Le Muséoparc Vanier invite la population à venir entailler les érables de la seule cabane à sucre active en milieu urbain au monde.

Le sirop royal de Vanier

CHRONIQUE / Le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, y sera. Le maire d’Ottawa, Jim Watson, avait indiqué qu’il y serait mais il a eu un empêchement. Et on attendait une confirmation de la gouverneure générale du Canada, Julie Payette.

Y sera-t-elle ou non ? La réponse est : non. Mme Payette a malheureusement autre chose à son horaire samedi matin. C’est dommage.

Où était-elle invitée, demandez-vous ? À Vanier. Mais pas n’importe où à Vanier. Madame la gouverneure générale était invitée à la cabane à sucre du Muséoparc Vanier, la seule cabane à sucre active en milieu urbain au monde. Et je dis bien : au monde. On aime bien le répéter.

Nous, Vaniérois, avons tellement peu d’occasions de se péter les bretelles, on peut au moins s’enorgueillir d’avoir cette cabane unique dans notre coin de pays. On prend ce qu’on peut, comme on dit.

Pourquoi tout ce beau monde est invité à notre cabane à sucre samedi matin ? Pour creuser des trous. Creuser des trous dans des arbres.

Le samedi 15 février, entre 9 h et 14 h, le Muséoparc ouvrira son érablière à tous les bénévoles qui voudront contribuer à l’entaillage de ses érables. C’est ouvert à tous. Le Muséoparc le souligne dans son communiqué de presse. « Familles, nouveaux arrivants, groupes sociaux, amis, curieux… », peut-on lire. On invite tout le monde. Vous avez toujours rêvé d’entailler un érable ? Alors Vanier est la place à être samedi. (Et vous devriez peut-être consulter si votre rêve ultime est d’entailler un arbre…)

Pour remercier tous les bénévoles qui prendront part à cette attaque en règle contre les érables, le Muésoparc offrira des crêpes du restaurant de la cabane à sucre. Je ne sais pas si vous aurez droit à une crêpe par érable entaillé. Le communiqué ne le précise pas. Chose certaine, on aura des crêpes pour vous.

Je me demande si la gouverneure générale a décliné cette invitation parce qu’elle ne sait pas entailler un érable. Ça me surprendrait. Elle a participé à deux missions à bord de la navette spatiale et elle compte plus de 600 heures de vol dans l’espace. Et durant ces deux missions, Mme Payette a supervisé des sorties dans l’espace et manœuvré le bras robotique Canadarm. Entailler un arbre serait un jeu d’enfant pour elle, non ?

Il me semble. Si on me donnait le choix entre entailler un érable en risquant de bâcler mon travail ou m’assurer que mon collègue astronaute ne se détache pas par erreur de la navette spatiale et qu’il se perde dans l’espace jusqu’à ce que mort s’ensuive, je pense que je choisirais l’entaillage. Ce serait moins risqué. Et moins dramatique.

Mais elle n’y sera pas. La gouverneure générale a avisé le Muséoparc qu’elle a autre chose à son horaire samedi matin.

Je trouve ça bien plate. Je ne le dis pas irrespectueusement. Bien au contraire, j’ai le plus grand respect pour Julie Payette. Son parcours est phénoménal. Elle est l’une de mes idoles.

Mais voici ce qu’on peut lire dans le communiqué de presse du Muséoparc Vanier :

« Une partie de la production annuelle sera une nouvelle fois évaporée et mise en bouteille pour la gouverneure générale ». Et on ajoute dans un courriel transmis aux médias que « le Muséoparc reçoit depuis trois ans l’eau des érables du jardin de la gouverneure générale afin d’évaporer et de mettre sa production en bouteille ».

D’mande pardon ? La gouverneure générale du Canada refuse de venir à Vanier entailler deux ou trois érables pour la photo, mais elle s’attend à ce qu’on lui livre ses caisses de bouteilles de sirop royal à Rideau Hall sans dire un mot ? Quelqu’un a dit : « vouloir le beurre et l’argent du beurre » ?

Et pour qui se prend-elle ? La reine d’Angleterre ? Heu… à bien y penser…

Bon entaillage tout le monde. Et bienvenue à Vanier.