Patrick Duquette

Silence injustifié

CHRONIQUE / Ainsi, la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais aurait imposé le silence à ses profs après la tornade et l’incendie qui ont forcé la fermeture prolongée de l’école secondaire Mont-Bleu en septembre dernier. Interdiction de parler aux journalistes!

Des entrevues déjà prévues avec des enseignants auraient même été annulées par la CSPO. Motif invoqué: le sacro-saint devoir de loyauté envers l’employeur. Un syndicat d’enseignants dénonce cette politique de l’omertà dans un texte signé par mon collègue Daniel Leblanc.

Patrick Duquette

Les maux invisibles

CHRONIQUE / On ne pense jamais aux aqueducs. Sauf quand un trou béant s’ouvre soudainement dans la chaussée et qu’un torrent d’eau se répand dans le quartier. C’est ce qui s’est produit lundi soir sur le boulevard Alexandre-Taché à Gatineau. Résultat ? Tout un secteur privé d’eau potable. Des sous-sols inondés. Des écoles fermées. Le résultat de 40 ans de négligence, a résumé le maire Maxime Pedneaud-Jobin.

Eh oui.

Patrick Duquette

La résistance au quotidien

CHRONIQUE / La résistance est le mot de l’heure depuis que le gouvernement de Doug Ford a coupé dans les services en français en Ontario. Mais pour Michel Thibaudeau, un Gatinois qui vit depuis 12 ans dans de petites communautés francophones hors Québec, la résistance est depuis longtemps une réalité quotidienne.

Ce natif de Thurso, comptable de profession, a accepté un emploi en Saskatchewan en 2006. Avec son épouse anglophone et ses quatre jeunes enfants, il est parti pour Regina, la capitale de cette province. En se disant qu’il n’aurait plus l’occasion de parler français aussi souvent…

Patrick Duquette

La petite histoire du monde [PHOTOS]

CHRONIQUE / Dans une récente chronique, j’évoquais cette boîte d’archives que je garde au sous-sol. Elle renferme de vieux papiers qui datent de mon adolescence. Des poèmes, des journaux intimes, des photos… Chaque fois que je retombe sur cette vieille boîte, je remonte dans le passé. Un pan oublié de ma vie ressurgit, celle de mes jeunes années de révolte et d’idéalisme…

Je croyais ces vieux documents sans intérêt. D’ailleurs, s’il n’en tenait qu’à ma blonde, la boîte aurait pris le bord du recyclage depuis longtemps. Mais je suis incapable de m’en débarrasser. J’aime me replonger dans mes vieilles affaires. Un historien de l’Outaouais, Alain Roy, m’a écrit pour me dire que mes archives étaient peut-être plus précieuses que je l’imaginais.