Brady Tkachuk avoue avoir reçu quelques conseils de son père et appris des choses en le regardant jouer.

L’un n’empêche pas l’autre

CHRONIQUE / Faudrait pas retourner trop loin, en arrière. Faudrait pas se mettre à éplucher les réseaux sociaux, à la recherche de commentaires de partisans des Sénateurs, à la fin du mois de juin.

Certains seraient gênés.

Je parle de tous ces gens qui s’y connaissent. Ceux qui sont capables d’évaluer de manière instantanée un repêchage. Ces gens qui étaient convaincus que les Sénateurs avaient complètement gaspillé leur choix de première ronde en misant sur Brady Tkachuk.

Pour ces gens, Tkachuk était destiné à faire carrière dans un quatrième trio. Un plombier. Rien de plus, rien de moins.

Leur expertise se résumait souvent à ce qu’ils avaient pu voir sur Internet.

Quand on tapait le nom de Tkachuk, Google nous suggérait alors d’aller faire un tour sur HockeyDB. La grande base de données du hockey sur le Web nous apprenait que le kid avait marqué seulement huit buts en 40 parties, à sa première saison à Boston College.

Comment avait-on pu préférer un marqueur de huit buts à Filip Zadina ? Les Sénateurs avaient une attaque à reconstruire. Aussi bien le faire autour d’un marqueur naturel qui venait de connaître une saison de 44 buts – en 57 parties – dans la LHJMQ.

Le premier choix des Sénateurs avait alors un lourd nom de famille à porter. Tu peux difficilement t’appeler Tkachuk sans affectionner le jeu rude.

L’ADN, c’est fort. Le plus jeune membre du clan était fier d’affirmer qu’il partageait les traits physiologiques de son père et de son grand frère.

Un sage ami à moi, animateur d’une émission de radio à Ottawa, avait alors offert une comparaison intéressante.

Mettons que je veux présenter une femme à un ami qui est célibataire. Si je commence par lui dire qu’elle a une belle personnalité, il va automatiquement penser qu’elle n’est pas jolie. L’un n’empêche pourtant pas l’autre. Un être humain peut être à la fois beau et gentil.

Un joueur comme Tkachuk pouvait donc être à la fois robuste et doué à l’attaque.

Je ne sais pas pour vous, mais depuis un mois, je regarde Tkachuk et j’ai l’impression d’assister aux premiers pas d’un joueur qui pourrait facilement marquer entre 25 et 30 buts par saison, sur une base régulière, dans la LNH.

Un gars qui va marquer des buts... en se salissant le nez.

« Parfois, après les matches, je ne me sens pas trop bien », a révélé le kid après l’entraînement de mardi matin.

« J’ai surtout mal dans le bas du dos, là où j’encaisse les doubles-échecs. »

Tkachuk a également parlé du but égalisateur du match de samedi. Au départ, on pensait qu’il avait fait dévier un lancer de Bobby Ryan. Après avoir analysé la séquence au ralenti, les officiels ont déterminé que Colin White l’a fait dévier à nouveau, après lui.

« J’ai cru pendant un moment que c’était mon cinquième but de la saison. Le plus drôle, c’est que trois de ces cinq buts avaient été marqués avec autre chose que mon bâton. »

« En observant mon père, j’ai appris à maintenir mon centre de gravité le plus bas possible. Ça rend la vie dure aux défenseurs qui veulent me tasser, dans l’enclave. »

« Il m’a enseigné deux ou trois autres trucs, vous savez. »

***

Faudrait pas non plus retourner plus loin, à l’époque où les partisans étaient convaincus que Guy Boucher n’appréciait que les vétérans.

En ce début de saison, les Sénateurs ont des tas de problèmes. La relation entre l’entraîneur-chef et les nombreuses recrues n’en fait pas partie.

Mardi, j’ai posé une question à Boucher à propos de l’attitude de Drake Batherson durant son séjour à Belleville. « Un super gentil garçon, une bonne personne », a-t-il commencé, avant de se mettre à parler d’un peu tous les autres.

« Ils sont tous super réceptifs, assure-t-il. Ça veut apprendre. Vous avez regardé l’entraînement, ce matin. L’enthousiasme saute aux yeux. Les jeunes se mêlent aux vieux. On a une superbe atmosphère. Par moments, je devrais arrêter pour me montrer plus tough. Je n’ai pas besoin de le faire. En ce moment, l’esprit d’équipe est superbe. C’est une des grosses raisons qui font en sorte que nos jeunes se développent bien. Tous nos jeunes se développent bien en ce moment. »

Boucher fait partie de ceux qui ont l’air de s’amuser, ces temps-ci.