La patinoire du canal Rideau : Un joyau sur glace

Notre histoire

La patinoire du canal Rideau : Un joyau sur glace

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Il y a un demi-siècle, une nouvelle attraction attire les foules à Ottawa : la patinoire du canal Rideau. Pourtant, selon des ingénieurs, il s’avérait techniquement impossible de transformer le canal historique, construit au début du XIXe siècle sous la direction du colonel By, en patinoire. En effet, des conseillers de la Ville d’Ottawa en avaient fait la demande dans les années soixante à la Commission de la capitale nationale (CCN), mais ils avaient essuyé un refus. Toutefois, l’arrivée d’un nouveau président à la tête de la CCN allait changer le paysage hivernal de la capitale.
La disparition des tramways

Notre histoire

La disparition des tramways

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Pendant au moins un demi-siècle, toute ville qui se respectait avait son service de transport en commun assuré par des véhicules sur rail, les tramways. Puis, fin des années 1940, début des années 1950, ces machines ont presque toutes disparu. Pourquoi donc ? Retour sur une histoire au secret bien gardé.
Louis-Adolphe Olivier, premier juge francophone à la Cour de L’Orignal

Histoire

Louis-Adolphe Olivier, premier juge francophone à la Cour de L’Orignal

Michel Prévost
Michel Prévost
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Une grande fête se déroule à l’Université d’Ottawa, le soir du 10 octobre 1889, pour souligner l’obtention d’une charte catholique décernée par le pape Léon XIII. Le rêve de Monseigneur Joseph-Thomas Duhamel, premier archevêque catholique d’Ottawa, devient enfin réalité. Pour les Oblats de Marie-Immaculée, qui dirigent l’Université d’Ottawa depuis sa création en 1848 sous le nom de Collège de Bytown, l’obtention de cette charte s’avère une reconnaissance exceptionnelle qu’il faut célébrer en grand.
Noël au Québec dans les années 1930

NOTRE HISTOIRE

Noël au Québec dans les années 1930

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Le krach boursier 1929, qui s’est transformé en une importante dépression économique dès le printemps 1930, a eu des répercussions énormes sur la population québécoise. Songeons qu’en 1933, la pire année de la dépression, plus de 25 % des travailleurs (34 % à Montréal) étaient sans emploi. Pas d’assurance-emploi ! ni de bien-être social pour les familles ; elles ne pouvaient compter que sur les solidarités familiales (importantes) et la charité publique.
Noël d’antan

Actualités

Noël d’antan

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Noël est devenu la grand-messe de la consommation et des caisses enregistreuses. Ça n’a pas toujours été le cas : Noël a déjà été une fête essentiellement religieuse, familiale, une fête d’amour empreinte de fraternité. Retour sur Noël et le temps des Fêtes de jadis.
Peuples martyrs de l’Amérique: les Amérindiens

Notre histoire

Peuples martyrs de l’Amérique: les Amérindiens

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Les Amérindiens ont beaucoup souffert de l’arrivée des Européens sur notre continent. Non seulement ils ont été dépossédés de leurs terres, mais des tribus ont fait l’objet de véritables génocides.
La catastrophe de 1870

Notre histoire

La catastrophe de 1870

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
Québec, 1870. Cette année-là, le printemps et l’été sont exceptionnellement chauds partout dans la province. Dès le mois de mai, des incendies se déclarent dans les forêts du canton de Templeton. Au mois de juin, il fait si chaud que le thermomètre atteint la température record de 40 °C en Outaouais. En juillet, la sécheresse est telle que de nombreux incendies éclatent spontanément dans les forêts entourant les villages d’Aylmer et de Hull, ainsi que la ville d’Ottawa. Les incendies prennent une ampleur sans précédent et, dans la dernière quinzaine de juillet, une fumée épaisse recouvre les agglomérations urbaines citées. Des feuilles brûlées et des petits morceaux de bois calciné tombent sur les toits des maisons, risquant à tout instant de mettre le feu. La fumée rougit les yeux des habitants et son odeur imprègne maisons et vêtements. Heureusement, une bonne pluie réduit la virulence de l’incendie.
Les hivers de jadis

