Ils sont pensés pour les 50 ans et plus, mais les parcours d’entraînement aménagés à Gatineau peuvent aisément servir à une clientèle plus jeune.

Une idée à pousser plus loin

CHRONIQUE / La Ville de Gatineau a inauguré lundi son tout premier « parcours d’exercices » en plein air au parc Lavictoire. Ce que j’en dis ? Bravo. Des parcours semblables, il en faudrait dans tous les quartiers.

J’irais plus loin : il ne faut pas s’arrêter à concevoir des parcours destinés aux plus vieux, comme celui-là. Dans une région comme l’Outaouais, où le surpoids et le tabagisme font des ravages, il faut concevoir des « parcours santé » en fonction d’une clientèle de tous les âges. Jeunes et moins jeunes.

Mais d’abord, c’est quoi, un parcours d’exercices ?

Dans le fond, rien de compliqué. Au parc Lavictoire, on a aménagé une piste circulaire de 200 mètres pour la marche rapide, le jogging – ou le fauteuil roulant. On est inclusif ou on ne l’est pas ! Au centre de la piste, on a installé diverses stations où il est possible de se muscler les abdos, les biceps ou le grand fessier.

Et c’est très bien fait.

À LIRE AUSSI: Gatineau veut faire bouger les aînés

Des panneaux explicatifs suggèrent les exercices à faire selon une gradation facile/moyen/difficile. À chacun de choisir l’entraînement qui correspond le mieux à sa forme physique. De grands arbres ceinturent l’espace. Encore là, une bonne idée. Un peu de repos à l’ombre n’est pas de refus après une série de squats au soleil.

Montréal et Québec comptent déjà de nombreux parcours santé du même genre. Dans les plus petites villes aussi, ce type d’équipement sportif gratuit est en train de se répandre. C’est une bonne chose. Tous les citoyens ont besoin de bouger. Mais ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de se payer un abonnement dans un centre sportif privé.

Pour l’instant, ces parcours d’exercices sont conçus en fonction des aînés. La faute aux programmes gouvernementaux qui favorisent cette clientèle plus âgée ! Le parc Lavictoire a d’ailleurs été choisi précisément pour cette raison. Il est situé à distance de marche de cinq résidences pour personnes âgées. Et par aînés, on entend des gens de 50 ans et plus. Je suis à un an de me qualifier. Comme quoi, de nos jours, on devient vieux de plus en plus jeune !

La Ville de Gatineau a ouvert un second parcours d’exercices au parc des Ormes dans le secteur Hull. Et on parle d’en aménager deux autres au parc des Cèdres, dans le secteur Aylmer, et près de la piscine Lucien-Lalonde, dans le secteur Buckingham.

J’espère que Gatineau ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Je pense qu’il faudra publiciser ces parcours sportifs. Qui sait, peut-être même développer une programmation « sport-loisir » destinée au grand public en lien avec ces nouvelles installations. N’importe quoi pour tenir les gens en santé (et loin de nos hôpitaux bondés !)

Pendant des années, les parcs de Gatineau ont été conçus en fonction des jeunes familles. C’est bien beau les glissades et les balançoires, mais il est temps de passer à une autre étape.

Ces parcours sportifs présentent un intéressant potentiel multigénérationnel. Pensez au jour où parents et grands-parents pourront s’entraîner pendant que la marmaille s’amuse dans les jeux d’eau. Tout le monde y trouvera son compte – et mettra de côté son écran, le temps de quelques heures.