Photo du journal Le Droit du vendredi 4 février 1972, montrant Marie Burger avec quelques-uns de ses employés.

Chez Marie Burger

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Madame Burger, du Café Henry Burger.

Pendant plusieurs décennies, le restaurant café Henry Burger a été le lieu de rencontres du monde politique, des gens d’affaires et autres personnalités de la région de la capitale fédérale. Avec son époux Henry, Marie Monnin Burger, une femme d’affaires remarquable, aura joué un rôle prédominant pour assurer la réputation et la notoriété de ce restaurant, qui fut l’un des plus prestigieux au pays. Pour rendre hommage à cette femme qui a continué à recevoir ses clients jusqu’à 80 ans, malgré le fait qu’elle était en fauteuil roulant, la Ville de Gatineau a désigné la rue Marie-Burger du secteur Hull en son honneur. 

Dans Histoire de Marie Monnin Burger (Michelle Guitard, janvier 2013, Commission de toponymie de Gatineau), on indique que Marie Anna Angéline Monnin est née le 2 juin 1893, à Bassecourt dans le Jura.

Ses parents, Georges Monnin et sa mère Marie Gisiger s’établiront à Porrentruy, en Suisse, près de la frontière française, pour y ouvrir une auberge. La santé de sa mère étant fragile, Marie deviendra aubergiste avec son père. Mais en 1920, alors qu’elle a 27 ans, elle reçoit la visite de Henry Burger, alors âgé de 43 ans et originaire du même endroit. Cette rencontre change le parcours de sa vie.

Henri Burger a immigré à New York à l’âge de 16 ans, pour devenir maître d’hôtel réputé dans de grands établissements comme le Waldorf Astoria. Après plusieurs voyages, il immigre au Canada en 1911. Il poursuivra sa carrière au Château Laurier à Ottawa, quelques années plus tard. 

Le 4 octobre 1920, il épouse Marie dans leur village natal. Les nouveaux époux s’installeront sur la rue Water, à Ottawa, peu de temps après.  

Le restaurant fait fureur 

En 1922, le couple ouvre le restaurant le Café Henry et la taverne Henry, au 127 rue Principale à Hull. Le restaurant Henry fait fureur. « Ils avaient engagé un chef cuisinier de Paris et, en 1925, il y avait 18 employés qui travaillaient pour eux. Le décor soigné et les fleurs fraîches sur les tables attiraient la clientèle. Ils préparaient aussi des banquets et des réceptions », souligne Michelle Guitard. 

En octobre 1928, Henri Burger achète la maison construite en face du palais de justice et avec le soutien financier de deux partenaires, il transforme le bâtiment pour en faire l’Hôtel chez Henri, un hôtel de 32 chambres, où il réside avec Marie qui en devient gérante et directrice. 

« Le succès de l’hôtel est d’ailleurs largement dû à Marie Burger, selon les nombreuses remarques faites dans le livre d’autographes. Elle y est présente et très appréciée, et peut-être davantage que son célèbre époux. On la félicite pour ses mets et on la complimente pour son accueil chaleureux. De toute évidence, c’est elle qui est l’hôtesse de la salle à manger et ses invités de marque viennent de tous les continents », nous rappelle Michelle Guitard. 

Malgré le succès de l’établissement et la grande réputation d’Henri Burger et de Marie Monnin, le krach boursier frappe. La compagnie Chez Henri Limited déclare faillite le 30 décembre 1930. Henri perd tout, mais puisque le couple est marié en séparation de biens, Marie obtient un prêt de la banque après avoir donné en gage ses bijoux auprès de l’avocat Wilfrid Ste-Marie.

En août 1932, elle ouvre un autre restaurant tout près, au 11 rue Laval, appelé le Café Henry Burger. Sous la direction de Marie Burger, l’établissement gagne en réputation et, deux années plus tard, le prêt est déjà remboursé. M. Burger y sera maître d’hôtel jusqu’à son décès en 1936.

En 1943, après deux incendies, le restaurant déménage. Marie Burger a acheté une maison de style classique édouardien, le 69 rue Laurier, grâce à l’appui de quelques amis.

« Bien que le restaurant portât le nom d’Henri Burger, c’était connu, on allait chez Madame Burger. Hôtesse toujours présente et chaleureuse, elle accueillait personnellement ses clients, si bien qu’elle était connue et fort appréciée », nous rappelle Michelle Guitard. 

Surnommée la Doyenne de l’art culinaire canadien, Marie Burger décède à Hull, le 4 décembre 1973. En 1982, Robert C. Bourassa achète la propriété. Après plusieurs années, le Café Henry Burger ferme ses portes en 2006, pour faire place à un autre restaurant.