Matthew Whitworth

Le chemin d’Aylmer (et la rue Principale)

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le chemin d’Aylmer.

Surplombé par des arbres majestueux et bordé par de nombreuses résidences somptueuses et bâtiments patrimoniaux, le chemin d’Aylmer est en fait la plus ancienne route de Gatineau.

Selon les archives de la Commission de toponymie de Gatineau (CTG), le chemin reliant le secteur Aylmer à celui de Hull, vise à honorer le cinquième baron d’Aylmer, Matthew Whitworth (1775-1850), qui était gouverneur du Bas-Canada et gouverneur général de l’Amérique du Nord britannique de 1830 à 1835.

Né le 24 mai 1775, (quelque part en Irlande ou au Royaume-Uni), lord Whitworth succède à son père à la vieille baronnie d’Aylmer alors qu’il n’avait que dix ans.

À 12 ans, il entre au 49 th Foot à titre d’enseigne, et devient lieutenant en 1791, puis capitaine en 1794. En 1798, il participe à un raid britannique sur Ostende en Belgique, où il est capturé et passe six mois dans une prison française.

Plus tard, il participe aux guerres napoléoniennes en Espagne. En août 1830, il est promu major des forces armées britanniques en Amérique du Nord, puis gouverneur du Bas-Canada en novembre de la même année.

Mais les choses se passent plutôt mal pour lui par la suite.

Peu habile et soumis aux fonctionnaires en place, il se rend impopulaire quand il refuse de verser de l’argent à l’occasion de l’épidémie de choléra de 1834 à Montréal.

Destitué en 1835, il quitte la colonie où il y a polarisé les luttes ethniques rendant inévitable la rébellion de 1837-1838. Il meurt à Londres en février 1850 d’un anévrisme cardiaque.

De Wright à Symmes

Tracée en 1818 pour permettre à Philémon Wright (fondateur de la ville de Hull) de se rendre à une ferme et des entrepôts situés le long du lac Deschênes, la route est devenue carrossable en 1820.

En 1849, des marchands de bois de l’Outaouais décident de former la compagnie Bytown and Aylmer Union Turnpike Road afin de construire une route de macadam et de gravier jusqu’au quai d’Aylmer. Ce chemin amélioré et à péage est ouvert à la circulation en 1850.

De nombreux colons se sont installés le long de cet axe dès le début du XIXe siècle. C’est ainsi que sera construite dans les années 1850 la ferme McConnell. La famille McConnell est une des familles fondatrices de la communauté d’Aylmer.

Sur le prolongement du chemin d’Aylmer, la rue Principale, dans le centre-ville du Vieux-Aylmer, nous permet de découvrir plusieurs maisons et commerces centenaires, dont l’ancien palais de justice, le monastère des pères Rédemptoristes et l’hôtel British.

À l’extrémité ouest, tout près de la marina, on retrouve aussi l’auberge Symmes, construite en 1831 par le fondateur d’Aylmer, Charles Symmes, le neveu de Philemon Wright. L’auberge servait de relais pour la colonisation des terres situées au nord de la région.