’entrée laisse entrer la lumière du soleil... recréé par des spots. Les consultants qui viennent s’assurer de la crédibilité des manipulations, de vrais médecins, ont dit qu’ils viendraient y travailler n’importe quand, tellement c’est réaliste. Ça donne (presque) envie d’être malade.

Transplant, qui sera diffusée le printemps prochain en anglais à CTV et en français à VRAK, raconte l’histoire de Bashir Hamed, «Bash» pour les intimes, médecin syrien dont les diplômes ne sont pas reconnus au Canada. Il devra se résoudre à devenir plongeur, jusqu’à ce qu’une tragédie lui permette de faire ses preuves, et d’œuvrer parmi le service d’urgence de l’hôpital York Memorial à Toronto, un des meilleurs au pays. Ce rôle principal a été confié à Hamza Haq, que reconnaîtront les habitués de la série Quantico.

Deux Québécoises font partie de la distribution, à commencer par Laurence Leboeuf, qui retrouve l’esprit d’une série médicale, elle qu’on a vue dans Trauma chez nous. Sauf que les moyens sont pas mal plus importants. En matériel mais aussi en temps de tournage, un luxe qu’elle ne trouve plus sur les plateaux québécois. «C’est de pire en pire, tu le vois. Ici, on fait des films en 18 jours et on tourne un épisode de série en quatre ou cinq jours. Faut juste se reprogrammer autrement. Sur Transplant, on a huit jours par épisode. On se sent un peu plus libre d’expérimenter certaines choses. On peut se tromper. Il y a une liberté», me confie-t-elle, entre deux scènes. Pourtant, l’actrice qu’on a vue dans la version anglaise de 19-2 apprécie trop sa vie au Québec pour envisager de ne tourner qu’en anglais à Toronto ou ailleurs.

Laurence Leboeuf, qui a signé un contrat pour quatre saisons, incarne la Dre Magalie Leblanc, à sa deuxième année de résidence. «C’est une première de classe, qui suit les règles à la lettre. Je l’appelle mon Hermione Granger! “Mags” parle vite, elle connaît tout, est très empathique, se donne beaucoup dans son travail.» Peut-être même trop, ajoute l’actrice, qui se doublera elle-même dans la version française, Dieu merci. Comme elle était traumatologue dans Trauma, et qu’elle joue maintenant une urgentologue, elle a dû réapprendre toutes les manipulations. «L’hôpital, c’est un puits sans fond d’histoires de courage, de pardon, d’acceptation, de deuil, d’amitié. On parle d’émotions vives et crues. J’ai un respect infini pour les gens qui travaillent dans ce domaine.»

Parmi le personnel du York Memorial, vous reconnaîtrez aussi Ayisha Issa, la Brittany Sizzla d’Unité 9, dans le rôle d’une ambitieuse résidente chirurgienne, June Curtis. L’actrice, dont la langue maternelle est l’anglais, a quitté Montréal il y a quatre ans pour s’installer à Toronto dans le but de décrocher plus de rôles. Athlète en jiu-jitsu brésilien, elle a dû repartir de zéro après avoir connu d’importants ennuis financiers. Elle a depuis additionné les métiers, dans les domaines des jeux vidéo, des soins du visage, et même comme agente de sécurité dans une boîte de nuit et propriétaire de son propre gym. Née d’une mère jamaïcaine et d’un père ghanéen, Ayisha est fière de participer à une série aussi ancrée dans la diversité, loin des stéréotypes, avec comme toile de fond le sort des réfugiés syriens. «On regarde ça de loin à la télé, mais c’est important de raconter ces histoires-là. On a parfois peur de le faire, parce que c’est tellement controversé, mais c’est dommage. Transplant le raconte de manière très humaine.»

Pour vous donner une idée, le budget d’une saison de 13 épisodes d’une heure de Transplant avoisine les 28 millions de dollars, alors qu’on ne met pas plus de six à sept millions au Québec, sauf dans des cas rares. Il faut dire que Transplant, destinée à CTV, dispose en grande partie de fonds américains puisqu’elle est financée par NBCUniversal International Studios. La maison de production Sphère Média Plus (Une autre histoire, Les honorables) complète ce partenariat. Parmi les défis de la construction du décor, qui s’est échelonnée de février à juin dernier, il a fallu refaire les planchers, installer de véritables plafonds, en plus de créer de toutes pièces un système de gicleurs. Félicitons-nous : l’équipe qui a conçu le décor et les techniciens sont presque tous québécois.

Richard Therrien

Disney+ et la facture qui gonfle

CHRONIQUE / Et alors, ça vaut le coup, Disney+? Est-ce que c’est meilleur qu’Apple TV+? Est-ce que je devrais conserver mon abonnement à l’Extra d’ICI Tou.tv? Au Club illico? À Netflix?

Depuis plusieurs mois, les décideurs de notre télévision me parlaient de moins en moins de Netflix, et de plus en plus de Disney+, la nouvelle plateforme de vidéo en ligne, qu’on craint comme la peste. C’est que les ICI Tou.tv et Club illico ont peur de voir leurs abonnés lorgner vers ce nouvel Eldorado de la télé jeunesse, de science-fiction et de superhéros. Déjà qu’il y avait Netflix, Amazon Prime, Crave, tout récemment Apple TV+, et HBO Max qui s’en vient en 2020.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’arrivée Disney+ est arrivée comme un coup de tonnerre mardi dernier. Une fois les importants ratés techniques réglés — plusieurs n’arrivaient pas à se brancher et voyaient un message d’erreur —, le public a pu finalement y accéder. J’ai souri en lisant que Disney attribuait ses déboires techniques à une plus grande fréquentation que ce qu’il attendait. Voir que Disney, oui, Disney, n’avait pas prévu cet engouement, alors que sa venue était attendue comme le Messie.

En déroulant l’écran d’accueil de Disney+, on constate l’abondance de contenu, des premiers dessins animés de Mickey jusqu’à des séries originales, dont la plus attendue était Le Mandalorien (The Mandalorian), de la franchise Star Wars. Décevant de constater que Disney+ n’a déposé qu’un épisode de chacune de ses séries originales. C’est la même chose pour High School Musical, nouvelle génération, de la télé ultra convenue. Un peu chiche pour un géant comme Disney. Il y a un tas d’autres contenus me direz-vous? Oui, mais pour quiconque veut y ajouter une nouveauté, c’est pas fort. Après tout, on paie 8,99 $ par mois.

À moins que vous ayez l’envie irrépressible, là, tout de suite, de visionner pour la énième fois Le roi lion ou Aladin avec la voix de Joël Legendre, je vous conseillerais d’attendre au temps des Fêtes pour vous abonner à Disney+, alors que huit épisodes seront en ligne. Ça vous évitera de vous abonner pour deux mois si vous n’êtes pas satisfait.

Apple TV+ fait un peu mieux en ayant mis les trois épisodes des séries à la disposition des abonnés, avant d’en ajouter un nouveau chaque semaine, mais je n’imagine pas Netflix distribuer au compte-gouttes des séries comme The Crown ou Stranger Things. Même ICI Tou.tv et Club illico rendent disponibles les saisons entières de ses séries québécoises dès leur mise en ligne.

Plusieurs se sont réjouis de voir que l’intégrale des 30 saisons des Simpson faisait partie du catalogue Disney+. Et de constater avec plaisir qu’on y avait ajouté la version doublée au Québec, aimée même des détracteurs du doublage en général. Le distributeur avait déjà fait l’ignoble erreur d’inclure la version doublée en France sur le premier coffret DVD, pas question qu’on l’y reprenne. Bien heureusement pour nous. En passant, pour les fans qui ont attendu en vain la nouvelle saison traduite à Télétoon cet automne, comme chaque année, sachez que Corus, propriétaire de la chaîne, n’a pas encore conclu d’entente avec le distributeur pour la présente saison. Rien à voir avec l’arrivée de Disney+, mais c’est tout de même étrange.

La télé conventionnelle n’est pas morte, et ce n’est pas pour demain. Les grands rendez-vous télévisuels existent encore — District 31 a touché les 1 728 000 téléspectateurs dans la semaine du 28 octobre sur ICI Télé — et ne sont pas prêts de disparaître. Mais je comprends nos diffuseurs de craindre de perdre une génération de téléspectateurs au profit des plateformes américaines, qui, rappelons-le, ne paient toujours pas d’impôt chez nous. Ce n’est pas pour rien qu’on voit Radio-Canada envoyer une bonne part de son matériel intéressant sur l’Extra d’ICI Tou.tv et Québecor garnir aussi généreusement son Club illico : ils y misent leurs meilleures cartes pour retenir le plus de monde possible.

Plusieurs ont déjà commencé à le faire : interrompre leur abonnement à Netflix ou à un autre service pour y revenir plus tard, et tester autre chose entre-temps. Parce que débourser les 77 $ que vous coûteront tous les services de vidéo en ligne mentionnés plus haut, en plus du câble si vous le conservez, ça commence à faire un trou dans le budget.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mercredi 13 novembre 2019

BLOGUE / Derrière l'imbattable «District 31», «Le tricheur» fait toujours belle figure à TVA. Mercredi, le jeu de Guy Jodoin a été vu par 1 025 000 téléspectateurs, contre 602 000 pour «Occupation double Afrique du Sud» à V et 353 000 pour «Le téléjournal» d'ICI Télé.

