Athéna Gervais pendant une prestation des Frères à Ch’val qui ont participé au spectacle organisé en son souvenir.

Pour qu’il n’y ait plus de vies fucked up

CHRONIQUE / Cynthia Painchaud a appris le 1er mars 2018 l’existence de ces boissons énergisantes, hyper sucrées, qui contiennent des taux d’alcool hallucinants. Elle était la marraine d’Athéna Gervais.

Trois jours plus tôt, sa filleule de 14 ans avait bu au moins une grosse canette de FCKD UP, un cocktail contenant 11,9 % d’alcool. Elle est allée dégriser dans un boisé près de son école, avant de tomber dans un petit ruisseau où on l’a retrouvée au premier jour de mars, sans vie. 

«C’est ironique, elle était bonne en natation.»

Sa mort a provoqué une onde de choc, les boissons ont été retirées des tablettes et la réglementation, resserrée. «Je ne savais pas que ça existait. Et dans le dépanneur où elle est allée avec ses amis, ces boissons-là étaient près de la porte, elles auraient dû être derrière, ou avec les bières. Peut-être que le commis les aurait vus…»

Mais Cynthia sait que les «peut-être» et le «si» ne changeront rien, qu’ils ne ramèneront pas sa filleule.

À l’automne, en cheminant dans son deuil, Cynthia a eu l’idée de faire quelque chose à l’image d’Athéna. «J’en suis venue à changer complètement mon point de vue, à me dire : “Ce qui est arrivé est arrivé.” Et j’ai eu le goût de rendre hommage à ce qu’Athéna était, à sa joie de vivre, pour faire contrepoids à la tristesse de sa mort.»

Cynthia a pensé monter à un spectacle, et impliquer des jeunes dans l’organisation. «J’ai créé un groupe sur Facebook La communauté des amis d’Athéna pour trouver des jeunes intéressés, il y en a eu une vingtaine.» Ils se sont réunis une première fois vers la fin octobre pour jeter les bases du projet, pour donner en vrac des noms de groupes ou d’artistes qu’ils aimeraient avoir.

Mais avant, Cynthia leur a demandé de se souvenir de leur amie, d’énumérer les qualités d’Athéna. Elle m’a envoyé la photo du tableau où elle les a écrites. La première, beaucoup de caractère, suivie par souriante, gentille, fonceuse, courageuse, motivée/ouverte d’esprit, drôle/créative, débrouillarde, sociable.

C’est cette Athéna que Cynthia a connue, et aimée. Elle habitait près de sa filleule, à quelques rues, la voyait souvent. 

L’affiche du spectacle est à son image, pleine de couleurs vives. «J’ai demandé à sa sœur Mara-Jade de faire le dessin, elle a accepté.» Elle l’a dessinée dévalant une étoile filante en skate. Avec des ailes et une auréole. Son autre sœur et son père ont aussi mis la main à la pâte.

Un généreux donateur, qui veut rester anonyme, a donné assez d’argent pour louer l’annexe 3 de la Salle André-Mathieu et toutes les dépenses liées à la production.

Les jeunes ont décidé ensemble que l’argent amassé sera remis à L’Oasis, une unité mobile d’intervention qui s’occupe des jeunes de 12 à 29 ans. 

«Quand on parle des ados, on parle souvent du négatif, mais moi j’ai vu comment ils peuvent s’impliquer, ils sont beaux à voir aller. Ils ont vu c’était quoi, organiser un spectacle. Au début, ils ne savaient pas trop dans quoi ils s’embarquaient, ils trouvaient ça gros. Mais ils ont vu que c’est possible, quand on travaille ensemble.»

Pour l’entracte, les jeunes ont monté un diaporama de photos d’Athéna et rassemblé les chansons qu’elle aimait.

Ce sera un spectacle sans alcool. «Ça allait de soi.»

Cynthia a contacté les artistes qu’ils avaient suggérés au début. «Il y en a deux qu’ils voulaient beaucoup, Souldia et Mononc’ Serge, ils seront là.» Cynthia a suggéré Les Frères à Ch’val, elle connaît très bien le chanteur Polo, il a accepté tout de suite.

Une cousine d’Athéna chantera la chanson qu’elle avait écrite pour elle, qu’elle avait chantée aux funérailles.

Le titre, Étoile filante.

Ce que les jeunes ne savaient pas, c’est qu’en organisant ce spectacle pour Athéna, ils adoucissaient le souvenir de sa mort en se projetant dans ce qu’elle avait été de son vivant. «Il y a une des bonnes amies d’Athéna, qui s’est impliquée beaucoup dans le spectacle. Sa mère m’a dit : “Ma fille est plus en joie…”»

Même chose pour Cynthia. En faisant ce spectacle pour sa filleule, la douleur du début est devenue un «pincement au cœur». Les beaux souvenirs remontent sans la peine. «Elle était vraiment spéciale, elle avait un petit je-ne-sais-quoi! […] Elle était très téméraire aussi, ça ne m’étonne pas qu’elle soit allée seule dans le boisé…»

Une «action bête», qui lui a été funeste.

Des gens avaient sonné l’alarme plusieurs mois avant son décès pour dénoncer le danger de ces cocktails explosifs bourrés de sucre et d’alcool. Il aura fallu la mort de cette merveilleuse fille pour que des actions soient prises, pour que les règlements changent, pour qu’il y ait une véritable prise de conscience.

Pour qu’il n’y ait plus de vies fucked up comme ça.

Le spectacle Comme une étoile filante a lieu le 28 mars à la salle André-Mathieu à Laval. Un don peut être fait sur le site de l’Oasis, oasisunitemobile.com.