L'industriel d’origine irlandaise, Andrew Leamy a été un leader et pionnier de Wrightstown, la communauté qui deviendra Hull en 1875.

Andrew Leamy, un pionnier de Wrightstown

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Andrew Leamy.

Un industriel d’origine irlandaise, Andrew Leamy a été un leader et pionnier de Wrightstown, la communauté qui deviendra Hull en 1875.

Son rôle majeur dans le développement de la région est aujourd’hui reconnu puisque son nom a été donné à un parc, à un lac et au Casino du Lac-Leamy, qui est devenu une attraction touristique majeure pour la grande région de Gatineau et Ottawa.

Andrew Leamy est né le 17 avril 1810 dans le comté de Tipperary dans le nord de l’Irlande. 

Il était le fils de Michael Leamy et Margaret Marshall qui ont émigré à Wrightville avec leurs cinq enfants dans les années 1820. Andrew avait deux frères, James Michael, et deux sœurs, Catherine et Anne.

Andrew Leamy a commencé à travailler pour Philemon Wright en 1830, et vécu sur la ferme Columbia de son patron.

Les liens étroits qu’il avait avec la famille Wright ont contribué à son mariage avec Erexina Wright, devenue la fille adoptive de Nicholas Sparks après la mort de son père Philemon Wright en 1821.

En 1835, avec les économies qu’il avait amassées alors qu’il travaillait pour les Wright, Andrew Leamy achète 200 hectares de terres appartenant à Philemon Wright. 

Le terrain comprenait la ferme Gatineau, qui avait été la première ferme de Wright.

En 1853, il lance sa propre entreprise en construisant une scierie à vapeur sur la rive sud du lac appelé Columbia Pond, renommé par la suite le Leamy Lake (lac Leamy).

On raconte qu’à l’époque, Andrew Leamy avait une force et une endurance à toute épreuve. 

Lorsqu’il était nécessaire de faire des réparations à sa scierie, il montait sur son cheval et portait à la main la pièce souvent en fonte jusqu’à Montréal. 

Il la faisait réparer et revenait à Hull sans s’arrêter, un trajet long de plus de 240 milles. 

Homme de cœur, il transportait des fournitures pour son camp de bûcherons, et pouvait laisser un baril de farine à une famille dans le besoin qu’il pouvait rencontrer sur son chemin.

Il fit construire un canal pour relier le lac Leamy à la rivière Gatineau afin de faciliter le transport de billots de bois à sa scierie. 

Son moulin était la première scierie à vapeur de la région et une des deux seules de la région à n’avoir jamais fonctionné. 

Le moulin a été détruit par l’explosion de la chaudière à vapeur et n’a jamais été reconstruit.

Fervent catholique, M. Leamy s’impliquait activement au développement social et culturel de Wrightville, travaillant notamment de concert avec le père Reboul pour le système scolaire qui a mené à la création de la Commission scolaire indépendante en 1866. 

C’est lui qui en sera élu premier président.

Sur la ferme Leamy, on retrouve une maison et plusieurs bâtiments situés entre le lac Leamy et la rivière Gatineau. 

Un chemin allait de la ferme jusqu’à l’endroit même où on retrouve aujourd’hui l’intersection très achalandée des boulevards Saint-Joseph et Saint-Raymond. 

Le Leamy Road a été francisé pour le chemin du lac-Leamy, puis a été modifié en 2010 à la rue Atawe.

La maison Leamy a été soulevée et transportée à un endroit resté inconnu à Hull. 

Les fondations ont par ailleurs fait l’objet de fouilles archéologiques en 2006, commandées par la Commission de la Capitale nationale. 

Elles ont permis de découvrir des murs de pierre de largeur très importante. 

La première maison de Philemon Wright à son arrivée dans la région en 1800 était encore debout en 1884 sur la ferme Leamy, et des fouilles archéologiques y ont également été faites.

M. Leamy est assassiné dans la nuit du 21 avril 1868 sur le Leamy Road, la route qui mène à son domicile. 

En dépit d’une enquête, les circonstances de sa mort sont restées nébuleuses pendant plus de 10 ans. 

Le 15 août 1878, un article paru dans le Toronto Globe, reproduit quelques jours plus tard dans le New York Times, révélait que deux individus, Henry Maxwell et son beau-frère avaient été arrêtés pour l’assassinat et le vol de M. Leamy.

Ce dernier a été enterré dans le terrain qu’il avait donné à l’Église dans le but de créer le cimetière Notre-Dame à Gatineau. 

Son tombeau fait face au lac qui honore sa mémoire.