Beau succès pour Les enfants de la télé (917 000) sur ICI Télé, troisième au top 10. À TVA, Les invisibles intéresse 455 000 irréductibles.

Sur ICI Télé, Plan B a gagné quelques adeptes (467 000) et accède au top 10, contre 341 000 pour Mensonges à TVA.

Sur V, Un souper presque parfait rallie 278 000 fidèles et À table avec mon ex, 222 000.

1- District 31 (ICI Télé): 1 531 000

2- Le tricheur (TVA): 1 025 000

3- Les enfants de la télé (ICI Télé): 917 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 820 000

5- L'épicerie (ICI Télé): 686 000

6- TVA Nouvelles 17h (TVA): 607 000

7- Occupation double Afrique du Sud (V): 602 000

8- Les gags (TVA): 541 000

9- LOL :-) (TVA): 507 000

10- Plan B (ICI Télé): 467 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mardi 12 novembre 2019

BLOGUE / Qui a dit que les bulletins de nouvelles étaient en perdition à la télé? Pratiquement tous les soirs, les «TVA Nouvelles» de 17h (sur tout le réseau avec Pierre Bruneau) et de 18h se classent parmi le top des émissions les plus regardées, comme mardi, attirant respectivement 583 000 et 843 000 fidèles.

Du côté des fictions, L'heure bleue (887 000) de TVA bat Toute la vie (634 000) sur ICI Télé, alors que 5e rang (693 000) devance Les honorables (578 000).

À RDS, le match entre les Blue Jackets et le Canadien a retenu 636 000 amateurs. Sur V, Occupation double Afrique du Sud rallie 624 000 accros, alors qu'Un souper presque parfait en retient 282 000 juste avant.

1- District 31 (ICI Télé): 1 501 000

2- Le tricheur (TVA): 991 000

3- L'heure bleue (TVA): 887 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 843 000

5- 5e rang (ICI Télé): 693 000

6- La facture (ICI Télé): 680 000

7- Le hockey des Canadiens (RDS): 636 000

8- Toute la vie (ICI Télé): 634 000

9- Occupation double Afrique du Sud (V): 624 000

10- TVA Nouvelles 17h (TVA): 583 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

«Pour toujours, plus un jour»: un an à vivre

CHRONIQUE / Pier-Luc Funk n’a rien de l’acteur ténébreux. Sur le plateau de «Pour toujours, plus un jour», série prévue l’automne prochain à VRAK, il accueille les journalistes couvert d’une simple serviette de bain, tout sourire, loin d’être embarrassé. Son personnage sort de la douche, pourquoi se couvrirait-il autrement? On sait déjà qu’on aura affaire à un tournage agréable et pas compliqué.

À 25 ans, il est l’un des acteurs les plus en demande. On l’a vu au grand écran dans Matthias et Maxime, le dernier long métrage de Xavier Dolan, et il sera l’une des têtes d’affiche de Fragile, la nouvelle série de Serge Boucher dont je vous parlerai prochainement. Dans Pour toujours, plus un jour, il incarne Chuck, atteint d’une maladie orpheline, qui n’a plus qu’un an à vivre. Aussi bien en profiter à fond et réaliser ses rêves, avec sa blonde Delphine, jouée par Catherine Brunet.

«Par contre, on n’est pas du tout dans la bucket list de vœux à réaliser avant de mourir, confie le comédien. Sa façon de voir le risque change, et il fait des choix sans penser aux conséquences.» Victime d’étourdissements, de maux de tête et d’engourdissements, Chuck devra toutefois se buter à des obstacles.

La série de 14 demi-heures émane de l’équipe du Chalet, produite par Passez Go. Un gros succès de VRAK, qui demeure une référence dans cette nouvelle vague de séries jeunesse plus adultes. Par contre, Pier-Luc Funk ne voit absolument pas Pour toujours, plus un jour comme une série jeunesse. «On va beaucoup plus dans les tabous, la liberté. Je ne mets aucun filtre, je la vois juste comme une bonne série. Ça veut toucher tout le monde.»

La série est aussi une histoire d’amitié. Catherine Brunet fait partie du clan rapproché de Pier-Luc, tout comme une bonne partie de l’équipe de production. «J’ai la chance de les côtoyer tous les jours sur le tournage. La gang de Passez Go, on va vraiment dans un chalet en fin de semaine et dans le Sud chaque année tous ensemble», confie Pier-Luc Funk. L’acteur est convaincu que cette forte intimité facilite grandement le travail. «On oublie qu’on est sur un plateau. La prise de risques entre comédiens est tellement plus forte. Je ne peux pas rêver d’une meilleure partenaire de jeu que Catherine. On se connaît tellement. Si je veux essayer quelque chose, elle ne va pas m’en tenir rigueur. Elle lit en moi.» Je le confirme : en les voyant lovés sur le divan, on croit tout de suite à l’intimité de ce couple fictif.

Dans cette série qui nous fera réfléchir à notre propre existence, «on va rire et pleurer dans la même scène», annonce la réalisatrice Marie-Claude Blouin, à qui on doit entre autres Le chalet et L’Académie, et qui a voulu donner une touche nostalgique à cette comédie dramatique. Parmi les autres personnages, Karl-Antoine Suprice joue le meilleur ami de Chuck, Junior, Isabelle Brouillette incarne sa mère très protectrice, Rémi Goulet est Benji, le petit frère de Chuck, et enfin, Victoria Diamond, la meilleure amie de Delphine. Guillaume Girard signe les textes en compagnie de Kristine Metz, Patrick Dupuis et Erika Soucy.

DENIS DUBOIS: DE TÉLÉ-QUÉBEC À TVA

Pas une semaine ne se passe sans qu’on annonce du mouvement à la direction de nos grands réseaux de télévision. Aujourd’hui, au tour de Québecor Contenu d’annoncer la nomination de Denis Dubois à titre de vice-président des contenus originaux. Celui-ci vient à peine de quitter son poste de directeur des programmes à Télé-Québec après cinq ans. Cette nouvelle arrive deux semaines après l’annonce du départ de Ginette Viens, jusqu’ici vice-présidente Marques et Contenu, et une semaine après celui de Suzane Landry, directrice principale chaînes et programmation de Groupe TVA, que des rumeurs envoient du côté de Bell Média. Il s’agit d’un retour à TVA pour Denis Dubois, qui avait notamment vu aux destinées des chaînes spécialisées, dont Yoopa et Mlle (devenue Moi et cie), de 2008 à 2013. Il hérite cette fois-ci d’un mandat beaucoup plus large, celui de choisir et de développer le contenu original de TVA, des chaînes spécialisées et du Club illico. Il aura sous sa gouverne deux directeurs généraux qui seront nommés au cours des prochaines semaines.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du lundi 11 novembre 2019

BLOGUE / Contre «District 31», «Un zoo pas comme les autres» tire chaque semaine son épingle du jeu. Lundi, l'émission de TVA a attiré 849 000 amoureux des animaux, contre 1 478 000 pour la quotidienne de Luc Dionne sur ICI Télé. Match plus serré à 19h30, alors que «Discussions avec mes parents» retient 926 000 habitués sur ICI Télé contre 795 000 pour «Boomerang» à TVA.

À 20h, L'Échappée (1 107 000) à TVA l'emporte facilement sur Une autre histoire (626 000) sur ICI Télé. À 21h, Alerte Amber (1 044 000) conserve son avance sur Ruptures (534 000).

Sur V, Occupation double Afrique du Sud n'a rien perdu de sa popularité avec 660 000 fanatiques. Un souper presque parfait attire 307 000 fidèles, et les deux éditions de Mets-y le Paquet, 235 000 et 223 000.

1- District 31 (ICI Télé): 1 478 000

2- L'Échappée (TVA): 1 107 000

3- Alerte Amber (TVA): 1 044 000

4- Discussions avec mes parents (ICI Télé): 926 000

5- Le tricheur (TVA): 925 000

6- TVA Nouvelles 18h (TVA): 919 000

7- Un zoo pas comme les autres (TVA): 849 000

8- Boomerang (TVA): 795 000

9- Occupation double Afrique du Sud (V): 660 000

10- Une autre histoire (ICI Télé): 626 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Denis Dubois passe de Télé-Québec à Québecor Contenu

BLOGUE / Pas une semaine ne se passe sans qu'on annonce du mouvement à la direction de nos grands réseaux de télévision. Aujourd'hui, au tour de Québecor Contenu d'annoncer la nomination de Denis Dubois à titre de vice-président des contenus originaux. Celui-ci vient à peine de quitter son poste de directeur des programmes à Télé-Québec après cinq ans.

Cette nouvelle arrive deux semaines après l'annonce du départ de Ginette Viens, jusqu'ici vice-présidente Marques et Contenu, et une semaine après celui de Suzane Landry, directrice principale chaînes et programmation de Groupe TVA, que des rumeurs envoient du côté de Bell Média.

Il s'agit d'un retour à TVA pour Denis Dubois, qui avait notamment vu aux destinées des chaînes spécialisées, dont Yoopa et Mlle (devenue Moi et cie), de 2008 à 2013. Il hérite cette fois-ci d'un mandat beaucoup plus large, celui de choisir et de développer le contenu original de TVA, des chaînes spécialisées et du Club illico. Il aura sous sa gouverne deux directeurs généraux qui seront nommés au cours des prochaines semaines.

