Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Patrick Duquette
Le Droit
Patrick Duquette
Quand est-ce que l’Outaouais aura son nouvel hôpital?
Quand est-ce que l’Outaouais aura son nouvel hôpital?

L’hôpital de 600 lits, nouvelle de l’année

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / La nouvelle de l’année en Outaouais ?

Si l’on fait exception de la COVID, qui a éclipsé tout le reste, je répondrais sans hésiter : le nouvel hôpital de 600 lits annoncé par le gouvernement Legault en octobre.

C’est très rare qu’il se construise de nouveaux hôpitaux au Québec. Et voilà qu’on nous en annonce un ici même, en Outaouais. Un gros hôpital en plus.

Je sais, je sais… l’annonce a fait bien des sceptiques.

Depuis le temps que les gouvernements qui se succèdent à Québec promettent des améliorations au système de santé de l’Outaouais, la population est devenue méfiante. Avec raison, les résultats tangibles et mesurables n’étant pas souvent au rendez-vous.

Ce qui n’empêche pas le ministre régional Mathieu Lacombe de s’irriter devant un certain « cynisme » face aux promesses de la CAQ. « Eh, fait-il valoir, en campagne électorale, les libéraux vous disaient que l’Outaouais n’avait même pas besoin d’un nouvel hôpital. Nous, on vous livre quelque chose de plus gros qu’on avait promis. Et on se fait dire : c’est quoi votre vrai bilan en santé après deux ans ? Moi, ça me dépasse un peu… »

Donnons à la CAQ ce qui revient à la CAQ : le gouvernement Legault a reconnu que l’Outaouais avait besoin de nouveaux lits de courte durée, ce qui était déjà un bon premier pas. Et il a promis de construire un nouvel hôpital à Gatineau « bien avant 2030 », a assuré le ministre de la Santé, Christian Dubé. Jusqu’ici, les bottines ont l’air de suivre les babines, pour reprendre l’expression populaire.

Nous pourrons très vite mesurer le sérieux du gouvernement Legault dans ce dossier. Le ministre Lacombe a insisté pour qu’un « bureau de projet » soit mis sur pied afin de mener à terme la construction du nouvel hôpital. Or la création de celui-ci pourrait être annoncée dès le mois de janvier, nous dit-il. « Je veux que le projet avance le plus rapidement possible, d’autant plus que nous avons un échéancier assez ambitieux. »

Le ministre Mathieu Lacombe

C’est ce bureau de projet qui devra trouver le terrain pour accueillir le nouvel hôpital à Gatineau. Et recruter les centaines, voire les milliers d’employés qui y travailleront… un immense défi alors que la main-d’œuvre en santé se fait rare en Outaouais.

Mais c’est possible, à condition de s’y prendre d’avance.

Un tel bureau de projet a été mis en place dans la région de Vaudreuil-Soulange pour la construction d’un nouvel hôpital de 400 lits de courte durée en 2026. Ce projet de 1,5 milliard exigera l’embauche, tenez-vous bien, de 3000 employés supplémentaires… Et on parle d’un hôpital moins gros que celui envisagé à Gatineau.

L’embauche du personnel est un « défi colossal », admet d’emblée Vincent Veilleux, directeur du bureau de projet de l’hôpital Vaudreuil-Soulange.

Pour arriver à recruter autant de monde, aussi vite, son organisation a monté un plan stratégique de main d’œuvre, en collaboration avec des ministères, des institutions d’enseignement… « Les efforts de recrutement débutent dès l’école secondaire, dit M. Veilleux, afin que les jeunes intéressés puissent faire un choix de carrière en conséquence. »

Alors oui, le gouvernement Legault démontrerait tout son sérieux en créant très rapidement un bureau de projet pour le nouvel hôpital de Gatineau. Ce n’est pas une petite affaire. Dans Vaudreuil-Soulange, le bureau de projet compte de 70 à 75 employés qui proviennent principalement du CISSS de la Montérégie-Ouest et de la Société québécoise des infrastructures. C’est sans compter des architectes, des ingénieurs qui gravitent autour…

Là-bas, ils ont déjà trouvé le terrain : un immense champ de 25 hectares situé près des autoroutes 20, 30 et 40. En Outaouais, tout le travail reste à faire.