Hélène Larouche, Paule Fournier et Gilles Bilodeau partagent leur passion pour la lecture avec des tout-petits.

Les Fanfreluche de Gatineau

CHRONIQUE / «Fanfreluche m’a raconté un beau conte à sa manière. Fanfreluche m’a raconté un beau conte pour nous amuser... »

Les gens d’une certaine génération se souviennent sans doute de cette ritournelle et de la poupée qui ouvrait son grand livre de contes pour transporter les jeunes téléspectateurs dans des mondes aussi merveilleux et magiques les uns que les autres.

En fait, ce que la comédienne Kim Yaroshevskaya alias Fanfreluche faisait, c’était de donner le goût de la lecture aux enfants.

Gatineau a ses « Fanfreluche ». Quarante Fanfreluche qui depuis septembre dernier partagent leur goût et leur amour de la lecture avec de jeunes enfants.

On les appelle les bénévoles-lecteurs. Et une fois par semaine, durant huit semaines consécutives, ces bénévoles de 50 ans et plus recrutés par la Corporation des aînés de la Cabane en bois rond se rendent dans les écoles pour simplement lire des histoires aux tout-petits.

Ce projet intergénérationnel se nomme Lire et faire lire et il existe au Québec depuis 2002. Mais c’est la première fois cette année qu’un groupe d’aînés de l’Outaouais s’y joignent pour propager l’amour de la lecture chez les enfants.

Chaque bénévole-lecteur a son petit groupe de deux à cinq élèves de la maternelle à la deuxième année qu’il visite chaque semaine pendant une période de huit semaines. Le projet se déroule dans six écoles des secteurs Hull et Aylmer, ainsi que dans deux centres de pédiatrie sociale de Gatineau.

Ils sont donc 40 aînés de Gatineau à prendre part à ce projet. « Et nous avons une liste d’attente d’approximativement 45 personnes qui, comme nos 40 bénévoles-lecteurs, ont passé la demande de vérification des antécédents judiciaires, de dire le coordonnateur de ce projet, Gilles Bilodeau. Nous avons recruté les bénévoles-lecteurs au Salon du livre du printemps dernier. Et le kiosque Lire et faire lire sera encore présent au Salon en 2018 pour recruter de futurs lecteurs. »

Mais les 40 Fanfreluche de Gatineau ne vont pas dans les écoles pour enseigner la lecture aux enfants. Là n’est pas leur rôle. « On va leur offrir un cadeau, de laisser tomber Hélène Larouche. On va partager avec eux notre passion pour la lecture. On va leur donner le goût de lire et leur faire découvrir le plaisir de lire. On va semer une petite graine de futurs lecteurs. Et pendant nos huit semaines avec les enfants, un lien affectif et un lien d’amitié se développent entre l’aîné et son groupe de deux à cinq enfants et c’est formidable. »

« C’est un moment tellement précieux, d’enchaîner Paule Fournier, une autre bénévole-lectrice du projet. Il nous faudrait toujours un enfant d’âge préscolaire dans notre entourage. C’est de la magie d’être avec eux et de leur offrir cette ouverture sur un monde merveilleux. Et Hélène a raison, c’est un cadeau qu’on leur offre. Et le livre n’est-il pas le plus beau jouet à offrir ? »

« Je ne suis pas grand-père, d’ajouter Claude Leduc. Et je n’ai pas d’enfants. Je n’ai donc pas de fibre paternelle. Mais avec ce projet, je me suis découvert une fibre oncle, lance-t-il en riant. J’aime transmettre le goût de la lecture et les enfants le reçoivent bien. On voit qu’ils aiment énormément nos visites dans leur classe. On est l’événement de la journée dans l’école lorsqu’on arrive avec nos livres de contes. Les enfants sont habitués à avoir un prof pour 18 ou 20 élèves. Mais avec nous, ils ont un adulte pour eux, juste pour eux. Ce n’est pas tout le groupe. C’est moi avec lui. Elles deviennent donc très précieuses, ces rencontres-là. »

Les 40 bénévoles-lecteurs offrent bel et bien un véritable cadeau aux enfants en partageant avec eux leur amour des livres. Mais ces aînés reçoivent eux aussi un cadeau à chaque visite scolaire.

« On se sent utile, de dire Paule Fournier. Une personne âgée est une richesse. Elle peut apporter énormément aux enfants. Et ça nous apporte beaucoup à nous aussi de nous sentir utiles. Et pour plusieurs d’entre nous, ça brise la solitude et ça nous rappelle de doux souvenirs de nos enfants. »

Pour devenir bénévole ou pour de plus amples renseignements : Lucille Lévesque au 819-663-3305 poste 220