Son successeur à Télé-Québec n'a pas encore été désigné.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

«L'âge adulte» encore en nomination à Londres

BLOGUE / Deux fois plutôt qu'une, «L'âge adulte» se retrouve de nouveau en nomination aux C21 International Drama Awards, qui seront décernés en décembre à Londres. À sa nomination dans la catégorie Best returning comedy-drama series, la troisième saison, réalisée par Guillaume Lonergan, se distingue aussi parmi les webséries, nommée dans la catégorie Best digital short-form drama series
.

Dans cette seconde catégorie, la série de Pixcom affrontera une autre oeuvre québécoise, Fourchette, adaptée du blogue littéraire de Sarah-Maude Beauchesne, produite par Attraction Images et diffusée sur ICI Tou.tv, comme L'âge adulte.

Ce n'est pas la première fois que la websérie de Guillaume Lambert se démarque à l'international; en plus de se distinguer aux Olivier et aux Gémeaux, L'âge adulte a remporté le prix du jury du festival belge Are You Webfest et a été nommée aux International Emmy Awards à New York.

Les récipiendaires des C21 International Drama Awards seront annoncés le 5 décembre prochain.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du dimanche 10 novembre 2019

BLOGUE / L'entrevue de Catherine Dorion à «Tout le monde en parle» a attiré 1 021 000 téléspectateurs dimanche sur ICI Télé. À TVA, «Révolution» a retenu 1 159 000 fidèles, au sommet du top 10 des émissions les plus regardées.

Occupation double Afrique du Sud arrive au cinquième rang avec ses 702 000 accros, alors que OD Extra en retient 415 000, tout juste à la 10e position.

Vendredi, sur ICI Télé, Faites-moi rire! a attiré 273 000 téléspectateurs, Au suivant!, 426 000, et Galas ComediHa!, 347 000. À TVA, Ça finit bien la semaine a rallié 855 000 habitués, Du talent à revendre, 558 000, et La liste noire, 340 000. À Télé-Québec, 147 000 fidèles ont regardé Y'a du monde à messe.

Samedi, En direct de l'univers d'Yves Jacques a retenu l'attention de 741 000 téléspectateurs sur ICI Télé. À TVA Sports, le match entre le Canadiens et les Kings a été vu par 681 000 amateurs, alors que 394 000 ont assisté à la défaite des Alouettes dimanche après-midi.

1- Révolution (TVA): 1 159 000

2- Tout le monde en parle (ICI Télé): 1 021 000

3- Vlog (TVA): 920 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 859 000

5- Occupation double Afrique du Sud (V): 702 000

6- Découverte (ICI Télé): 653 000

7- Studio G (TVA): 613 000

8- Le gros laboratoire (ICI Télé): 533 000

9- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 428 000

10- OD Extra (V): 415 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

«TLMEP»: le contenu avant le contenant

CHRONIQUE / Plateau solide dimanche soir à «Tout le monde en parle», et dont les femmes invitées se sont particulièrement démarquées, toutes avec un discours fort et assumé. D'une Catherine Dorion qui plaide pour le contenu plus que pour le contenant, à une major-général, Jennie Carignan, qui symbolise à la fois décorum et courage, nous avions tout un spectre de visions, pourtant en parfaite harmonie.

Si entendre parler de l'armée était la dernière de vos priorités dimanche soir, ça prenait Jennie Carignan pour vous faire changer d'idée. L'ancienne patronne de l'armée canadienne au Québec, à qui je décerne l'étoile du match, prend le commandement de la mission de l'OTAN en Irak et dirigera une équipe de 600 militaires. Rien de solennel ou de pompeux avec cette femme qui inspire confiance, respect, admiration. Et dont la passion est contagieuse, elle qui rêvait d'être ballerine. Durant toute sa carrière, cette mère de quatre enfants de 12 à 24 ans, dont deux sont militaires, s'est battue contre trois perceptions: que les femmes sont faibles, qu'elles sont incapables de combattre, et qu'elles ne peuvent pas être mères et soldats en même temps. «Si j'avais été un général masculin, tu ne me l'aurais pas demandé», a-t-elle répondu à Guy A. Lepage, confiante que ces questions ne se poseront plus un jour.

Il a été question d'inconduites sexuelles dans les forces armées, de plus en plus dénoncées, une bonne nouvelle en soi. «Si les cas rapportés étaient en diminution, je serais très inquiète», considère la major-général, qui insiste sur l'importance de mieux accompagner les victimes. La carte du fou du roi: «Parce que vous êtes dans un boys club et que vous avez dû faire la guerre à une armée de préjugés, vous êtes ma major-général préférée.» Ce à quoi la major-général a répondu par sa propre carte chouchou: «Je vous invite à venir me visiter en Irak!»

«Rentre dans ton petit carré de sable, laisse pas un petit fil dépasser.» C'est ainsi que Catherine Dorion interprète les vives réactions à sa manière de se vêtir. Maquillée mais portant des vêtements achetés au Village des valeurs, devant un plateau qui insistait peu sur les contradictions de sa démarche, la députée de Québec solidaire s'indigne qu'on lui ait refusé l'accès au Salon bleu jeudi à cause d'un coton ouaté. «J'ai été élu par les gens de Taschereau, je m'en viens faire ma job, pis là, tu me dis, à cause de ce dont t'as l'air, non tu fittes pas ici. [...] C'est grave quand même!» Elle déplore que, lorsqu'elle a fait une sortie pour proposer des recommandations à la ministre des relations internationales, «y'a eu un article de journal. [...] Aujourd'hui, 25 articles en-dedans d'une heure et demi.» Mme Dorion avait cet avertissement à ceux qu'elle dérange: «Je ne suis pas venue pour longer les murs. [...] Pour moi, ce n'est pas une carrière où je vais m'assoir pis être ben contente.» Et à Denise Bombardier, qui a comparé son déguisement d'Halloween à celui d'une fille de joie: «Dans Taschereau, j'en rencontre des travailleuses du sexe. C'est des gens comme nous, qui l'ont eu moins facile que toi, Denise Bombardier.»

La sublime Evelyne Brochu a complètement charmé le public avec ses chansons, comme elle l'avait fait comme actrice. Plusieurs ont dû se précipiter sur sa musique après son apparition dimanche soir, notamment sur sa chanson Maintenant ou jamais – c'est son amoureux qu'on voit à la fin du clip. Assise à côté de Catherine Dorion, qu'elle a prise dans ses bras, elle a dit vivre un moment surréaliste, et croire qu'on a «besoin de gens subversifs, de gens poétiques, de gens qui dépassent les lignes. On devrait se fâcher contre les gars qui tracent les mauvaises lignes et pas contre ceux qui s'amusent à nous montrer qu'elles sont mal tracées.» Elle décrit son spectacle ainsi: «quand t'as baisé toute la nuit et que le soleil se lève, le show commence sur quelque chose comme ça». L'actrice de «Trop» joue aussi dans une série en France, où on prend 13 jours pour tourner un épisode. Lorsqu'elle doit attendre deux heures entre la fin d'un plan et le suivant, elle s'ennuie du côté sportif des tournages québécois.

Isabelle Richer nous a donné envie d'écouter son balado intitulé Ma version des faits, qui arrive après celui de la collègue du Soleil, Isabelle Mathieu, et où elle aborde trois cas qui l'ont marquée. Dont celui de Julie Boisvenu, tuée en 2002, et à qui elle s'est identifiée. «Ça aurait pu être moi», dit-elle. Même si elle reconnaît qu'il a dépassé les bornes, la journaliste comprend les prises de position parfois radicales du père de la victime, Pierre-Hugues Boisvenu. «Le chagrin explique bien des choses. C'est vrai pour tous les parents d'enfants assassinés.» Même si «ça ne passera pas», elle admet aussi éprouver de la compassion pour Mario Bastien, qui a confessé le meurtre du jeune Alexandre Livernoche, en rappelant qu'il est né d'un inceste, et qu'il a été abusé sexuellement par des éducateurs. Une histoire qui ne pouvait pas bien finir, selon elle.

Seule une victime de vol d'identité sur 20 porte plainte, de peur de recevoir un accueil tiède de la police. Une erreur selon le professeur en criminologie Benoît Dupont, qui rappelle que les victimes vivent avec des séquelles psychologiques, ne dorment plus, ne font plus confiance à personne. Ça va même jusqu'au suicide. Le spécialiste en sécurité de l'information, Steve Waterhouse, déplore que les grandes institutions ne soient pas tenues responsables à la suite de fuites comme celles de Desjardins. Celui-ci a refusé de donner son numéro d'assurance sociale par courriel à l'équipe pour recevoir son cachet, une imprudence selon lui, mais donne volontiers ses numéros de cartes de crédit lors de ses achats sur le web, puisque les institutions en sont responsables. On n'est pas plus en sécurité avec Facebook, qui «peut faire ce qu'il veut avec nos données personnelles», affirme M. Waterhouse. Le président et de chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a décliné l'invitation de Tout le monde en parle.

