Le boulevard Maloney, une des artères les plus achalandées de l’Outaouais

James Patrick Maloney, l’hôtelier qui a fait sa marque

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : l’homme qui a donné son nom au boulevard Maloney.

Le boulevard Maloney, une des artères les plus achalandées de l’Outaouais, traversant le secteur Gatineau d’est en ouest, tire son nom d’une famille irlandaise venue s’établir en Outaouais au XIXe siècle.

Selon les archives de la Commission de toponymie de l’Outaouais, Thomas Patrick Maloney s’est établi dans le canton de Templeton-Ouest. Le membre le plus connu de la famille Maloney est son petit-fils, James Patrick, qui était le huitième enfant d’une famille de onze.

En relisant l’histoire de James Patrick, on refait aussi celle liée au milieu hôtelier de la région, dans lequel il a fait sa marque pendant plusieurs décennies en accueillant dans ses établissements de nombreuses vedettes du milieu du spectacle, incluant des grands du showbizz américain.

Né en 1894, il est le fils de Thomas Maloney et de Bridget Murphy, des agriculteurs modestes du canton de Templeton-Ouest.

Après avoir terminé ses études primaires, le jeune James Patrick commence à travailler sur les fermes voisines, un travail pour lequel il recevait comme seul salaire ses repas.

Puis, il va travailler brièvement sur des chantiers avant de commencer à faire ses premiers pas dans le monde de l’hôtellerie, travaillant comme serveur, d’abord à l’hôtel New Russell situé près de la gare Union à Ottawa, puis sur les trains du Canadien Pacifique.

James Patrick fait rapidement ses classes pour devenir ensuite responsable des achats et des activités au Country Club, un club sélect situé sur le chemin d’Aylmer. Ses bonnes relations avec les gens d’affaires et les politiciens lui permettront d’acquérir son premier hôtel en 1936, avec l’aide d’une femme.

Cet hôtel, le Standish Hall, est devenu un établissement de divertissement très populaire et reconnu à travers l’Amérique du Nord. Il était situé sur l’emplacement actuel du Crowne Plaza de la rue Montcalm, dans le secteur Hull.

Sa salle de bal pouvait accueillir jusqu’à mille personnes, et comptait une trentaine de chambres, un club réservé, un restaurant, un grand jardin avec étang à canards et un jardin chinois illuminé.

Deux années plus tard, il achète l’Hôtel Chez Henri, fondé par Henry Burger, un établissement très fréquenté par des avocats, des juges, des politiciens et des « truands », tels qu’on les décrit dans les archives municipales.

L’hôtel était célèbre pour son restaurant, un grill qui pouvait accueillir 300 convives, et une salle de banquet convertie plus tard en piano-bar somptueusement décoré, appelé Le Salon d’or.

C’est aussi là, au dernier étage de l’hôtel, que James Patrick ira établir ses quartiers pour vivre.

En 1938, il acquiert le Chaudière Golf and Country Club qui sera transformé en hôtel de 80 chambres, un club de santé et une boîte de nuit de 700 places qui a accueilli plusieurs grandes vedettes américaines.

Décrit comme un autodidacte, James Patrick Maloney était apprécié de ses employés et généreux.

« Il a fait don d’un terrain de cinq acres pour la construction de l’église et de l’école St. Aloysius, et de trois acres pour le cimetière Saint-Jean-Marie-Vianney », où il a été inhumé.

Célibataire, il est mort le 10 avril 1983 à Hull et son testament a entraîné « une longue saga judiciaire ».