Les Chutes de la Chaudière, Ottawa, entre 1860 et 1890
Les Chutes de la Chaudière, Ottawa, entre 1860 et 1890

Héros des Chaudières

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CHRONIQUE — NOTRE HISTOIRE / On a peine à imaginer, aujourd’hui, à quoi ressemblaient les rives de la rivière des Outaouais, à Hull et même à Ottawa, à la fin du XIXe siècle. Elles sont alors occupées par de hautes piles de planches coupées par les scieries – 6 millions de mètres dans les années 1850, 61 millions en 1871 –, pour la plupart situées aux Chaudières, c’est-à-dire de part et d’autre des chutes des Chaudières. Ces planches sont coupées par 1 200 scies activées par la seule force du courant des chutes. Dans les années 1880, les Chaudières constituent un immense complexe industriel où plus de 5 000 ouvriers suent sang et eau.