Yannick De Martino est fier du titre étrange de son spectacle, Les dalmatiens sont énormes en campagne. Dans une entrevue-psychanalyse – «c'pas pareil comme un podcast avec Mike Ward!» –, l'humoriste a parlé de son univers familial atypique, du fait d'avoir eu un enfant à 18 ans, peu de temps après avoir connu son propre père. Gagnant d'un concours d'humour au Mikes de Cowansville à 16 ans (!), il fait de l'humour davantage pour partager des idées que pour faire rire. «Moi quand j'ai fini, j'ai fini», dit-il au sujet de ses fins de monologues, souvent dépourvus de punchs. Jouer dans Like-moi!, un rêve, lui a permis de consolider sa confiance.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du jeudi 7 novembre 2019

BLOGUE / L'émission «J.E.», qui traitait jeudi des pneus d'hiver portant le pictogramme de neige, a attiré 656 000 téléspectateurs à TVA. L'émission de Marie-Christine Bergeron apparaît à la septième position du top 10 des émissions les plus regardées.

Sur ICI Télé, le jeu 100 génies a attiré 295 000 téléspectateurs et Enquête, 311 000.

Sur V, Occupation double Afrique du Sud a retenu 625 000 curieux et Un souper presque parfait, 247 000.

À RDS, le match entre le Canadien et les Flyers a attiré 698 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 467 000

2- Le tricheur (TVA): 919 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 858 000

4- Le bon docteur (TVA): 831 000

5- La poule aux oeufs d'or (TVA): 772 000

6- Le hockey des Canadiens (RDS): 698 000

7- J.E. (TVA): 656 000

8- Occupation double Afrique du Sud (V): 625 000

9- Infoman (ICI Télé): 605 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 605 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mercredi 6 novembre 2019

BLOGUE / L'émission très émouvante des «Enfants de la télé» consacrée à Rémy Girard, au cours de laquelle Dominique Michel a confié avoir éprouvé de graves problèmes de santé, a frôle le million mercredi soir, suivie par 994 000 téléspectateurs sur ICI Télé.

Juste avant, L'épicerie a atteint de nouveaux sommets en intéressant 898 000 adeptes, des chiffres énormes pour ce magazine qui atteint sa majorité cette saison. C'est la deuxième émission la plus regardée depuis le 14 janvier 2009, alors que 921 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous.

Depuis la débâcle de XOXO l'an dernier, TVA a toujours autant de difficulté avec ses mercredis soir. À 20h, Les invisibles n'attire que 286 000 irréductibles, et Mensonges, 233 000, contre 351 000 pour Plan B sur ICI Télé.

Sur V, Occupation double Afrique du Sud retient 575 000 fanatiques, et Un souper presque parfait, 242 000.

1- District 31 (ICI Télé): 1 531 000

2- Le tricheur (TVA): 1 000 000

3- Les enfants de la télé (ICI Télé): 994 000

4- L'épicerie (ICI Télé): 898 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 813 000

6- Occupation double Afrique du Sud (V): 575 000

7- TVA Nouvelles 17h (TVA): 555 000

8- Les gags (TVA): 525 000

9- Le téléjournal (ICI Télé): 423 000

10- LOL :-) (TVA): 422 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Si je vous ai bien compris...

CHRONIQUE / Pour une fois qu’une émission d’Historia répond vraiment au mandat premier de la chaîne... l’histoire! On semblait l’avoir oublié à l’interne. Diffusée le vendredi à 22h depuis la semaine dernière, «Dans les pas de» invite des vedettes québécoises à retourner sur les lieux qui ont marqué l’existence de diverses personnalités de l’histoire récente.

Le premier épisode, avec Yves P. Pelletier sur Rose Ouellette «La Poune», était un peu décevant. On a commencé l’émission avec son dernier compagnon de scène, qui n’avait pas l’air de garder des bons souvenirs de ses années avec La Poune. Malaise. Heureusement, sa petite-fille Kathleen Verdon, a sauvé la mise en fin d’émission, en parlant avec passion de sa célèbre grand-mère, et de son amour pour une femme, qui a partagé sa vie durant de nombreuses années.

Par contre, le deuxième de demain soir, avec Pierre-Yves Lord sur René Lévesque, est plus intéressant, même si on croyait tout savoir sur René Lévesque. Un rappel de l’homme qu’il était, n’est jamais de trop, surtout en cette ère où on semble oublier trop vite ces grands personnages.

Ne vous attendez pas à une bio exhaustive; on a une demi-heure pour rappeler l’esprit du personnage mythique. Une visite aux archives permet aussi de rappeler qu’il a été expulsé du Collège Saint-Charles-Garnier, une institution que Pierre-Yves Lord a fréquentée, et dont il a lui-même été expulsé. Marc Laurendeau fait réentendre un reportage de Lévesque et rappelle que la grève des réalisateurs de Radio-Canada lui a donné l’idée de se lancer en politique. Son attachée de presse, la première femme à occuper un tel poste, Gratia O’Leary, parle d’un séducteur, qui aimait très certainement les femmes, et à qui elle préparait des dry Martini. Elle raconte son mariage secret avec Corinne Côté, qui a été très bien reçu dans la population. L’animateur a le privilège de faire entrer les caméras dans l’ancien appartement de fonction de M. Lévesque et dans une salle du bunker, une pièce feutrée mais beige, là où il a passé le plus de temps. Autre précieux moment : la lecture du discours que Lévesque avait écrit pour le référendum de 1980, mais dont il est sorti pour parler avec son cœur.

On le sait : M. Lévesque ne prenait pas du tout soin de sa santé. Oui, il fumait et buvait du café du matin au soir, mais il n’y avait pas que ça. Martine Tremblay, sa dernière cheffe de cabinet, décrit ses dîners : une canne de soupe, des toasts brûlées saupoudrées de poivre (!), des biscuits soda, un verre de lait. Je serais curieux de savoir ce que mange François Legault le midi, mais ça ne ressemble certainement pas à ça.

Dans les prochaines semaines, Réal Béland s’intéressera à Mad Dog Vachon, Marie-Thérèse Fortin au frère Marie-Victorin, Sébastien Benoit à Jacques Normand, Jean-Marie Lapointe au père Emmett Johns, Vincent Graton à Alphonse et Dorimène Desjardins, Christian Bégin à Jehane Benoît, Marie-Claude Savard à Joseph-Armand Bombardier, et Pascale Montpetit à Irma LeVasseur.

BILAN EN CHIFFRES

Quelles émissions ont le mieux performé depuis le début de la saison dans les sondages? Sans surprise, District 31 occupe la tête avec sa moyenne de 1725 000 téléspectateurs sur ICI Télé, selon les données confirmées de Numeris. Suivent Alerte Amber (1532 000), L’Échappée (1352 000), Révolution (1322 000), L’heure bleue (1211 000), toutes à TVA, et Tout le monde en parle (1190 000) sur ICI Télé. Boomerang (1168 000) apparaît tout juste devant Discussions avec mes parents (1121 000), sa rivale du lundi à 19h30. Moins regardées en direct, Toute la vie (962 000), Une autre histoire (976 000) et Ruptures (988 000) font des bonds importants si on compte les enregistrements.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mardi 5 novembre 2019

BLOGUE / Ce que plusieurs ont qualifié de match enlevant entre les Canadiens et les Bruins, mardi soir, a attiré 731 000 amateurs à RDS. Une bonne sixième position dans le top 10, toujours dominé par «District 31» d'ICI Télé (1 588 000) et «L'heure bleue» de TVA (920 000).

Toujours au sommet sur V, Occupation double Afrique du Sud attire 624 000 curieux, et Un souper presque parfait, 319 000.

À 21h à TVA, 521 000 téléspectateurs ont regardé Les honorables pendant que 636 000 étaient rivés à 5e rang sur ICI Télé.

1- District 31 (ICI Télé): 1 588 000

2- L'heure bleue (TVA): 920 000

3- Le tricheur (TVA): 883 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 828 000

5- La facture (ICI Télé): 774 000

6- Le hockey des Canadiens (RDS): 731 000

7- Toute la vie (ICI Télé): 652 000

8- 5e rang (ICI Télé): 636 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 633 000

10- Occupation double Afrique du Sud (V): 624 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Chronique

«Sauvetage ultime»: on envoie un hélico

CHRONIQUE / Je ne m’étais jamais senti autant en sécurité dans un visionnement de presse qu’à celui de «Sauvetage ultime», mardi matin. Peut-être une fois, quand j’ai pris un vol piloté par le commandant Robert Piché, et que la Dre Christiane Laberge faisait partie des passagers. Disons que ça rassure.

À tout moment, mardi, le téléphone aurait pu sonner pour les six membres de l’escouade de recherche et sauvetage de la Sûreté du Québec. Au moins deux d’entre eux auraient dû nous quitter pour aller à la rescousse d’un chasseur perdu en forêt ou pour sortir du pétrin un randonneur trop aventurier. Un quotidien qui diffère passablement du nôtre, et qui nous est montré pour la première fois dans Sauvetage ultime, une série de 12 demi-heures, diffusée sur ICI Explora dès le lundi 18 novembre à 22h, à raison de deux épisodes à la suite.

En parallèle, on nous montre chaque semaine des cas bien réels et on s’immisce au camp des recrues, dont sortiront seulement deux agents embauchés. Et attendez de voir ce qu’on leur fait faire, sur des murs d’escalade ou en piscine. Au moins, pas d’humiliation et de cris comme dans GTI : groupe tactique d’intervention, la série de Canal D. Certains sacres, mais le sourire n’est jamais bien loin.

