Notre histoire

Le chemin d’Aylmer (et la rue Principale)

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le chemin d’Aylmer.

Surplombé par des arbres majestueux et bordé par de nombreuses résidences somptueuses et bâtiments patrimoniaux, le chemin d’Aylmer est en fait la plus ancienne route de Gatineau.

Notre histoire

Louis Riel, le chef métis exécuté

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le chef métis Louis Riel.

Un des personnages marquants de l’histoire de notre pays, Louis Riel est honoré dans plusieurs provinces, mais aussi à Ottawa et à Gatineau où son nom a été retenu pour désigner entre autres une école secondaire et une rue.

Notre histoire

Donalda Charron, une pionnière du syndicalisme

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : la présidente syndicale Donalda Charron.

Le conflit de travail à l’usine d’allumettes de la compagnie Eddy a fait connaître le courage et la détermination des femmes qui travaillaient dans des conditions difficiles et inéquitables.

Notre histoire

Roméo Lorrain, ministre des Travaux publics sous Duplessis

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Roméo Lorrain.

Lorsqu’il est question de députés de l’Outaouais qui ont occupé des postes de ministres à l’Assemblée nationale, on oublie parfois celui qui a remporté neuf victoires consécutives comme député de Papineau et nommé ministre des Travaux publics sous Maurice Duplessis.

Le boulevard Lorrain, qui a déjà été connu sous le nom de chemin de Perkins dans la partie ouest du secteur de Gatineau, rend hommage à l’ancien député de Papineau de 1935 à 1966 et ministre des Travaux publics du Québec, Roméo Lorrain. 

Selon les archives de la Commission de toponymie de Gatineau, M. Lorrain est né à Buckingham le 26 mai 1901. Il est le fils de Joseph Lorrain et de Marie Roi. En décembre 1948, il a épousé Rachel Smith, une infirmière, fille d’Hormidas Smith et de Rose-Almas Harnois. 

Journaliste au quotidien Le Droit d’Ottawa, il fonde le cahier La Région de Buckingham. Marchand et homme d’affaires, il est le principal fondateur et président du Cercle Châtelain de l’Action catholique canadienne-française et directeur du Cercle dramatique Bélanger. 

M. Lorrain est élu pour la première fois à l’Assemblée nationale avec l’Action libérale nationale en 1935. Il joint l’Union nationale lors de sa création en 1936.  

Il garde alors la faveur des élections de Papineau et lorsque les Unionistes reprennent le pouvoir en 1944, le premier ministre Maurice Duplessis le nomme ministre des Travaux publics, poste qu’il occupe jusqu’en 1960. 

Il remporte neuf victoires consécutives dans la circonscription de Papineau et quitte la politique en 1966. 

M. Lorrain meurt le 6 juillet 1967 à l’âge de 66 ans et est inhumé dans le cimetière de Buckingham le 10 juillet 1967. 

Notre histoire

Samuel Genest et la résistance contre le règlement XVII

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Samuel Genest.

Le Collège Samuel-Genest est une école secondaire catholique scolaire de la région qui rend un bel hommage à un militant franco-ontarien dont le nom restera toujours attaché à la lutte et à la résistance contre le règlement XVII qui limitait l’utilisation du français comme langue d’enseignement en Ontario.

Notre histoire

Sœur Gilberte Paquette, une femme de vision et de compassion

Chaque semaine, «Le Droit» vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : sœur Gilberte Paquette.

Tout près du Centre de santé Élisabeth-Bruyère dans la basse-ville d’Ottawa, une rue honore le nom de sœur Gilberte Paquette, une religieuse et enseignante reconnue comme étant une visionnaire pour les soins de santé de l’Est ontarien.

Notre histoire

Le rêve de Robert «Bob» Guertin

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Robert Guertin.

Le Centre Robert-Guertin a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années en raison des plans visant son remplacement par un amphithéâtre plus moderne. Maintenant que la décision a été prise de remplacer le vieux Bob, comme l’appellent affectueusement les amateurs de hockey de la région, les Hullois et les autres citoyens de la région devraient se souvenir de l’autre saga qui avait mené à sa construction.

Notre histoire

Sœur Élisabeth Bruyère, fondatrice du premier hôpital de Bytown

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : sœur Élisabeth Bruyère.

L’Hôpital Élisabeth-Bruyère, qui est situé sur la rue du même nom, honore la mémoire de cette pionnière en devenant le plus important établissement de soins palliatifs et de soins de fin de vie universitaire au Canada.

Notre histoire

Jacques Gréber et sa vision d’une ville propre

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : l’architecte-urbaniste français Jacques Gréber.

L’aménagement de la grande région d’Ottawa-Gatineau est encore aujourd’hui marqué par la vision de l’architecte et urbaniste français Jacques Gréber, honoré par la ville de Gatineau en donnant son nom à une des principales artères commerciales.

Notre histoire

Marie Curie, une femme d’exception

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Marie Curie, une scientifique exceptionnelle.

Les travaux de Marie Curie auront permis des découvertes ayant révolutionné le domaine des sciences. Et sa grande détermination à repousser les barrières qui se dressaient devant elle reste une inspiration pour la cause de femmes, plus particulièrement dans le domaine scientifique.