Notre histoire

Les hivers de jadis

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Ah ! l’hiver ! On dirait que depuis une trentaine d’années les Canadiens ne sont plus adaptés à cette saison. Aujourd’hui, 15 cm de neige constitue une… tempête et pendant cinq mois c’est à qui «chialera» le plus fort. Sommes-nous devenus des mésadaptés saisonniers ?
Visites de Sarah Bernhardt au Canada

Notre histoire

Visites de Sarah Bernhardt au Canada

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Surnommée la voix d’or ou la divine, mais aussi l’Unique et le monstre sacré, Henriette Rosine Bernard dite Sarah Bernhardt est considérée comme ayant été la plus grande actrice du XIXe siècle. De fait, elle est devenue un mythe. Née le 22 octobre 1844 à Paris, elle sort du Conservatoire en 1862 et triomphe dès 1869. En 1880, elle fonde sa troupe de théâtre, puis part jouer à l’étranger : Angleterre, Danemark, États-Unis, Canada, Russie, etc. En décembre 1880, elle est à Montréal où 10 000 personnes se pressent dans la gare trop étroite pour l’accueillir aux cris de «Vive la France». Le poète Louis Fréchette lui l’adresse un poème qui commence comme ceci : «Salut Sarah ! Salut, Charmante Dona Sol !»
Ottawa et la reine Victoria: un mythe!

Notre histoire

Ottawa et la reine Victoria: un mythe!

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Cinq villes canadiennes ont eu le titre de capitale du Canada soit Québec, Kingston, Montréal, Toronto et Ottawa. Il y aura bientôt 163 ans, soit le 31 décembre prochain, qu’Ottawa a été désignée capitale du Canada-Uni.
La conscription de 1917 en Outaouais

Notre histoire

La conscription de 1917 en Outaouais

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / 1917. Depuis trois ans, le Canada est en guerre et, malgré l’entrée imminente des États-Unis dans le conflit, rien ne laisse présager une victoire finale des Alliés aux dépens de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie. La Russie est exsangue et la révolution gronde. Le Canada a déjà fourni 400 000 soldats aux alliés. Mais ce n’est apparemment pas assez. À la suite d’une conférence impériale tenue à Londres, le premier ministre canadien, le conservateur Robert Borden, veut envoyer 100 000 soldats additionnels sur les champs de bataille d’Europe pour défendre la «liberté» !
Les rites funéraires de notre passé

Notre histoire

Les rites funéraires de notre passé

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Il n’y a pas si longtemps, novembre était le mois des morts. En moins de cinquante ans ont disparu la plupart des cérémonies et des rites d’antan qui accompagnaient le décès d’une personne. Même le décorum a été jeté aux oubliettes de l’histoire. Mais la mort, elle, est toujours présente même si l’on meurt rarement à la maison aujourd’hui, mais plutôt à l’hôpital, et que la plupart des défunts ne voient plus leur corps exposé, mais incinéré.
Sacrer comme un charretier (la suite)

Notre Histoire

Sacrer comme un charretier (la suite)

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISOITRE / Aussi loin que nous remontions dans l’histoire depuis Jésus-Christ, nous constatons des peines très sévères pour punir les blasphémateurs. Par exemple, en 538 ou 539, l’empereur d’Orient, Justinien, ordonnait d’arrêter les blasphémateurs et de les soumettre aux derniers supplices, rien de moins que la peine de mort !
Sacrer comme un charretier

Notre histoire

Sacrer comme un charretier

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Il y a longtemps que nous jurons au Québec, mais jamais, semble-t-il, autant qu’en ce début de XXIe siècle. Il est vrai que nous avons eu des ancêtres portés sur les jurons. Le roi de France, Henri IV lui-même, jurait abondamment. Son juron préféré : jarnidieu pour je renie Dieu (transformé en jarnicoton). Et que dire de Rabelais (1494-1553), cet auteur français qui, dans ses écrits, a été, avec plus de talents, le précurseur de certains humoristes québécois ? Son personnage, Gargantua, jurait avec régularité en disant reniguebieu, c’est-à-dire je renie Dieu.
La religion de nos parents

Notre histoire

La religion de nos parents

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Il y a une petite soixantaine d’années, l’Église catholique dominait presque tous les secteurs de la société québécoise, sauf les secteurs industriels.
La tragédie du Mont Obiou

