Doug Ford, premier ministre ontarien
Doug Ford, premier ministre ontarien

Réouverture des écoles: la prudence de Doug Ford

CHRONIQUE / C’est par étapes que la plupart des gouvernements doivent maintenant se déconfiner. Entre les scientifiques généralement scrupuleux de la distanciation sociale, et les milieux d’affaires favorables à une réouverture de l’économie, la «voix médiane» est bien souvent difficile à trouver.

En choisissant de ne pas rouvrir les écoles au moins avant fin mai, le premier ministre ontarien, Doug Ford, a quelque peu surpris. «Je veux protéger les enfants à tout prix. Je ne ferais pas ça ici en Ontario», a-t-il justifié dans sa conférence de presse quotidienne, non sans surjouer l’importance de cette décision.

L’Ontario n’échappe pas à la comparaison avec le Québec où le premier ministre, François Legault, parie, lui, sur une réouverture de la majorité des établissements dès le 11 mai, sur une base volontaire.

Entre un François Legault, salué pour son empathie depuis le début de la crise, marquant cette fois son impatience dans le dossier des écoles, et le «businessman» Doug Ford tout à coup si prévenant vis-à-vis du monde enseignant avec lequel il entretient des relations froides, il y a l’impression que le monde tourne à l’envers.

Une certitude : la «Toronto-centriste» Ford Nation a mis de l’eau dans son vin au cours des dernières semaines. M. Ford vit sans doute intensément cette épidémie dont l’impact est immense à Toronto, et laquelle touche directement sa propre belle-mère.

Par ailleurs, l’Ontario, qui a beaucoup moins dépisté que son voisin québécois, serait contraint de poursuivre encore et toujours les mesures barrières, avancent certains virologues. La province viendrait seulement d’atteindre son objectif d’un peu de 16 000 tests quotidiens.

Autre hypothèse : l’Ontario dispose d’une petite avance en éducation. D’autant que la mise en place de l’apprentissage en ligne, mais aussi des partenariats avec Rogers Communications et Apple pour fournir aux élèves des tablettes se sont imposées provisoirement comme des solutions utiles.