Frédérique Lépine et Mathilde Guilbault, deux Gatinoises âgées de 12 ans, unissent leurs efforts en décembre pour récolter des sous et des denrées dans leur quartier afin de préparer un repas de Noël pour les quelque 300 dîneurs de la Soupe populaire de Hull.

Le cadeau des élus

CHRONIQUE / Les élus de Gatineau sont généreux. En voilà six mots qu’on n’écrit pas souvent. On aime bien les critiquer, nos chers politiciens locaux. Et pour toutes sortes de raisons. Mais lorsqu’ils font preuve de générosité et de solidarité, il faut le souligner.

La nouvelle conseillère du district Limbour, Renée Amyot, a été touchée par une chronique que j’ai récemment rédigée et qui portait sur le geste de générosité que posent deux jeunes filles de Gatineau depuis les trois dernières années.

Frédérique Lépine et Mathilde Guilbault, deux jeunes Gatinoises de 12 ans, unissent leurs efforts en décembre pour récolter des sous et des denrées dans leur quartier afin de préparer un repas de Noël pour les quelque 300 dîneurs de la Soupe populaire de Hull. Puis avec les sommes récoltées (575 $ l’an dernier), elles font elles-mêmes les épiceries et les achats nécessaires pour leur repas des Fêtes, et elles vont porter le tout à la Soupe populaire. Cette année, c’est le 22 décembre que Frédérique et Mathilde, qui sont aujourd’hui étudiantes au secondaire, se rendront à la Soupe populaire pour offrir leur repas annuel.

« Ces jeunes filles habitent mon quartier, explique la conseillère Amyot. L’une d’elles habite même ma rue. Et je suis touchée par ce geste qu’elles posent chaque année. C’est encourageant de voir de jeunes filles comme elles s’investir comme elles le font pour aider autrui. C’est un geste de solidarité sociale magnifique. »

Mme Amyot n’a donc pas hésité à participer à cette campagne de Frédérique et Mathilde, et elle a sollicité l’aide des autres conseillers gatinois. Tous aussi touchés que leur collègue par le geste des deux jeunes filles, ces élus ont pigé dans leur budget discrétionnaire et ont offert la somme de 1000 $ à Frédérique et Mathilde. 

« Ce ne sont pas tous les conseillers qui ont participé parce que le tout s’est fait très rapidement, précise Mme Amyot. Ça n’a pris que quelques heures. J’ai envoyé un courriel à tous les élus vendredi après-midi pour leur demander de participer. Donc ceux qui n’ont pas pris connaissance de leurs courriels vendredi après-midi n’étaient pas au courant de ma demande. Mais ceux qui l’ont vue ont généreusement donné. » La conseillère Amyot n’a pas nommé les conseillers qui ont offert un don, se contentant de dire qu’ils sont plusieurs.

Mille dollars, c’est presque le double de la somme totale que Frédérique et Mathilde ont amassée l’an dernier. Vont-elles alors préparer deux repas plutôt qu’un avec cet argent tombé, non pas du ciel, mais bien de l’hôtel de ville de Gatineau ?

Non. Il n’y aura qu’un repas des Fêtes. Mais le hasard fait bien les choses...

La Soupe populaire de Hull traverse des moments difficiles depuis un certain temps. Le nombre d’usagers augmente d’année en année, voire de jour en jour, mais le financement stagne. La situation financière est si précaire que la direction a été obligée cette année de suspendre à contrecœur sa distribution annuelle de 350 sacs-cadeaux. Dans ces sacs remis à chaque dîneur lors du dîner des Fêtes, on retrouvait une brosse à dents, un shampooing, un déodorant, etc.. Et le tout coûtait approximativement 900 $. 

« Plusieurs de nos utilisateurs ne reçoivent pas de cadeaux dans le temps des Fêtes, raconte le directeur général de la Soupe populaire de Hull, Michel Kasongo. Alors ce sac qu’on leur offre se veut un petit cadeau symbolique, un geste fraternel. » Un peu de chaleur humaine, quoi. 

Vous devinez sûrement la suite des choses... La remise traditionnelle des sacs-cadeaux à la Soupe populaire de Hull aura bel et bien lieu cette année. Grâce à un don de 1000 $ qu’ont reçu deux jeunes filles...

« Frédérique et Mathilde ont communiqué avec nous pour nous dire qu’elles assumeront les frais pour les sacs-cadeaux, explique M. Kasongo. Elles seront avec nous le 22 décembre pour nous offrir leur repas annuel, mais aussi pour nous aider avec la distribution des sacs-cadeaux. Grâce à elles et grâce aux élus de Gatineau qui ont participé à leur campagne, nous pourrons maintenir notre tradition. 

«Ce geste de solidarité que posent Frédérique et Mathilde à notre égard depuis les trois dernières années est formidable. Elles nous donnent espoir pour l’avenir», de conclure le directeur général de la Soupe populaire de Hull.