On l’a vu dans De garde 24/7 et dans tous les docuréalités qui peuplent notre télé depuis quelques années : ça nous prend des personnages attachants. Et c’est le cas dans Sauvetage ultime, avec le plus loquace d’entre tous, Karl Sasseville, surnommé K2, doyen et fondateur de l’escouade, et ses hommes, Martin Leclerc (Moe), Denis Desruisseaux (DD), Martin Lecomte (TH) et François Gourbil (514). Pourquoi des surnoms? Parce qu’en situation d’urgence, deux Martin, c’est pas pratique. Il n’y a hélas pas encore de femmes, mais ça ne saurait tarder si on en croit l’optimisme de K2.

Le premier épisode démarre lentement avec le sauvetage d’un ermite qui s’est perdu dans le brouillard, sur un sentier de raquettes. Quatre-vingts pour cent des sauvetages se font en hélicoptère en pleine nuit. Ça peut avoir l’air héroïque, mais «c’est pas plus confortable qu’un autobus jaune», fait-on remarquer. Au deuxième épisode, l’escouade porte secours à un adolescent de 17 ans victime d’un accident de véhicule tout terrain aux Monts Valin, dans le nord du Saguenay. À leur arrivée, Olivier, qui ne portait pas de casque, est à peine conscient, babillant quelques mots. L’accident le laissera dans un fauteuil roulant, mais on suivra l’évolution de son état dans la série. Ce sauvetage illustre bien les conditions dans lesquelles ces agents doivent travailler, dans un laps de temps très court. Des vies sont en jeu. Ça prend des nerfs d’acier, mais aussi un calme, un sang-froid qui n’est pas donné à tout le monde. Et ce ne sont souvent pas les plus jeunes qui y parviennent; ce travail, rencontre entre maturité et force psychologique, convient généralement aux gens de plus de 40 ans.

Contrairement aux policiers «réguliers», qui sont rarement bien accueillis par les criminels à qui ils passent les menottes, ceux de l’escouade sont bien souvent reçus avec le sourire de victimes, heureuses d’avoir été retrouvées à temps. Hélas, d’autres n’ont pas survécu, comme cette personne qui se suicide du haut d’un pont en Mauricie. Des images qui ébranlent les agents et restent gravées dans leur mémoire. N’ayez crainte, aucune image ne vous traumatisera; on en montre le moins possible. L’idée est de montrer le travail admirable de ces gens, pas de nous empêcher de dormir. Reste que souvent, on peut souligner l’imprudence de certaines victimes, avec qui les agents doivent avoir de bonnes conversations, et à qui ils remettent des consignes à respecter pour leur prochaine expédition.

Comme l’escalade gagne des adeptes, que ce soit en Gaspésie, dans Charlevoix ou au Saguenay, l’escouade doit se mettre à jour en la matière. On simule entre autres le sauvetage d’une femme victime d’une avalanche — de préférence en 15 minutes, après, c’est risqué — dans les Chics Chocs. Puis, on teste le vertige des recrues sur une structure du pont Jacques-Cartier.

L’équipe du réalisateur Guillaume Sylvestre et de la productrice Renée-Claude Riendeau a dû se faire discrète pour ne pas alourdir le travail de ces hommes. C’est réussi, on croit souvent y être. «Si cette émission peut sauver une vie, notre objectif sera atteint», nous dit Karl Sasseville, qui croit au rôle de prévention, et bien prêt à rembarquer pour une deuxième saison.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du lundi 4 novembre 2019

BLOGUE / «Occupation double Afrique du Sud» gagne des adeptes de semaine en semaine: lundi, 669 000 téléspectateurs ont regardé la téléréalité de V, un record pour l'édition quotidienne. L'émission arrive derrière «Le tricheur» de TVA (893 000) mais devant «Le téléjournal» d'ICI Télé (388 000).

Sur ICI Télé, District 31 est toujours aussi suivie, avec ses 1 622 000 fidèles, suivie de Discussions avec mes parents, qui touche le million cette semaine, devant sa rivale à TVA, Boomerang (838 000).

Par contre, TVA domine le reste de la soirée avec L'Échappée (1 063 000), Alerte Amber (996 000) et le TVA Nouvelles de 22h (505 000). Sur ICI Télé,  Une autre histoire en retient 629 000 et Ruptures, 566 000.

1- District 31 (ICI Télé): 1 622 000

2- L'Échappée (TVA): 1 063 000

3- Discussions avec mes parents (ICI Télé): 1 015 000

4- Alerte Amber (TVA): 996 000

5- Le tricheur (TVA): 893 000

6- TVA Nouvelles 18h (TVA): 862 000

7- Boomerang (TVA): 838 000

8- Un zoo pas comme les autres (TVA): 794 000

9- Occupation double Afrique du Sud (V): 669 000

10- Une autre histoire (ICI Télé): 629 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du dimanche 3 novembre 2019

BLOGUE / À l'étape des face-à-face, «Révolution» a repris la tête dimanche, suivie par 1 180 000 téléspectateurs à TVA. C'est mieux que «Tout le monde en parle», vue sur ICI Télé par 1 096 000 fidèles.

Sur V, Occupation double Afrique du Sud reste forte en intéressant 741 000 curieux, et OD Extra, 517 000. Plus tard en soirée, à TVA, le Studio G de Maripier Morin se maintient à 661 000 téléspectateurs.

Vendredi, sur ICI Télé, le jeu Au suivant! a attiré 432 000 téléspectateurs, Faites-moi rire!, 277 000, et Galas ComediHa!, 342 000. À TVA, Ça finit bien la semaine a été l'émission la plus regardée avec 719 000 habitués, suivie de Du talent à revendre (496 000) et de La liste noire (313 000).

Samedi, En direct de l'univers de Garou, avec la participation de Harry Connick Jr., a rallié 883 000 téléspectateurs sur ICI Télé, malgré les nombreuses pannes d'électricité au Québec. Le même soir, le match opposant le Canadien aux Stars a retenu 532 000 amateurs à TVA Sports.

1- Révolution (TVA): 1 180 000

2- Tout le monde en parle (ICI Télé): 1 096 000

3- Vlog (TVA): 835 000

4- Occupation double Afrique du Sud (V): 741 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 726 000

6- Studio G (TVA): 661 000

7- Découverte (ICI Télé): 534 000

8- Le gros laboratoire (ICI Télé): 522 000

9- OD Extra (V): 517 000

10- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 496 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

«TLMEP»: ce grand monsieur du hockey

CHRONIQUE / Les nostalgiques du temps où le Canadien les gagnait toutes avaient sûrement un grand sourire, dimanche soir, à revoir Ken Dryden, mon étoile du match, leur raconter ces belles années. Ce «Tout le monde en parle» intéressant d'un bout à l'autre a aussi permis à Maripier Morin de répondre aux critiques, sévères à son endroit, et à Bleu Jeans Bleu de nous remettre «Coton ouaté» dans la tête pour toute la semaine.

Grand monsieur que ce Ken Dryden – il mesure six pieds quatre –, accueilli en héros, à juste titre. Il a été bien peu question de la biographie Scotty : une vie de hockey d'exception, dont il est l'auteur, mais surtout de lui-même, dans cette entrevue qu'il a accordée presque uniquement en français. Pour Dryden, Bowman n'est rien de moins que le meilleur entraîneur de l'histoire du hockey. Son autre livre, intitulé Le match, publié en 1983, est encore considéré par plusieurs comme le meilleur ouvrage à avoir été écrit sur notre sport national. M. Dryden arrivait accompagné de son fameux masque de gardien de but, qui est entré dans la légende, portant encore les marques des grandes années. Il a refusé qu'il soit exposé au Temple de la renommée à Toronto, préférant le garder précieusement dans une boîte au sous-sol. La carte du fou du roi: «Avec vos multiples carrières, on peut dire que si Ken Dryden arrêtait tout, il n'y a vraiment rien pour arrêter Ken Dryden!»

Maripier Morin, qui s'est séparée de Brandon Prust, a dû vivre avec les réactions engendrées par sa rupture. «Les gens sont d'une grande délicatesse. Moins les médias. [...] Est-ce que je suis obligée de parler de ma rupture? [...] Moi j'ai lu nulle part un contrat qui m'obligeait à m'exprimer sur comment je me sens en ce moment.» Au sujet de sa série Mais pourquoi?, diffusée à Z, elle n'a pas du tout aimé danser nue au Lady Mary Ann, un bar de danseuses de Québec, «pour voir ce qui se passe dans le regard des gens qui sont là». «T'es un numéro. Y sont pas là pour apprendre à te connaître ou savoir si t'as quelque chose à dire», a-t-elle constaté. Elle qualifie Studio G de «show sans prétention», et souligne que l'émission qu'elle anime à TVA attire en moyenne 916 000 fidèles chaque dimanche. «Les critiques sont toughs à ton égard», a remarqué Guy A. «Si ça avait été [fait par] un gars, on crierait au génie», répond-elle au sujet de Mais pourquoi?, qui a reçu un accueil mitigé mais plus favorable que Studio G.