Notre histoire

La tragédie du Mont Obiou

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / 1950 a été décrétée « année sainte » par le pape Pie XII et à cette occasion, il invite les catholiques du monde entier à faire pèlerinage à Rome.
L’Outaouais à l’urgence

Notre histoire

L’Outaouais à l’urgence

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / L’Outaouais à l’urgence est un mouvement qui a vu le jour au début des années 1970, dans l’ancienne ville de Hull, dans le but d’obtenir des services de santé adéquats dans la région. L’affaire a débuté par une menace de démission du personnel médical et infirmier de l’hôpital du Sacré-Cœur (Hull).
Les expéditions militaires françaises

NOTRE HISTOIRE

Les expéditions militaires françaises

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Un grand danger guettait les voyageurs qui naviguaient sur l’Outaouais : l’Iroquois qui détruit la Huronie en 1648-1649 et qui est en guerre avec les Français et leurs alliés. Pour échapper au massacre, 400 Hurons s’exilent à l’île d’Orléans, en 1649, par le chemin de l’Outaouais. La magnifique chute des Chaudières est devenue un lieu de tragédies. En 1642, une Algonquine, dont l’Histoire n’a malheureusement pas retenu le nom, est faite prisonnière par des Iroquois qui dévorent ses enfants. Désespérée, elle se jette dans le tourbillon de la chute d’où les guerriers ennemis la retirent pour la tuer de leurs mains.
La petite histoire de l’aréna Robert-Guertin

Notre histoire

La petite histoire de l’aréna Robert-Guertin

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / L’aréna Robert-Guertin, situé à Gatineau dans le quartier Île de Hull, fait les manchettes de la presse régionale depuis de nombreuses années. Retour sur l’histoire d’un aréna qui a longtemps été au cœur de nombreux événements sportifs, culturels et économiques de l’Outaouais.
Une mort annoncée

Notre histoire

Une mort annoncée

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Fondée en 1875, l’ancienne Ville de Hull disparaît en 2002 avec la fusion des municipalités du sud de la région de l’Outaouais. Pourtant, cette ville, dont l’établissement permanent datait de plus de deux siècles, était promise à un bel avenir… industriel.
Les pionniers de Gatineau

Notre histoire

Les pionniers de Gatineau

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / À part les nombreux articles consacrés à la famille de Philemon Wright, on sait peu de choses des premiers habitants de Gatineau. Et pourtant, les Wright n’ont pu faire leurs affaires sans un certain nombre d’employés dont plusieurs étaient des francophones ; parmi eux, la famille Charron-Miville.
Marie-Thérèse Archambault: une ado à la défense du français

Notre histoire

Marie-Thérèse Archambault: une ado à la défense du français

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Nous avons tous les jours l’occasion de défendre la langue française, langue qui malgré son statut officiel est bafouée quotidiennement en Outaouais. Le faisons-nous ? En avons-nous le courage? Voilà l’histoire d’une jeune adolescente, Marie-Thérèse Archambault, qui n’avait pas froid aux yeux et qui tenait à sa langue.
La grippe asiatique de 1957

Notre histoire

La grippe asiatique de 1957

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / Depuis le début mars, nous sommes aux prises avec une pandémie, celle de la COVID-19. Ce virus n’est pas le premier à frapper la région. Il y a eu celui de la grippe espagnole en 1918, de la grippe asiatique en 1957, de la grippe de Hong-Kong en 1968 et le SRAS en 2003. La grippe asiatique A(H2N2) a créé un véritable remue-ménage en Outaouais en 1957.
La Grande guerre, les Français et l'Outaouais

Notre histoire

La Grande guerre, les Français et l'Outaouais

Raymond Ouimet
Collaboration spéciale
CAPSULE DE NOTRE HISTOIRE / À la suite de l’assassinat de l’archiduc Joseph Ferdinand de Habsbourg et de sa femme, Sophie, le 28 juin 1914 à Sarajevo, l’Autriche-Hongrie sert, le 23 juillet, avec l’accord de l’Allemagne, un ultimatum en dix points à la Serbie avec l’obligation de donner une réponse favorable au plus tard le 26 juillet. Celle-ci, appuyée de la Russie, répond favorablement à l’ultimatum, le 25 juillet, sauf pour un point qui précise que les enquêteurs austro-hongrois pourront enquêter sur le territoire Serbe.