Le Droit
Chronique de scandales locaux

Notre histoire

Chronique de scandales locaux

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / La société est composée d’êtres humains dont la vanité et les ambitions, qui forment une jolie paire, ne sont guère différentes de celles que l’on observe partout où argent et pouvoir sont les seules choses qui comptent. Ainsi, n’y a-t-il rien de neuf sous le soleil? À preuve, l’histoire des frères Aubry.
L’historique dépendance de l’Outaouais à l’égard de l’Ontario

Notre histoire

L’historique dépendance de l’Outaouais à l’égard de l’Ontario

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / L’Outaouais dépend de l’Ontario depuis très longtemps, sinon depuis toujours. À cause de la faiblesse de sa population et des liens entre les populations des deux provinces, une habitude s’est créée en Outaouais de consommer les services offerts par et sur la rive ontarienne de l’Outaouais.
Un cadeau somptueux pour Mgr Myrand

NOTRE HISTOIRE

Un cadeau somptueux pour Mgr Myrand

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Un bâtiment remarquable se cache au 17, avenue Myrand, à deux pas du Patro, dans la Basse-Ville d’Ottawa. Il s’agit de l’imposant presbytère-château de l’ancienne paroisse Sainte-Anne, l’une des premières de l’Ontario français. Aujourd’hui, le magnifique bâtiment religieux, qui célèbre cette année son centième anniversaire, appartient à la paroisse Saint-Vincent.
L’incorrigible séducteur Louis Giroux

NOTRE HISTOIRE

L’incorrigible séducteur Louis Giroux

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Il était une fois un beau grand garçon brun à moustache noire, Louis Giroux, aventurier qui pratiquait l’art de la persuasion avec une surprenante habileté pour subvenir à ses besoins. Il avait l’incurable manie des grandeurs qui l’a fait vivre pendant une trentaine d’années aux crochets de gens trop crédules. Originaire de Montebello, Giroux avait épousé Scholastique Cayer à l’Orignal le 30 juin 1872, à son retour des États-Unis où il avait participé, comme soldat, à la guerre de Sécession (1861-1865). Intelligent comme un singe et roublard comme un diplomate, Giroux était aussi beau parleur et petit faiseur. Doué d’un sens de la réplique hors du commun, il n’était jamais à court d’arguments: un véritable orfèvre du mensonge quoi!
Les débuts de l’hôtellerie

Notre histoire

Les débuts de l’hôtellerie

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / On trouve à Gatineau, dans le secteur Aylmer, un vieux bâtiment bien conservé dont l’histoire est généralement méconnue et fréquenté par nombre de Gatinois depuis plus de 180 ans. Il s’agit de l’hôtel British situé au 71, rue Principale, la plus vieille auberge située à l’ouest de Montréal.
Le plus ancien pavillon de l’Université d’Ottawa

Notre histoire

Le plus ancien pavillon de l’Université d’Ottawa

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Le pavillon d’Arts visuels situé à l’angle de l’avenue Laurier est et de la rue Cumberland, dans la Côte-de-Sable, à Ottawa, s’avère le plus ancien de l’Université d’Ottawa. Le bel édifice en pierre héberge, pendant près de 75 ans, le Juniorat du Sacré-Cœur, une école secondaire pour les futurs oblats, et le presbytère de la paroisse du Sacré-Cœur, dont l’église se trouve juste en face.
Ottawa et la reine Victoria: un mythe

Notre histoire

Ottawa et la reine Victoria: un mythe

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Six villes canadiennes ont eu le titre de capitale du Canada soit Québec, Kingston, Montréal, Toronto et Québec en alternance ainsi que finalement Ottawa. Il y aura bientôt 165 ans, soit le 31 décembre prochain, qu’Ottawa a été désignée capitale du Canada-Uni.
Le joyau de l’art déco

Notre histoire

Le joyau de l’art déco

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / L’ambassade de France, située au 42, promenade Sussex, à Ottawa, est un des bâtiments les plus prestigieux de la capitale. De plus, il est considéré comme l’un des plus beaux exemples du style Art déco construits dans les années 1930 et l’un des fleurons du réseau diplomatique de la République française.
L’affaire Richer

Notre histoire

L’affaire Richer

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / À l’église presbytérienne d’Ottawa, le 12 juillet 1897, le pasteur Knowles bénit le mariage de Damien Richer et d’Éliza Côté.
Un héros venu d’Ukraine

NOTRE HISTOIRE

Un héros venu d’Ukraine

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Le 11 novembre 1918, les clairons des armées en guerre sonnent l’armistice, la fin de la Grande Guerre. Plusieurs mois plus tard, des millions de soldats blessés, meurtris dans leur chair et leur esprit, sont rapatriés alors que d’autres (9 millions?) dorment pour l’éternité sur les champs de bataille.
La maison du poète

Notre histoire

La maison du poète

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Le chic quartier de New Edinburgh, à Ottawa, compte peu de témoins du patrimoine bâti liés aux francophones de la capitale fédérale. Il y a toutefois une exception notable avec la pittoresque Maison Fréchette située au 87, rue MacKay, à deux pas de Rideau Hall, la résidence officielle des gouverneurs généraux du Canada depuis 1867.
«L’homme qui vole»

Notre histoire

«L’homme qui vole»

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Né le 22 mars 1909 à Hull du mariage de l’ingénieur Hector Bisson et de Marie-Louise Lachance, il fait des études chez les Frères des écoles chrétiennes, puis travaille à la E.B. Eddy dès l’âge de 16 ans.
La merveille néogothique de la capitale