Intéressant segment sur les fausses nouvelles, avec le trio des Décrypteurs sur ICI RDI, l'animateur Alexis De Lancer et les journalistes Bouchra Ouatik et Jeff Yates. Si Donald Trump a popularisé le concept de «fake news», c'est loin d'être nouveau. La plus vieille fausse nouvelle au Québec remonte à 1893 et parle d'actes de cannibalisme associés à une famille autochtone en 1893. On a notamment rappelé qu'une loi au Canada contre les fausses nouvelles avait été invalidée par la Cour suprême en 1992. Les médias traditionnels ne sont pas à l'abri des erreurs. Alexis De Lancer cite le cas d'ABC News, qui a diffusé des images d'une attaque en Syrie, avant qu'on découvre qu'elles avaient été tournées dans un champ de tir au Kentucky.

Récipiendaire d'un 17e Félix la semaine dernière, et après avoir endisqué à quatre reprises, Fred Pellerin refuse toujours de se dire chanteur. «Tu fais quatre tartes, ça veut pas dire que t'es pâtissier!» blague le sympathique conteur. Dans un segment délirant et vraiment très drôle, Fred Pellerin a tenté d'exprimer, en des termes que même lui ne semblait pas comprendre, que son œuvre serait disponible sur plusieurs plateformes, comme si le numérique venait d'être inventé. «On rentre dans le futur!» s'est-il écrié. «Non, on rentre dans le présent», a répondu Guy A. Bien sûr, on est revenu sur la bisbille entre Pellerin et la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton. «Je n'avais plus de fun», a-t-il expliqué, ajoutant avoir tiré personnellement zéro revenu de cette collaboration. Il ne quitte pas pour autant le village qu'il a mis sur la mappe et promet de s'y investir autrement.

La Dre Marie-Eve Morin et la psychiatre Amal Abdel-Baki craignent toutes deux les conséquences de la loi caquiste qui fait passer l'âge légal d'achat et de possession de cannabis de 18 à 21 ans. «C'est vraiment un projet de loi qui est politique, qui n'est pas scientifique ni médical, et ça va à l'encontre de la santé publique», croit la Dre Morin, médecin de famille oeuvrant en dépendances et en santé mentale, très éloquente. Ceux qui s'approvisionnaient à la SQDC, aussi peu soient-ils, vont forcément retourner sur le marché noir, où on vend le cannabis avec d'autres drogues plus dangereuses, croit-elle. Étrangement, la plus forte croissance de consommation du cannabis s'observe chez les 65 ans et plus.

L'émission s'est conclue joyeusement avec trois des membres de Bleu Jeans Bleu, proclamé groupe de l'année à l'ADISQ, et dont la chanson Coton ouaté est devenue un ver d'oreille. Même leur air des épiceries IGA pour ne pas oublier ses sacs est accrocheur. C'est le leader, Claude Cobra, de son vrai nom Mathieu Lafontaine, qui accordé 99% de l'entrevue sans rouler ses «r» comme dans ses chansons, les deux autres jouant volontiers les figurants. «Il parle!» s'est exclamé Guy A. quand l'un d'eux a voulu en placer une. Les gars ne sont pas des danseurs, et ont appris la chorégraphie de leur vidéoclip cinq minutes avant de le tourner. Ça n'a pas empêché le vidéo de faire fureur sur le web.

En début d'émission, Guy A. a voulu souligner avoir invité les auteurs du livre PLQ Inc., publié par les Éditions du Journal (Québecor). «Une fois de plus, leur grand patron en a décidé autrement. Dommage», a conclu l'animateur.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du jeudi 31 octobre 2019

BLOGUE / TVA occupe sept des 10 premières positions du palmarès des émissions les plus regardées jeudi soir. Mais la première appartient à l'épisode traumatisant de «District 31», qui a laissé 1 486 000 fidèles sous le choc sur ICI Télé.

À une époque où on parle de la baisse d'intérêt pour les bulletins de nouvelles, ceux de TVA, à 17h et 18h, parviennent à se classer dans le top 10.

Sur V, Occupation double Afrique du Sud a attiré 607 000 fanatiques, et Un souper presque parfait, 278 000.

À RDS, le match du Canadien contre les Golden Knights, diffusé à 22h, a retenu 474 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 486 000

2- Le tricheur (TVA): 836 000

3- La poule aux oeufs d'or (TVA): 799 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 768 000

5- Le bon docteur (TVA): 767 000

6- Infoman (ICI Télé): 743 000

7- J.E. (TVA): 652 000

8- Occupation double Afrique du Sud (V): 607 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 531 000

10- Face à la rue (TVA): 505 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Énola: jamais deux sans trois

CHRONIQUE / Imaginez un instant : vous participez à un concours prestigieux qui sélectionne 40 finalistes, mais vous finissez... au 41e rang. C’est arrivé le 20 octobre dernier à Énola Bédard, originaire de Charlesbourg, qui venait pourtant de briller à l’émission Révolution, parmi d’autres étoiles.

Les réactions des maîtres après sa prestation singulière sur la chanson Ta reine, de l’artiste belge Angèle, laissaient réellement croire à une victoire. «C’est sûr que ça a été une déception, un choc. Surtout que j’avais vraiment suivi les conseils des maîtres en travaillant sur ma révolution. Je me suis dit: ‘‘qu’est-ce que je dois faire de plus?’’ On met tellement d’effort là-dessus; pour les deux prestations, je me suis entraînée durant trois mois, à raison de cinq heures par jour. C’était comme les Olympiques pour moi», m’a confié la danseuse d’à peine 19 ans, déçue sans être amère.

Énola en était d’ailleurs à sa deuxième participation à l’émission de TVA, ayant pris part à la première saison à l’automne 2018. L’égérie de l’émission, Sarah-Jeanne Labrosse, l’a mise au défi de revenir dans une éventuelle troisième saison. Jamais deux sans trois? «J’ai reçu beaucoup de messages de gens frustrés que je n’aie pas gagné. Je n’ai presque pas le choix de revenir», répond la jeune femme, qui avoue d’emblée avoir une préférence pour un maître en particulier. «C’est Larry! En regardant ma prestation, il avait essayé de voter pour moi à la première ronde, mais son frère [Laurent, des Twins] l’en a empêché.» Une scène qu’on a vue clairement à l’écran, et qui n’a pas échappé aux téléspectateurs qui souhaitaient la voir en finale. Mais voilà, les Twins, qui ne valent à eux deux que pour un seul vote, doivent s’entendre. «Quand j’ai été éliminée au ballottage, Larry voulait vraiment que je passe», me dit Énola.

Si sa participation à Révolution ne lui a pas donné le statut de Yoherlandy ou de Team White, finaliste et duo gagnant de l’an dernier, elle n’aura pas été vaine pour autant. Elle est allée se perfectionner à Los Angeles, sans savoir qu’elle y décrocherait une apparition dans une production de Netflix, Julie and the Phantoms, prévue pour 2020. C’est par l’entremise du chorégraphe Paul Becker, qu’elle connaissait déjà, qu’Énola a pu passer une audition et faire sa place dans cette production comme danseuse, dans le rôle d’une cheerleader. «Nous répétons depuis un mois pour deux jours de tournage. J’ai vraiment hâte de voir le résultat. Je vis un peu mon rêve, c’est mon premier véritable emploi en tant que danseuse professionnelle», affirme Énola, que j’ai jointe à Vancouver, alors que s’achevait le tournage. Inspirée d’une série jeunesse brésilienne, Julie and the Phantoms est réalisée par Kenny Ortega, aussi chorégraphe, à qui l’on doit notamment la trilogie High School Musical. Une jeune fille y développe une passion pour la musique et apporte son soutien à trois fantômes.

Énola Bédard a commencé à 13 ans à l’école Danse Attitudes à Québec, en prenant part à des compétitions de hip-hop et de jazz contemporain. Puis, à 15 ans, elle a voulu se démarquer en solo et trouver son propre style, un défi dans son domaine. «Ce dont je suis le plus fière, c’est que je réussis à me différencier des autres, parce que j’ai toujours plein d’idées. Ça donne des résultats bizarres, comme ma première prestation [elle incarnait un étrange personnage vert]. Faire toujours les mêmes sauts, ça peut être impressionnant, mais ce n’est pas original pour moi.»

Comme on l’entend souvent, il est difficile pour un danseur de faire carrière sans sortir du Québec; les emplois ne sont pas si nombreux chez nous. Avant Révolution, Énola était apparue dans le sketch «Bollywood», parodie de Justin Trudeau sur la légalisation du cannabis, au Bye Bye 2018, puis à En direct de l’univers, au Tricheur et dans LOL :-). De là l’intérêt d’Énola pour Los Angeles, où elle a déjà passé plusieurs mois. Son objectif du moment : obtenir son visa pour travailler aux États-Unis, ce qui n’est pas une mince tâche. Et retrouver sa famille à Québec, qu’elle n’a pas vue depuis des mois.

Au fait, Énola, ça vient d’où? D’un personnage du film Un monde sans Terre, qu’avaient vu ses parents chacun de leur côté, et qui les avait visiblement marqués. Un joli prénom aussi unique et singulier que le style et le talent d’Énola, qui la mèneront peut-être très loin.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mercredi 30 octobre 2019

BLOGUE / La première de «Plan B» avec Sophie Lorain et Luc Guérin a retenu 397 000 curieux sur ICI Télé, ce qui lui assure tout juste une place au palmarès des 10 émissions les plus regardées mercredi soir. À 21h, l'épisode de «Mensonges» à TVA en a attiré 269 000.

