Sylvain St-Laurent
L’attaquant des Sharks de San Jose, Joe Thornton, est le 14e joueur de l’histoire à récolter 1500 points.
L’attaquant des Sharks de San Jose, Joe Thornton, est le 14e joueur de l’histoire à récolter 1500 points.

N’est pas vendeur qui veut

CHRONIQUE — À TRAVERS LA LNH / Joe Thornton joue du très bon hockey, ces temps-ci. C’est l’entraîneur-chef intérimaire des Sharks de San Jose, Bob Boughner, qui le dit.

« Je l’ai à l’œil depuis plusieurs années. Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu jouer aussi bien », a-t-il déclaré, mardi dernier, au terme d’un match dans lequel Jumbo Joe a récolté deux mentions d’aide, contre les Flames de Calgary.

Accessoirement, cette performance lui a permis de devenir le 14e joueur de l’histoire de la Ligue nationale à récolter 1500 points.

Thornton, qui est âgé de 40 ans, a connu un autre match de deux points, depuis, quand les Sharks ont visité Edmonton.

« Il doit bien lui rester un peu de carburant à brûler », avance Boughner.

Combien de carburant, au juste ?

C’est une question fort pertinente.

Avec ces déclarations, l’entraîneur essaie peut-être simplement de donner un coup de pouce à son patron, le directeur général Doug Wilson.

Les Sharks connaissent une (rare) saison de misère.

Wilson doit se rendre à l’évidence. Pour la deuxième fois en 16 ans, son équipe va rater les séries.

Tant qu’à être là, aussi bien en profiter. Aussi bien se lancer dans une vente de feu pour essayer de s’améliorer à moyen et long terme.

Le problème, c’est qu’il n’a pas grand chose à vendre.

Il ne veut pas toucher à son noyau. Brent Burns, Logan Couture, Tomas Hertl, Evander Kane, Erik Karlsson, Timo Meier et Marc-Édouard Vlasic peuvent dormir tranquilles. Ils ne quitteront pas la très confortable Silicon Valley.

Il y a bien Brenden Dillon, robuste et fiable défenseur de 28 ans, qui s’attend à faire ses valises. Ses 225 livres de muscle intéresseront sans doute quelques équipes qui se préparent pour un long et éprouvant parcours dans les séries éliminatoires.

Sinon...

Sinon, Wilson peut essayer de liquider ses attaquants quadragénaires.

Patrick Marleau et Thornton sont de grands leaders. Ils écoulent la dernière année de leurs contrats respectifs et ne gagnent pas de salaires déraisonnables. Cela fait en sorte qu’ils pourraient s’intégrer à presque toutes les équipes.

À condition, bien sûr, d’avoir quelque chose à leur offrir, sur la patinoire.

Thornton a récolté quatre mentions d’aide lors de sa récente virée en Alberta, mais il a inscrit seulement deux buts à ses 55 premiers matches de la saison.

Marleau produit un tout petit peu plus. Il a quand même été blanchi à neuf occasions, dans ses 14 premiers matches de l’année 2020.

On verra.

La décision de ne pas toucher au noyau des Sharks est quand même importante. Selon les données qui sont disponibles sur le Web, les sept joueurs mentionnés plus haut gagneront plus de 53 millions $US, la saison prochaine. Ça risque de sérieusement handicaper Wilson, s’il souhaite améliorer son équipe en faisant du shopping estival.

Il doit véritablement croire que la saison 2019-2020 sera une anomalie.

« Pour gagner, dans notre ligue, il faut miser sur un noyau fort. Une équipe ne peut connaître du succès si elle se fait guider par une ou deux locomotives. Dans notre noyau, nous avons des centres, des ailiers et des défenseurs. Nous avons dépensé notre argent de manière intelligente. Ça va nous laisser un peu de latitude pour la suite », a-t-il indiqué, récemment, dans un entretien avec les médias de San Jose.

Pour ça aussi, il faudra voir.

***

Le pire gardien de la ligue

Les Red Wings de Détroit se retrouvent dans une bonne position. Ils sont bien installés dans la cave du classement. L’équipe qui occupe le 30e rang détient une bonne dizaine de points d’avance sur eux. Ils pourront mettre la main sur un des quatre plus beaux espoirs du repêchage. En attendant, comme les Sharks, ils n’ont pas grand-chose à offrir aux autres équipes, à l’approche de la date limite.

Au marché des joueurs de location, ils ont un gardien et trois défenseurs à placer en vitrine. Ils sont tous âgés dans la trentaine avancée. Ils ont tous connu de jours meilleurs.

En cette année bizarre où plusieurs équipes compétitives manquent de profondeur devant le filet, Jimmy Howard n’a même pas de valeur. Il n’a pas gagné un seul match depuis le début du mois de novembre.

Le directeur général Steve Yzerman pourrait peut-être nous surprendre et sortir un autre lapin de son chapeau. Il a déjà fait du bon travail, cet automne, en arrachant Robby Fabbri aux Blues de Saint-Louis.

Fabbri a un peu ralenti. Il a marqué seulement deux buts en janvier. On ne sera quand même pas trop sévère à son égard.

Pour faire son acquisition, Yzerman n’a eu qu’à offrir Jacob De La Rose aux Blues, alors...

***

Le premier domino

Généralement, ça se passe comme suit. Les directeurs généraux de toutes les équipes discutent et négocient pendant quelques semaines. Après, ils se regardent en chiens de faïence, en attendant qu’un membre du groupe ait le courage de compléter une première transaction...

Tout peut débouler assez rapidement, par la suite.

On a cru que le printemps 2020 débuterait, la semaine dernière, quand les Maple Leafs de Toronto ont fait l’acquisition du gardien Jack Campbell et du plombier Kyle Clifford.

Ça fait presque une semaine, déjà. On attend impatiemment la suite du feuilleton.

À Los Angeles, les vétérans ont encaissé le choc durement. Clifford, entre autres, était un coéquipier très apprécié. Il a participé à la dernière conquête de la coupe Stanley des Kings, en 2014.

« Le moment où la transaction est survenue et la façon dont elle a été annoncée ont ébranlé le groupe, soutient l’entraîneur-chef Todd McLellan. Mais nous sommes de grands garçons. Nos joueurs sont grassement payés pour jouer au hockey dans cette ligue. Ils comprennent leur métier. »

Les Kings, contrairement à d’autres clubs moribonds, ont des joueurs qui pourraient faire l’objet de convoitise, sur le marché des transactions.

Tyler Toffoli est capable de marquer 25 buts par année, dans la LNH, et Alec Martinez est une belle option pour les clubs qui veulent s’améliorer en défensive.