Jean-Gabriel Pageau et les Sénateurs ont récolté deux points en fin de semaine. Ces points ne signifient pas grand-chose, même si le printemps s’annonce important à Ottawa.

Quelle saison morte?

CHRONIQUE / Nous y sommes. Enfin. La dernière semaine du calendrier régulier.

En temps normal, on dirait que le calvaire tire à sa fin. Pour une organisation qui rate les séries éliminatoires, le printemps est souvent synonyme de soulagement.

Ce n’est pas le cas pour les Sénateurs. Pas cette année, du moins.

Cette année, les mois de février et de mars ont fait office de saison « morte » à Ottawa. Si on oublie le long feuilleton qui a mené aux transactions impliquant les joueurs d’impact Matt Duchene, Ryan Dzingel et Mark Stone, on a suivi avec plus ou moins d’intérêt une trentaine de parties qui ne voulaient pas dire grand-chose.

Dans le contexte unique dans lequel se trouve le seul club sportif majeur d’Ottawa, le printemps 2019 s’annonce sans doute bien plus important que l’hiver.

Et ce, sur plusieurs tableaux.

1. DU GROS HOCKEY À BELLEVILLE

Ils étaient partis pour la gloire. Ils ont juste un peu ralenti, ces derniers temps. Les Senators de Belleville sont désormais engagés dans une lutte à finir pour la dernière position qui donne accès aux séries, dans la section Nord de la Ligue américaine.

Pour devenir de meilleurs pros, les espoirs des Sénateurs devront éventuellement jouer de gros matches.

Zack Smith me disait récemment à quel point la coupe Calder est dure à gagner, en raison du style de jeu robuste qui est pratiqué dans les mineures.

Rudolfs Balcers et Christian Wolanin pourraient aller rejoindre Drake Batherson, Erik Brännström et Logan Brown pour le dernier droit. Il n’est pas essentiel, pour leur développement, qu’ils jouent jusqu’en juin. Ça ferait quand même du bien.

2. DU GROS HOCKEY EN SLOVAQUIE

Les choses évoluent rapidement dans le merveilleux monde du hockey. L’an dernier, Thomas Chabot a été ajouté à la dernière minute à l’équipe canadienne qui a pris part au Championnat du monde de hockey.

Cette année, il devrait être le quart-arrière de l’équipe qui sera dirigée par Alain Vigneault.

« Personne ne m’a encore contacté », disait le défenseur beauceron, mercredi.

Ça viendra.

Malgré sa baisse de régime en deuxième moitié de saison, il demeure le défenseur canadien le plus productif parmi les clubs de la LNH qui seront exclus des séries.

Le tournoi se déroulera en Slovaquie, cette année. Chabot ne devrait pas être le seul membre de l’organisation des Sénateurs à faire le voyage. Les Américains devraient en principe inviter Colin White pour une deuxième année consécutive.

En tant que nouveau marqueur de 20 buts, Brady Tkachuk pourrait l’accompagner.

Christian Jaros devrait y être aussi et vivre une expérience doublement enrichissante. Il fera partie de la formation hôtesse.

3. L’EMBAUCHE DU PRÉSIDENT

On a entendu les noms d’une bonne douzaine de candidats, ces derniers jours. Ça signifie probablement que le processus d’embauche débute. On ne sait pratiquement rien. Il y a beaucoup de spéculation dans l’air.

Les Sénateurs ont simplement indiqué, dans un court communiqué, qu’Ottawa constitue désormais une « destination de choix » pour les hommes de hockey compétents. Le noyau de jeunes joueurs et la collection de choix au repêchage rendent l’organisation des Sénateurs très attrayante, semble-t-il.

Ce sont de belles paroles.

Les Sénateurs doivent maintenant livrer la marchandise et embaucher un homme qui rehaussera la crédibilité de l’organisation.

4. L’EMBAUCHE D’UN ENTRAÎNEUR

Marc Crawford s’est acquitté de ses tâches avec beaucoup de professionnalisme, après le congédiement de Guy Boucher. Il n’en a cependant pas fait assez pour convaincre ses supérieurs qu’il mérite de conserver le poste d’entraîneur-chef au-delà de cette saison.

L’embauche d’un nouvel entraîneur-chef sera sans doute la décision la plus importante des prochains mois. Les jeunes joueurs de l’organisation ont besoin de compter sur un solide pédagogue.

Le nouvel entraîneur-chef devra, rapidement, recruter de nouveaux adjoints qui l’appuieront dans sa mission.

5. LE RESTE DU MÉNAGE

Billets de saison à vendre. Plancher salarial à respecter. Terrain au centre-ville à trouver. La saison morte sera chargée. On risque de jaser de hockey tout l’été.