ICI Télé est d'ailleurs restée première de 19h à 22h. À 19h30, L'épicerie (743 000) a battu LOL :-) (430 000), alors qu'à 20h, Les enfants de la télé (902 000) a eu le dessus sur Les invisibles (351 000).

À RDS, le match entre le Canadien et les Coyotes, diffusé en fin de soirée, a retenu 380 000 amateurs.

Sur V, 573 000 fans ont regardé Occupation double Afrique du Sud, et Un souper presque parfait en a retenu 259 000.

1- District 31 (ICI Télé): 1 416 000

2- Les enfants de la télé (ICI Télé): 902 000

3- Le tricheur (TVA): 901 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 776 000

5- L'épicerie (ICI Télé): 743 000

6- Occupation double Afrique du Sud (V): 573 000

7- TVA Nouvelles 17h (TVA): 517 000

8- Les gags (TVA): 473 000

9- LOL :-) (TVA): 430 000

10- Plan B (ICI Télé): 397 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Une deuxième grande patronne quitte TVA

BLOGUE / Grosse nouvelle dans le monde de la télévision: Suzane Landry quitte son siège de directrice principale chaînes et programmation de Groupe TVA après 13 ans de service pour accepter de relever un nouveau défi. C'est la deuxième patronne en une semaine à quitter son poste dans l'entreprise, après Ginette Viens, vice-présidente marques et contenu.

Décidément, l'échiquier des grands réseaux de télé est en plein bouleversement cet automne. Après Dominique Chaloult à Radio-Canada et Denis Dubois à Télé-Québec, voici que la direction de TVA changera bientôt de visage.

Suzane Landry s'en va-t-elle chez Bell Média, qui s'est porté acquéreur de V et qui a perdu récemment sa vice-présidente programmation, Dany Meloul, partie remplacer Dominique Chaloult chez le diffuseur public? La question se pose.

Il faut dire que, malgré une avance notable dans les parts de marché globales, TVA a perdu des plumes en soirée dans la dernière année: de septembre à avril dernier, ICI Télé s'est hissée en première place des cotes d'écoute de 19h à 23h, selon Numeris, ce qui n'était pas arrivé depuis la saison 1993-94.

Après une carrière de journaliste et de productrice, Suzane Landry a d'abord dirigé le service des variétés de TVA à partir de 2006, avant de prendre la direction des programmes. De grands succès comme La voix et Révolution ont été mis en ondes sous son règne.

TVA n'a pas voulu commenter ce deuxième départ en deux semaines. Selon nos informations, l'intérim de Suzane Landry serait assuré par le vice-président et chef de l’exploitation du contenu, Martin Picard.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mardi 29 octobre 2019

BLOGUE / «La facture», qui traitait hier du déménagement laborieux d'un piano et des vices de fabrication des Honda Civic, a attiré 733 000 téléspectateurs sur ICI Télé. C'est plus que les émissions rivales, «La dérape», qui retient néanmoins 631 000 fidèles à TVA, et «Rire et délire», suivie par 176 000 irréductibles à V.

À 20h, L'heure bleue (919 000) à TVA a facilement raison de Toute la vie (667 000) à ICI Télé, alors qu'à 21h, 5e rang (667 000) défait Les honorables (552 000).

Sur V, Occupation double Afrique du Sud a attiré 644 000 fidèles, alors que pour Un souper presque parfait, 275 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous.

1- District 31 (ICI Télé): 1 480 000

2- L'heure bleue (TVA): 919 000

3- Le tricheur (TVA): 858 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 791 000

5- La facture (ICI Télé): 733 000

6- 5e rang (ICI Télé): 667 000

6- Toute la vie (ICI Télé): 667 000

8- Occupation double Afrique du Sud (V): 644 000

9- La dérape (TVA): 631 000

10- Les honorables (TVA): 552 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Chronique

Maripier Morin s’assume

CHRONIQUE / «Mais pourquoi?» était le titre plus attendu sur Z cet automne. Des photos de la participation de Maripier Morin à une compétition de bikini fitness, qui avaient filtré il y a plusieurs mois sur Internet, suscitaient depuis la plus grande curiosité sur cette série documentaire. À «Tout le monde en parle», l’animatrice avait confié qu’elle n’était plus la même depuis cette expérience.

«Ça brasse encore autant et je questionne encore ma décision. Je ne suis pas sortie indemne de ça», dit aujourd’hui l’animatrice, qui est allée jusqu’à se mettre à nu, au sens propre comme au figuré, pour cette série. Elle dévoilera jusqu’au montant de ses revenus de la dernière année.

La série de six épisodes d’une heure, qui commence mercredi soir à 21h à Z, est certainement un élément de curiosité. Le but : comprendre pourquoi on se rend jusqu’à faire congeler ses ovules, danser nue sur scène, se faire peinturer orange pour participer à une compétition de culturisme, qui fait justement l’objet de la première émission, la plus intéressante que j’aie vue. Maripier Morin n’a eu que très peu de temps pour se préparer à cette dernière épreuve athlétique, qui nécessite un entraînement quotidien, en plus de suivre un régime strict et des cours de posture. On peut juger tant qu’on veut, il y a de l’effort derrière tout ça. Bien sûr, il est question des stéroïdes, qui ont des effets indésirables aussi chez les femmes. Maripier n’est pas allée jusque là.

Pour le deuxième épisode, sur la parentalité, elle se prête à la congélation de ses ovules, un processus pour le moins laborieux, qu’elle partage avec son mari d’alors, Brandon Prust, la série ayant été tournée il y a un an. Il faut donc énormément d’investissement, autant personnel que financier, pour espérer que ça marche. L’expérience suscite certainement l’admiration et la compassion, mais pourrait en dissuader plusieurs, tant elle peut remuer celles qui y ont recours. C’est le cas de Maripier Morin, mais encore plus de la metteure en scène et comédienne Véronick Raymond, qui essaie d’enfanter depuis 10 ans, recevant plus de 500 injections.

Le troisième épisode sur la nudité risque d’obtenir les meilleurs scores d’écoute. Une mise à nu quasi complète pour l’animatrice, qui joue le modèle vivant pour des artistes peintres, avant de préparer un numéro de danseuse nue. Une trentaine de clients du célèbre Lady Mary Ann sur le boulevard Charest ont eu la surprise, un soir vers 22h, de voir apparaître sur la scène Maripier Morin, en très petite tenue. Mettons que ça surprend. Avant de se dévêtir sur scène, l’animatrice prend des cours de danse poteau, un exercice très costaud, puis choisit ses dessous, prépare sa chorégraphie et, dilemme ultime, décide si elle ira jusqu’à rencontrer des clients dans l’isoloir. Une fois dans les coulisses, avec l’appui d’une danseuse expérimentée, elle prend son courage à deux mains (tremblantes!) pour se dénuder sur scène. Je ne vous dis pas comment ça finit. 

À plusieurs moments, l’animatrice est à fleur de peau et fond en larmes, tant la pression est forte. On ne pourra pas lui reprocher de ne pas s’être donnée corps et âme, même si l’exercice risque de paraître un peu narcissique. Le montage aurait pu être resserré; l’épisode sur la parentalité est particulièrement laborieux — le segment où l’animatrice «crashe» un shower de bébé de purs inconnus est de trop. L’ensemble manque parfois de cohérence et semble un peu fourre-tout, mais on nous donne un tas d’informations pertinentes sur chacun des sujets.

Encore plus que le sexe, «l’argent reste le seul grand tabou au Québec», croit Maripier Morin, qui se penche sur le sujet le 20 novembre, comme sur la religion le 27 novembre et les jeux vidéo le 6 décembre. Il n’est pas exclu que d’autres sujets soient abordés dans de nouveaux épisodes, portés par Maripier Morin ou une autre personnalité.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du lundi 28 octobre 2019

BLOGUE / «District 31» ne décolle pas de la première position du palmarès: lundi, 1 523 000 accros ont été témoins de la colère du commandant Chiasson, qui a valu bien des compliments à Gildor Roy sur les réseaux sociaux. À la même heure, 861 000 téléspectateurs ont plutôt choisi de voir «Un zoo pas comme les autres» à TVA.

À 19h30, Discussions avec mes parents (946 000) sur ICI Télé l'emporte sur Boomerang (837 000) à TVA.

À 20h, TVA reprend la tête avec L'Échappée (1 249 000) contre Une autre histoire (662 000) sur ICI Télé.

À 21h, Alerte Amber (1 139 000) reste première à TVA devant Ruptures (597 000) sur ICI Télé.

Sur V, Occupation double Afrique du Sud conserve 552 000 irréductibles, alors que la spéciale Halloween d'Un souper presque parfait en retient 269 000, et les deux émissions de Mets-y le Paquet, respectivement 249 000 (20h) et 223 000 (20h30).

