Notre histoire

Notre histoire: Le célèbre photographe Yousuf Karsh

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Yousuf Karsh, l’un des photographes portraitistes parmi les plus importants du XXe siècle.

Au cours de sa longue carrière, Yousuf Karsh a fait les portraits de 11 000 personnalités les plus marquantes de son époque, issus des milieux politiques, artistiques, scientifiques.

Notre histoire

Jean Despréz, grande dame de théâtre et de lettres

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Jean Despréz.

La salle Jean-Despréz, située à la Maison du citoyen de Gatineau, rend hommage depuis 1994 à cette grande dame qui fut comédienne, journaliste, écrivaine et scénariste de feuilletons radiophoniques et de téléromans, ainsi que du premier grand film canadien tourné au Québec en 1944.

Notre histoire

Séraphin Marion, maître à penser de l’Ontario français

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Séraphin Marion.

Reconnu pour avoir défendu les droits des francophones hors Québec, Séraphin Marion est un universitaire et critique littéraire qui a notamment donné son nom à une école élémentaire et à une rue situées à Ottawa. 

Un fonds, de même qu’un centre pour aînés d’Orléans, ont aussi été créés pour honorer sa mémoire.

Notre histoire

L’ingénieur et inventeur Sandford Fleming

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Sandford Fleming.

L’ingénieur et inventeur canadien originaire d’Écosse, Sandford Fleming, a une feuille de route fort impressionnante. 

Décédé le 22 juillet 1915 à l’âge de 88 ans, il a été inhumé au cimetière Beechwood à Ottawa. 

Aujourd’hui, une avenue porte son nom, à un jet de pierre de la gare d’Ottawa.

Notre histoire

Andrew Leamy, un pionnier de Wrightstown

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Andrew Leamy.

Un industriel d’origine irlandaise, Andrew Leamy a été un leader et pionnier de Wrightstown, la communauté qui deviendra Hull en 1875.

Notre histoire

Marcel Chaput, pionnier nationaliste

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Marcel Chaput, un fonctionnaire, un chimiste, mais aussi un nationaliste québécois.

La rue Marcel-Chaput dans le quartier Manoir des Trembles du secteur Hull rend hommage à l’un des fondateurs du Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN), à l’origine du mouvement souverainiste au Québec.

Notre histoire

Louis-Joseph Papineau : seigneur politicien, patriote

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Louis-Joseph Papineau.

Louis-Joseph Papineau, avocat de formation, est considéré comme l’homme le plus influent de son époque. 

Et son nom résonne encore aujourd’hui un peu partout dans la région de la Petite-Nation où son nom marque le quotidien à Papineauville et les environs, notamment à Montebello où on retrouve son manoir à proximité du Château Montebello.

Notre histoire

Sir John Carling, brasseur et politicien

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : l’artisan de la Ferme expérimentale, Sir John Carling.

Bien qu’il ne soit pas reconnu comme un grand personnage de l’histoire du Canada, Sir John Carling, a joué un rôle important comme brasseur, mais aussi comme parlementaire en étant reconnu comme le trait d’union entre les élites politiques et économiques du pays.

Notre histoire

Perkins, un pionnier de Val-des-Monts

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le marchand de tissu John Adams Perkins.

La municipalité de Val-des-Monts, qui s’étire entre la rivière Gatineau et la Lièvre au nord de Gatineau, est un assemblage de trois parcelles de cantons issu des fusions de 1975, soit Wakefield-Partie-Est (Saint-Pierre), Portland-Ouest (Poltimore) et Perkins.

Notre histoire

Hanson : 111 ans dans l’industrie du textile

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : la famille Hanson.

La manufacture construite par la famille Hanson sur la rue qui porte désormais son nom a pendant plus d’un siècle occupé une place de choix comme employeur et comme fabrique de bas, de flanelles, de couvertures, de chapeaux, de gants et de mitaines dans la ville de Hull.

Notre histoire

Aumond, le premier «roi du bois» francophone

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Joseph-Ignace Aumond.

Joseph-Ignace Aumond, qui a donné son nom à la municipalité située au nord-est de Maniwaki dans la Vallée-de-la-Gatineau, est devenu le premier francophone à rivaliser avec les barons anglophones qui contrôlaient l’industrie forestière régionale. 

Ce « roi du bois » s’est imposé rapidement comme personnalité importante de l’Outaouais dans les années 1830.

Notre histoire

Thomas Leopold Willson, l’inventeur

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Thomas Leopold Willson.

Les ruines Carbide Willson, situées dans le parc de la Gatineau, de même qu’une plaque située près du pont du Portage, rendent hommage à l’inventeur, ingénieur et industriel Thomas Leopold Willson, reconnu pour avoir obtenu 70 brevets au Canada, dont un système dynamoélectrique d’éclairage, et un procédé de fabrication d’aluminium pur. C’est aussi lui qui a fait construire la résidence où a eu lieu l’accord du lac Meech de 1987.

Notre histoire

Le baron du bois James Maclaren

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le baron du bois James Maclaren.

James Maclaren, de Buckingham, est un industriel québécois impliqué dans la transformation du bois. Il aura marqué son époque en devenant l’un des hommes les plus riches du Canada.

Notre histoire

Ezra Butler Eddy, le roi des allumettes

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Ezra Butler Eddy.

D’origine américaine, Ezra Butler Eddy s’est fait connaître dans la région comme le « roi des allumettes ». La rue qui porte son nom, au cœur du centre-ville du secteur Hull, non loin des installations industrielles de la compagnie E.B Eddy, vient rappeler le rôle majeur qu’il a joué dans l’histoire de l’Outaouais et en particulier de Hull.

Notre histoire

Besserer: patriote et fondateur de la Côte-de-Sable

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Louis-Théodore Besserer.

