Doug Ford et ses troupes souhaitent permettre aux Beer Store et LCBO de rester ouverts sept jours par semaine, de 9 h à 23 h.

Noyer sa peine

CHRONIQUE / Onze jours se sont écoulés depuis l’énoncé économique du gouvernement conservateur de Doug Ford.

Ce jour-là – le « jeudi noir » des Francos – le gouvernement de l’Ontario annonçait son intention d’abolir le Commissariat aux services en français et de saboter la mise sur pied de l’Université de l’Ontario français. Une double gifle qui allait ébranler la communauté franco-ontarienne. Mais aussi une double gifle qui allait réveiller la communauté franco-ontarienne.

Et depuis, bien… c’est la guerre.

Mais je prends une courte pause ce matin de cette lutte « Doug Ford vs les Francos ». Une minitrêve, si vous le voulez. Je veux revenir brièvement sur une autre décision prise par le gouvernement Ford dans le cadre de cet énoncé économique du jeudi 15 novembre dernier.

Les troupes progressistes-conservatrices ont dévoilé leur intention de miser sur un meilleur accès au vin et à la bière en permettant au Beer Store et à la LCBO de rester ouverts sept jours par semaine, de 9 h à 23 h. De plus, le gouvernent compte élargir la vente de boissons alcoolisées à de nouveaux commerces, notamment les dépanneurs.

Quelqu’un peut m’expliquer cette obsession qu’a Doug Ford avec l’alcool ?

Durant la campagne électorale de juin dernier, il s’amusait, en sillonnant la province, à lancer aux quatre vents sa catch phrase : « a buck a beer ». Ford allait réduire le coût de la bière. C’était l’une de ses promesses phares. Votez pour moi et votre « grosse Mol » vous remerciera.

Cette fois-ci, c’est l’accès aux boissons alcoolisées que le premier ministre de l’Ontario veut améliorer.

Que l’on permette aux dépanneurs de vendre de la bière, ça passe. Les Ontariens le réclament depuis toujours. Mais pourquoi prolonger les heures d’ouverture des succursales du Beer Store et celles de la LCBO jusqu’à 23 h ?

La plupart de ces succursales ouvrent déjà de 9 h 30 à 22 h tous les jours. Pourquoi ajouter une heure de plus le soir et une demi-heure de plus le matin ? Ça changera quoi, au juste, à part augmenter le nombre de vols dans ces commerces ?

La masse salariale des employés de ces deux entreprises augmentera. Tant mieux pour eux. Mais ce n’est rien pour réduire le déficit de près de 15 milliards $, à mon avis. Et la masse salariale des gardes de sécurité dans les LCBO augmentera aussi.

Je ne comprends pas.

Mais chose certaine, les Franco-Ontariens qui veulent noyer leur peine seront servis à souhait !

On n’aura peut-être pas notre université. Et on perdra peut-être notre commissariat. Mais… MAIS… la bière coûtera moins cher et on pourra en acheter jusqu’à 23 h !

Nous buvons, nous boirons.

***

Les manifs à Ottawa

Fin de la minitrêve…

Chapeau aux quatre Franco-Ontariens invités sur le plateau de l’émission de Tout le monde en parle de dimanche dernier. Du beau travail, Me Caza et Mmes Adam, Simard et Héroux. Vous nous avez dignement représentés. Merci.

Et en terminant, les Francos, serez-vous de l’une des 40 manifestations en province du samedi 1er décembre prochain ? Sachez qu’il y en aura quatre à Ottawa qui débuteront à 13 h.

Voici les lieux :

• Au centre-ville, devant le Monument canadien pour les droits de la personne (rue Elgin, devant l’hôtel de ville d’Ottawa)

• À Barrhaven/Nepean, devant le bureau de la ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires, Lisa McLoed

• À Merivale/Nepean, devant le bureau du député Jeremy Roberts

• À Kanata, devant le bureau de la ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Merrilee Fullerton

Pour les 36 autres manifs en province, dont celles prévues à Rockland et Cornwall, consultez le site de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

À vos affiches, vos drapeaux et vos trompettes. Nous sommes, nous serons.