1- District 31 (ICI Télé): 1 523 000

2- L'Échappée (TVA): 1 249 000

3- Alerte Amber (TVA): 1 139 000

4- Le tricheur (TVA): 977 000

5- Discussions avec mes parents (ICI Télé): 946 000

6- Un zoo pas comme les autres (TVA): 861 000

7- TVA Nouvelles 18h (TVA): 839 000

8- Boomerang (TVA): 837 000

9- Une autre histoire (ICI Télé): 662 000

10- TVA Nouvelles 17h (TVA): 612 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Légère baisse pour l'ADISQ

BLOGUE / Le 41e Gala de l'ADISQ a connu une légère baisse d'auditoire, dimanche soir: 1 229 000 téléspectateurs l'ont regardé sur ICI Télé, comparativement à 1 368 000 l'année dernière. C'est un peu plus que la moyenne de «Révolution», qui reste à 1 179 000 à TVA. Le tapis rouge a attiré sensiblement le même auditoire que l'an dernier, soit 819 000 contre 852 000 en 2018.

Beaucoup de monde du côté d'Occupation double Afrique du Sud, qui retient 727 000 irréductibles à V, suivie de OD extra, regardée par 448 000.

Studio G, qui recevait Debbie Lynch-White à TVA, se maintient à 673 000.

Vendredi, sur ICI Télé, Au suivant! a attiré 433 000 téléspectateurs, Faites-moi rire!, 283 000, et Galas ComediHa!, 262 000, alors qu'à TVA, Ça finit bien la semaine intéresse 811 000 accros et Du talent à revendre: le championnat mondial, 499 000.

Samedi, le En direct de l'univers de Simon Boulerice a retenu 859 000 fidèles sur ICI Télé, contre 466 000 pour le film La montagne entre nous à TVA.

1- Le 41e Gala de l'ADISQ (ICI Télé): 1 230 000

2- Révolution (TVA): 1 179 000

3- Vlog (TVA): 848 000

4- Le tapis rouge (ICI Télé): 819 000

5- Occupation double Afrique du Sud (V): 727 000

6- TVA Nouvelles 18h (TVA): 706 000

7- Studio G (TVA): 673 000

8- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 570 000

9- Découverte (ICI Télé): 534 000

10- OD Extra (V): 448 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Soupir de soulagement pour un gala réussi

CHRONIQUE / Imaginez un instant le malaise si Éric Lapointe avait remporté le Félix de l'interprète masculin de l'année. Méga malaise, devrais-je dire. Parce que ça aurait pu arriver. Disons-le clairement: la victoire de Loud, par ailleurs méritée et connue de l'ADISQ depuis plusieurs jours, a sauvé la fin de ce 41e gala, dans l'ensemble fort réussi.

On le dit année après année: Louis-José Houde est chez lui à l'ADISQ. Dimanche soir, il a livré un gala rythmé, sans temps mort et efficace en diable. L'absence d'Éric Lapointe, accusé de violence conjugale, n'a été évoquée d'aucune façon, même si on l'a aperçu très rapidement dans un montage musical en début de gala. Puis, on a eu droit à une ouverture du tonnerre tout en hip-hop, à l'image de la dernière année musicale, avec Loud, Sarahmée, FouKi, Souldia et Koriass. À plusieurs égards, le gala a célébré ce style qu'on confinait à un rôle de figurant, il n'y a pas si longtemps.

Louis-José Houde était là pour nous faire rire, et il y est parvenu. «Y'é huit heures et quatre, Mario Pelchat est déjà en tab...», a-t-il lancé d'emblée, rappelant la controverse de l'an dernier. Puis celle du Félix qu'Hubert Lenoir s'est envoyé dans la gorge. «C'était drôle, une fois!» a prévenu Louis-José, invitant les gagnants à «ne pas se l'insérer nulle part» ailleurs. On a la rançon de la gloire facile au Québec, a-t-il enchaîné. Une gloire relative qui lui vaut celle-ci d'une hôtesse du Normandin: «A m'a donné une bine, a m'a appelé Louis-Philippe!»

S'il a déjà eu de meilleurs monologues d'ouverture, celui sur la liste des demandes de FouKi, qui exige des grignotines, un coussin et un oreiller dans sa loge, était pas mal plus drôle. Un oreiller? Ne jamais toucher, conseille Louis-José, parce qu'on ne sait jamais qui était là la veille, «des fois que c'est Patrick Bruel, fait que tu touches à rien». S'il s'est tu sur l'affaire Lapointe, très récente, l'humoriste s'est permis celle-là sur Bruel. Le numéro sur la fin de MusiquePlus avec Ariane Moffat au piano était drôle, sympathique mais un peu long.

Musicalement et visuellement, ce gala était superbe et varié. On a clairement fait un effort sur la scénographie pour nous en mettre plein la vue, autant pour Marie-Mai que le duo Ariane Moffatt et Les Louanges. On a créé de beaux duos inattendus, comme celui d'Alexandra Stréliski et Elisapie dans des numéros qui attiraient l'oeil autant que l'oreille. Je comprends difficilement que Bleu Jeans Bleu, élu groupe de l'année, n'ait pas été invité à reprendre sur scène Coton ouaté, son ver d'oreille estival que l'assistance a fredonné spontanément quand le groupe est monté sur scène pour recevoir son prix. Croyez-moi, ça aurait dansé sur un temps rare.

J'aurais parié sur Les Louanges pour le Félix de la révélation, mais la statuette est allée à Alexandra Stréliski. «Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de la douceur», a dit celle-ci. Les deux le méritaient, je vous recommande chaudement leurs spectacles. Il n'était pas trop tôt qu'on décerne le nouveau Félix de l'artiste autochtone dans le «vrai» gala. La remise a commencé de drôle de façon, avec Joséphine Bacon qui s'est permis un gag, mais s'est conclue dans l'émotion avec un Florent Vollant solennel: «On n'est pas juste ici parce qu'on est autochtones. On est ici parce qu'on est bons.»

La chanson de Ginette Reno, tout de rouge vêtue et accompagnée par les Petits chanteurs du Mont-Royal, donnait des frissons. Elle est encore en voix notre Ginette. Pierre Lapointe était presque au bout de son souffle à la fin de sa montée de lait sur les multinationales qui ne paient pas d'impôt. L'artiste s'est indigné de n'avoir reçu que 500$ pour un million d'écoutes d'une de ses chansons sur Spotify. «Je sais pas vous, mais ma contribution vaut plus que 500$», a-t-il envoyé aux nombreux politiciens dans la salle. «Il en va de notre survie culturelle!» a-t-il scandé, invitant les gouvernements à réagir, avant que l'assistance l'appuie d'une ovation.

On s'est longtemps plaint de la longueur des discours, on serait mal venus de critiquer l'ADISQ de vouloir les écourter. Mais le rythme qui se fait entendre pour faire taire les gagnants donne plus envie de danser que d'arrêter de parler. Et Michel Rivard ne s'est pas éternisé, il me semble. À revoir pour l'an prochain. Pour le reste, on peut dire qu'on a passé une bonne soirée, et que ces deux heures et quelques ont passé bien vite.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du jeudi 24 octobre 2019

BLOGUE / Belle performance du «Tricheur», qui frôle le million à TVA avec ses 985 000 inconditionnels, contre 587 000 pour «Occupation double Afrique du Sud» à V et 326 000 pour «Le téléjournal» d'ICI Télé. Le jeu de Guy Jodoin oppose cette semaine Sébastien Dubé, Vincent Léonard, Étienne Dano, Stéphane Fallu et Olivier Martineau.

À 20h, Le bon docteur de TVA attire 825 000 téléspectateurs contre 447 000 pour 100 génies sur ICI Télé.

À 21h, J.E. est premier avec 706 000 fidèles, et Face à la rue, 480 000 à TVA, contre 355 000 pour Enquête sur ICI Télé.

Sur V, Un souper presque parfait rallie 271 000 fidèles et À table avec mon ex, 151 000. À RDS, la défaite du Canadien contre les Sharks a retenu 637 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 422 000

2- Le tricheur (TVA): 985 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 882 000

4- Le bon docteur (TVA): 825 000

5- La poule aux oeufs d'or (TVA): 710 000

6- J.E. (TVA): 706 000

7- Le hockey des Canadiens (RDS): 637 000

8- Infoman (ICI Télé): 599 000

9- Occupation double Afrique du Sud (V): 587 000

10- Les gags (TVA): 528 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Magalie Lépine-Blondeau en infirmière sexologue

BLOGUE / Magalie Lépine-Blondeau jouera Sarah, une infirmière sexologue un peu maladroite, dans la comédie audacieuse et osée «Sans rendez-vous». Signée Marie-Andrée Labbé, l'autrice de «Trop», l'oeuvre de 10 épisodes d'une demi-heure racontera le quotidien d'une clinique médicale de santé sexuelle.

Aussi lesbienne, Sarah tentera de se défaire d'une relation amoureuse qui ne la satisfait plus.

La série, une adaptation de capsules web australiennes intitulée Sexy herpes, sera disponible sur l'Extra d'ICI Tou.tv l'été prochain et produite chez Aetios, la boîte de Fabienne Larouche et Michel Trudeau. C'est ce dernier qui a eu l'idée de proposer le projet.

Pour rendre la série plus crédible, la production a fait appel à l'expertise du Dr Réjean Thomas, de la clinique médicale l'Actuel.

Sans rendez-vous sera-t-elle explicite? Fabienne Larouche parle d'une réalisation «respectueuse mais pas timide». Le tournage aura lieu au printemps.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.