Reconnu comme un patriote modéré de Québec, Louis-Théodore Besserer est venu à Ottawa pour y être reconnu comme le fondateur de la Côte-de-Sable.

Notre histoire

La domination de Philemon Wright

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : un pionnier de Hull.

Philemon Wright et sa famille furent les premiers à s’établir dans la région en 1800.

Notre histoire

Le père oblat Louis Reboul: l’âme de Hull

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le père oblat Louis Reboul, décrit comme un homme droit, franc et loyal, reconnu comme étant «l’âme de Hull».

Dès son arrivée dans la région, dans les années 1850, il a aussi joué un rôle important comme missionnaire en chef sur les chantiers de bois de l’Outaouais qu’il visitait régulièrement, jusqu’à sa mort en 1877.

Notre histoire

John By, un ingénieur exceptionnel

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : John By, un ingénieur exceptionnel.

Le marché By, situé au centre-ville de la ville d’Ottawa, de même que la promenade Colonel By, rendent hommage à un officier et ingénieur militaire exceptionnel qui a été notamment responsable de la construction du canal Rideau, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007.

Notre histoire

Alonzo Wright, le « roi de la Gatineau »

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : celui qui a donné son nom à un pont qui enjambe la rivière Gatineau.

Alonzo Wright est le petit-fils de Philemon Wright, fondateur de la ville de Hull, et le gendre du richissime homme d’affaires Nicholas Sparks.

Notre histoire

Le sens des affaires de Nicholas Sparks

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Nicholas Sparks, un riche propriétaire foncier de la majeure partie de ce qui allait devenir le centre-ville d’Ottawa.

Nicholas Sparks aura marqué l’histoire de la capitale nationale où une rue piétonnière honore sa mémoire à quelques pas de la Colline parlementaire.

Notre histoire

Georges Vanier, un héros de guerre et un grand diplomate canadien-français

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Georges-Philéas Vanier, un héros de guerre canadien-français.

Soldat et diplomate, Georges-Philéas Vanier a été le premier Canadien français à être nommé gouverneur général du Canada, fonction qu’il a occupée de 1959 à 1967.

Notre histoire

Louis St-Laurent, premier ministre malgré lui

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Louis St-Laurent, un premier ministre calme et rationnel.

Premier ministre du Canada de 1948 à 1957, Louis St-Laurent a laissé sa marque à Gatineau en donnant son nom à un édifice accueillant le ministère de la Défense nationale, sur le boulevard de la Carrière (secteur Hull), de même qu’à une rue située dans le secteur Aylmer.

Notre histoire

La légende de Jos Montferrand

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Jos Montferrand, le roi de l’Outaouais.

À une époque où les francophones et les anglophones de la classe ouvrière se bagarraient pour des emplois, le légendaire Jos Montferrand était reconnu pour ses exploits d’homme fort et grand défenseur de ses compatriotes.

Notre histoire

Wilfrid Laurier, un Canadien français visionnaire

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Wilfrid Laurier, le premier Canadien français à occuper la fonction de premier ministre du pays.

Le nom de Wilfrid Laurier reste gravé dans notre histoire régionale pour désigner deux grandes artères, une située dans le centre-ville d’Ottawa et l’autre dans le centre-ville du secteur Hull à Gatineau.

Notre histoire

Isabelle et Paul Duchesnay, deux patineurs déterminés

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Paul et Isabelle Duchesnay, deux patineurs de calibre mondial.

L’aréna Paul-et-Isabelle-Duchesnay, situé au 92 rue du Patrimoine (secteur Aylmer) à Gatineau, rend hommage à deux athlètes de patinage artistique de grand talent. Ils ont été couronnés champions du monde à Munich en 1991 et vice-champions olympiques à Albertville en 1992.

Notre histoire

Le campus rassembleur du père Tabaret

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : Joseph-Henri Tabaret, bâtisseur de l’Université d’Ottawa.

Sur le campus de l’Université d’Ottawa, le pavillon Tabaret, qui se démarque par ses imposantes colonnes sur sa façade, est le pavillon central de cette institution d’enseignement postsecondaire. Il rend hommage à celui que l’on considère comme son bâtisseur, le père oblat et éducateur Joseph-Henri Tabaret.

Notre histoire

Lucy Faris, une bienfaitrice qui aimait lire

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : la bienfaitrice Lucy Faris.

La bibliothèque municipale Lucy-Faris, située au centre de services d’Aylmer (Place des Pionniers) sur la rue Principale, honore la mémoire d’une grande bienfaitrice et passionnée de lecture.

Notre histoire

Le chemin d’Aylmer (et la rue Principale)

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le chemin d’Aylmer.

Surplombé par des arbres majestueux et bordé par de nombreuses résidences somptueuses et bâtiments patrimoniaux, le chemin d’Aylmer est en fait la plus ancienne route de Gatineau.

Notre histoire

Louis Riel, le chef métis exécuté

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : le chef métis Louis Riel.

Un des personnages marquants de l’histoire de notre pays, Louis Riel est honoré dans plusieurs provinces, mais aussi à Ottawa et à Gatineau où son nom a été retenu pour désigner entre autres une école secondaire et une rue.

Notre histoire

Donalda Charron, une pionnière du syndicalisme

Chaque semaine, Le Droit vous fait découvrir un personnage qui se cache derrière le nom d’une rue, d’un parc, d’une école ou d’un édifice, l’appellation d’une ville ou d’une institution d’ici, de façon à découvrir l’histoire de la région. Aujourd’hui : la présidente syndicale Donalda Charron.

Le conflit de travail à l’usine d’allumettes de la compagnie Eddy a fait connaître le courage et la détermination des femmes qui travaillaient dans des conditions difficiles et inéquitables.