Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Patrick Duquette
Le Droit
Patrick Duquette
La vie d'Antoine Castonguay et Alexandria Boilard a changé le 3 décembre dernier à la suite d'un accident de travail.
La vie d'Antoine Castonguay et Alexandria Boilard a changé le 3 décembre dernier à la suite d'un accident de travail.

Le jour où le monde bascule

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Quand on dit que la vie ne tient qu’à un fil…

La veille de l’accident, il ne s’est rien passé d’extraordinaire dans la vie d’Antoine Castonguay et Alexandria Boilard, un jeune couple de Gatineau. Les grands malheurs ne s’accompagnent pas toujours de signes précurseurs. 

Comme à l’habitude, Antoine a couché le plus jeune, pendant que sa conjointe s’occupait du plus vieux. Après, le couple s’est aimé. Ils se sont endormis en amoureux, le coeur comblé. Sans se douter que leur vie était sur le point de basculer à tout jamais.

Antoine Castonguay et Alexandria Boilard

Le lendemain matin, 3 décembre 2020, Antoine s’est levé très tôt alors qu’Alexandria et les deux garçons dormaient encore. Le solide gaillard de 6 pieds et 6 pouces a enfilé ses bottes de construction. Puis il est parti travailler au volant de son camion. Une autre journée dans la vie d’un charpentier-menuisier de 29 ans.

Sauf que celle-là n’aurait rien d’ordinaire.

Sur le chantier, alors qu’il s’affairait à accéder aux gouttières d’un chalet, l’échelle a glissé. C’est le contremaître qui a téléphoné à Alexandria vers 10 h. «Antoine est tombé», a-t-il dit, sans donner plus de détails. 

Quatre semaines après son accident, Antoine Castonguay séjourne toujours aux soins intensifs.

C’est plus tard, lorsqu’Alexandria s’est précipitée au chevet d’Antoine, aux soins intensifs de l’hôpital de Hull, qu’elle a réalisé la gravité de ses blessures. Inconscient, son mari souffrait d’un grave traumatisme crânien, en plus de multiples fractures à la cavité abdominale, à un poignet et au dos.

Sa seule chance de survie: une intervention d’urgence nommée craniectomie décompressive. «Mais Antoine a 50% des chances d’y rester», prévient le médecin. Après consultation avec Élaine, la mère d’Antoine, Alexandria donne le feu vert. «Je suis trop jeune pour être veuve!, se dit-elle. «À 29 ans, renchérit Élaine, Antoine méritait qu’on lui donne toutes les chances de vivre!»

La bonne nouvelle? L’opération a réussi. Mais à quel prix? On l’ignore. Même les médecins n’osent pas se prononcer sur les séquelles à long terme. Chose certaine, la bataille d’Antoine pour marcher et jouer de nouveau avec ses fils Zachary, 2 ans, et Benjamin, 3 ans, ne fait que commencer.

Antoine Castonguay et ses deux fils, Zachary et Benjamin

Quatre semaines après son accident, Antoine séjourne toujours aux soins intensifs. Il fait des progrès, arrivant à respirer le plus souvent par lui-même, sans l’aide du respirateur. Mais il est toujours incapable de parler en raison d’une trachéo. On ignore aussi l’étendue des dommages neurologiques.

Pour l’instant, il réagit peu aux stimulus.

Antoine aura mis près de trois semaines à émerger du coma artificiel dans lequel il était plongé depuis l’opération. La grande crainte d’Alexandria? Que son mari ne la reconnaisse pas à son réveil. Or lundi dernier, le 21, il a commencé à ouvrir les yeux. Puis à bouger un bras, une jambe. Le mercredi, il a répondu par un geste à une injection du médecin. Et le 24, quand sa femme lui a réclamé un baiser, Antoine lui a présenté ses lèvres.

«J’ai vu ça comme un miracle de Noël», raconte Alexandria.


« Le rêve de mon fils, raconte sa mère, ce n’était pas de changer le monde ni de transporter des montagnes. Il voulait rencontrer la femme de sa vie, se marier, avoir des enfants… »
Élaine, la mère d'Antoine Castonguay

Élaine et elle visitent quotidiennement leur «gentil géant». Ils s’accrochent à tous les progrès, même les plus infimes, réalisés par Antoine. «Le rêve de mon fils, raconte sa mère, ce n’était pas de changer le monde ni de transporter des montagnes. Il voulait rencontrer la femme de sa vie, se marier, avoir des enfants…»

La CNESST a ouvert une enquête sur l’accident de travail. En attendant, des amis ont organisé une campagne de sociofinancement sur gofundme pour soutenir Alexandria et les enfants durant la convalescence d’Antoine.

***

https://fr.gofundme.com/f/Help-Antoine-Walk-Again?qid=6a8844853dd07eea54e9d226a381762d