Notre histoire

La merveille néogothique de la capitale

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / La Bibliothèque du Parlement, qui domine la rivière des Outaouais, s’avère l’un des bâtiments les plus importants et les plus grandioses de la capitale fédérale. De plus, cette bibliothèque spectaculaire octogonale est considérée comme l’un des plus beaux édifices de style néogothique de son époque.
La légende de Cadieux

Notre histoire

La légende de Cadieux

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Il y a de cela longtemps, très longtemps même, la rivière des Outaouais était l’une des plus importantes voies de communication de la Nouvelle-France [1]. À cette époque, on l’appelait la Grande-Rivière.
Un cadeau royal

Notre Histoire

Un cadeau royal

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Depuis 2001, la tulipe est la fleur officielle d’Ottawa. De plus, chaque printemps, la région de la capitale nationale accueille le Festival canadien des tulipes et voit éclore plus d’un million de bulbes de toutes les couleurs. Cette belle histoire d’amour entre la population et cette belle fleur printanière tire son origine d’une princesse royale européenne contrainte à l’exil pendant la Seconde Guerre mondiale.
La légende de «Jos Patates»

Notre histoire

La légende de «Jos Patates»

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Avant l’arrivée des grandes surfaces et des dépanneurs à tous les coins de rue, la population a longtemps compté sur les vendeurs itinérants qui passaient de porte en porte pour vendre leurs produits. On a tout vendu de cette façon: lait, pain, fruits et légumes, glace, vêtements et même... des frites.
Les trois ponts d’apparat de la capitale fédérale

Notre histoire

Les trois ponts d’apparat de la capitale fédérale

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / En 1899, sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada, qui trouve qu’Ottawa est une ville laide, crée la Commission d’embellissement d’Ottawa, l’ancêtre de la Commission de la capitale nationale. Le nouvel organisme a pour objectif de rendre la capitale fédérale plus belle et en faire la future «Washington du Nord».
Le carnage de L’Isle-aux-Allumettes

Notre histoire

Le carnage de L’Isle-aux-Allumettes

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Située au bout de la route 148, à environ 140 km à l’ouest de Gatineau, dans le comté de Pontiac, L’Isle-aux-Allumettes apparaît pour la première fois dans l’histoire du Québec sous la plume de Samuel de Champlain qui l’a visitée en 1613. D’abord occupée par les Kichesipirini, Amérindiens algonquiens, elle est colonisée par la population blanche à partir de 1836.
L’hôtel princier de Caledonia Springs

Notre Histoire

L’hôtel princier de Caledonia Springs

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / En 1875, les nouveaux propriétaires de Caledonia Springs, la plus importante station thermale du Canada, inaugurent le plus majestueux hôtel jamais construit dans les Comtés unis de Prescott et Russell. En effet, le Grand Hôtel s’affiche comme l’un des plus spacieux établissements au Canada. De son inauguration jusqu’à sa fermeture, 40 ans plus tard, le palace s’avère le pilier du traitement hydrothermal, ainsi que de la vie mondaine et culturelle de la ville d’eaux reconnue pour les propriétés curatives de ses sources thermales.
Les enfants exilés de l’Outaouais

Notre histoire

Les enfants exilés de l’Outaouais

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / À la fin du 19e siècle, la Grande-Bretagne dirigeait l’empire le plus grand et le plus riche du monde. Cela était dû au fait qu’en 1700, les élites dirigeantes de la Grande-Bretagne avaient décidé de dominer l’économie mondiale au moyen d’une flotte de navires commerciaux et militaires sans précédent.
Les deux vies de la Maison Joseph-Archambault

Notre histoire

Les deux vies de la Maison Joseph-Archambault

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Bien que l’on trouve plusieurs maisons à caractère patrimonial sur la rue St-Andrew, dans la Basse-Ville d’Ottawa, seulement trois sont protégées à ce jour en vertu de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario : la Maison Alexis-Foisy, la Maison Odilon-Archambault et la Maison Joseph-Archambault, située au numéro 117, à deux pas de la rue Dalhousie.
Au cœur de l’histoire de l’Université d’Ottawa

Notre Histoire

Au cœur de l’histoire de l’Université d’Ottawa

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Dans les années 1980, les maisons patrimoniales de la rue Séraphin-Marion, dans le quadrilatère historique de l’Université d’Ottawa, ont mauvaise mine. En effet, ces belles résidences du XIXe siècle ont perdu leur lustre d’autrefois et leur avenir s’avère incertain. En 1995, le vent tourne cependant du bon bord avec la restauration, entre autres, de la Maison Pierre-Savard, nommée en l’honneur d’un grand historien et professeur ayant adopté l’Ontario français.
Le mouvement coopératif en Ontario français

Notre histoire

Le mouvement coopératif en Ontario français

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
NOTRE HISTOIRE / Le mouvement coopératif naît en Europe, au milieu du XIXe siècle, dans le contexte de la révolution industrielle et des grandes misères engendrées par les changements technologiques qui mettent des centaines de milliers de personnes au chômage. La première coopérative est fondée en 1844, en Angleterre, par un groupe de tisserands. Au Canada, ce mouvement arrive dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Il vient surtout du monde rural et agricole qui occupe alors une place importante dans la société. En Ontario français, l’Union Saint-Joseph, une mutuelle d’assurance-vie, voit le jour dans les années 1860, suivie une trentaine d’années plus tard d’une fromagerie coopérative à Saint-Albert.